Saints bretons à découvrir
Accueil > Actualités / Keleier > Une agrégation de breton en 2018 pour les langues dites régionales

Une agrégation de breton en 2018 pour les langues dites régionales

Une agrégation, le plus prestigieux des concours de l’enseignement, sera créée pour les « langues de France » à partir de 2018, a annoncé le ministère de l’Éducation dans un communiqué dans la nuit de jeudi à vendredi.

Plusieurs langues régionales seront en effet proposées en option de cette agrégation: le basque, le breton, le catalan, le corse, le créole, l’occitan-langue d’oc ainsi que le tahitien. Les langues régionales disposaient déjà d’un concours du CAPES, d’abord avec le breton en 1986, élargi ensuite à d’autres langues.

Les modalités du nouveau concours sont précisées dans un arrêté paru jeudi au Journal officiel.

Les premiers concours auront lieu à la rentrée 2018, avec les options breton, corse et occitan. L’année suivante ce sera le tour des langues basque et catalane. Les sessions suivantes introduiront le créole et le tahitien, précise le communiqué.

« La création de cette agrégation constitue une avancée majeure dans la reconnaissance des langues régionales », selon le communiqué de la rue de Grenelle. La ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem « souhaite ainsi soutenir le devenir et le développement des langues et cultures régionales françaises, en garantissant l’excellence de l’enseignement de ces langues ».

L’ancien Premier ministre Manuel Valls avait annoncé en juillet 2016 la création d’une agrégation de « langue et culture corses » lors d’un déplacement sur l’île.

À propos du rédacteur Tudwal Ar Gov

Bretonnant convaincu, Tudwal Ar Gov propose régulièrement des billets culturels (et pas seulement !), certes courts mais sans langue de buis.

Articles du même auteur

Abbaye de Landevennec

Sur RCF, vivez la Semaine Sainte en direct de Landévennec

Chaque année, la radio RCF propose de vivre la Semaine Sainte depuis une abbaye. Cette …

croix celtique

La question des funérailles et les incursions profanes dans la célébration

si l’on souhaite des funérailles chrétiennes, cela implique nécessairement que l’on accepte le rituel des funérailles chrétiennes. Ce n’est pas une liturgie « à la carte ». Quel en serait le sens s’il en était autrement ?

2 Commentaires

  1. Tous les profs certifiés actuels vont se précipiter pour le passer afin d’augmenter leur salaire et leur grade. Ça risque donc d’être fort sélectif. Tant mieux si le breton de bien gagner sa vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *