Saints bretons à découvrir
Accueil > Culture / Sevenadur > Nourriture spirituelle > « La bonne nouvelle de Pâques c’est que le Christ est là, prêt à se faire reconnaître ».

« La bonne nouvelle de Pâques c’est que le Christ est là, prêt à se faire reconnaître ».

Christ ressuscité Istanbul
Le Christ ressuscité appelant l’humanité à la Vie Fresque du XIVe siècle Saint-Sauveur in Chora – Istanbul

Voici l’homélie du dimanche de Pâques prononcée à Kernascléden par le Père Jean-Paul Cado, publiée sur Ar Gedour avec son aimable autorisation. Retrouvez les lectures du jour directement via ce lien.

Vous cherchez Jésus de Nazareth ? Il est ressuscité.

Voila la Bonne Nouvelle proclamée dans toutes les églises du monde en ce matin de Pâques. Jésus est ressuscité il est vivant. Nous avons tant besoin de réentendre ce message, tant besoin de croire que le Christ est vivant pour en être les témoins dans un monde où l’espérance chrétienne s’évanouit, où tant d’hommes et de femmes risquent de sombrer sous le poids des catastrophes naturelles, de la souffrance et des remous de l’histoire.

Tant de choses nous paraissent terminées, tant d’espoirs déçus…

La bonne nouvelle de Pâques c’est que le Christ est là enfoui, prêt à se faire reconnaître.

MAIS NOUS PASSONS SOUVENT SANS LE VOIR

Nous sommes comme ces femmes qui, de grand matin, vont au tombeau… elles ont assisté à la crucifixion de Jésus, l’une d’elles l’a enseveli. Elles ont acheté des aromates pour embaumer le corps du crucifié. Elles savent bien que tout est fini, il n’y a plus rien à faire…

Souvent, chers amis, nous sommes indignés devant les injustices, la faim dans le monde, les conflits qui n’en finissent plus. Nous sommes désorientés devant la maladie, brisés par la mort d’un proche, d’un jeune.. ou par de tragiques disparitions… il nous arrive d’être déçus dans nos relations humaines.. avec l’envie de tout lâcher… nous VIVONS dans un monde aspiré par la mort, un univers ou la mort semble avoir le dernier mot. Tant de jours pour tant d’hommes et pour nous sont peut-être  des vendredis saints… ET REPLIS SUR NOS SOUFFRANCES ? ENFERMES DANS NOS DOULEURS, IL NOUS ARRIVE SOUVENT DE MANQUER LA RENCONTRE AVEC LE CHRIST ;

Mais voila que sur la route le soleil s’est levé… Voilà qu’on a roulé la pierre du tombeau et pourtant elle est grande… Alors si nous savions faire attention … sur la route de la vie, le Christ nous invite constamment à lever la tête…

Si nous regardons l’autre avec un regard neuf, bienveillant pour voir ce qu’il a de meilleur ! nous découvrirons que chacun de nous porte en lui une part de résurrection, que chacun peut nous enrichir à  condition de plonger en lui dans ce qu’il y a de meilleur, de lumineux…. Et nous recevrons alors un peu de sa lumière de ressuscité….

C’est votre petit-fils ou petite-fille qui vous émerveille par ses réparties pleines de fraîcheur, de vivacité, de spontanéité.

Ce sont ces jeunes couples qui se préparent au mariage et écrivent avec beaucoup de sérieux leur projet de vie.

Ce sont ces religieux, religieuses  qui vivent avec les plus pauvres ou encore ces personnes qui rendent visite aux malades ou aux prisonniers.

Et tout cela se transforme en rayon de soleil et sont comme des clins d’œil de résurrection

Voilà nos Galilées… C’est là que vous LE verrez !

Oui le Christ ressuscité nous appelle sans cesse sur les routes du monde. C’est lui qui nous pousse à nous mettre debout au lieu de ramper, à nous rassembler au lieu de nous murer dans nos solitudes, à nous mettre en marche au lieu de renoncer. C’est lui qui habite l’espérance, qui habite l’amour, qui habite tout ce qui dépasse l’homme et l’appelle à se dépasser. Christ est VIVANT ! lumière au cœur des pauvres, lumière au cœur du monde.

Croire en la résurrection c’est toujours accepter de recommencer à créer du neuf, à créer de la vie, à sortir à nous engager sur des chemins nouveaux. C’est être créateurs de nouveaux rapports humains, familiaux, sociaux, politiques. Oui c’est aujourd’hui que nous pouvons sauver la vie de ce qui l’avilit, c’est aujourd’hui que nous sommes invités à faire des choses bonnes et belles, des gestes généreux qu’on a envie d’éterniser.

Peut-être aurons-nous l’impression de n’être qu’au début du chemin , et nous faudra-t-il avancer tout tremblants et saisis de peur comme les disciples ?

Nous aurons parfois l’impression d’aller au tombeau de Jésus avec la crainte de ne rencontrer que la pierre impossible à rouler… C’est alors que nous découvrirons qu’il n’est plus là mais qu’il est ressuscité.

Les apôtres l’ont vu et ont mangé et bu avec lui. Ils sont devenus les témoins de la Résurrection. Nous nous avons besoin de lui demander son regard qui plongeait dans les êtres avec une telle intensité, une telle fraîcheur, une telle nouveauté que personne n’oubliait plus ce regard….

À propos du rédacteur Père Jean-Paul Cado

Originaire de Kernascléden, il a été ordonné prêtre en 1976. Il servira successivement les paroisses du Faouët, de Guémené, Quéven, Gourin, Grand-Champ, Guer et Pontivy dont il était archiprêtre. Il est désormais au service du doyenné du Faouët. Attaché à la culture bretonne et à l'expression de la foi en langue bretonne, il met à la disposition des lecteurs d'Ar Gedour certaines de ses homélies.

Articles du même auteur

homélie siloe

Homélie 4è dimanche de Carême : « Laissons Jésus nous ouvrir les yeux »

Ce n’est pas tous les jours facile de croire. Vous en conviendrez. Ce serait tellement …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *