Saints bretons à découvrir
Accueil > Actualités / Keleier > Gwendal, le conteur du Menez Du, est parti vers le Tir-N’a-Nog

Gwendal, le conteur du Menez Du, est parti vers le Tir-N’a-Nog

gwendal_ar_floch
Photo©Jean-Pierre Bénard

Le conteur Gwendal Ar Floc’h est parti vers le Paradis Celtique. Né Marcel Le Floc’h au mois de janvier 1932 dans un petit village de Cornouailles, en plein centre de Bretagne, région des Montagnes Noires, il fut éduqué, pour les contes et légendes de son pays, par son grand-père qui était lui-même un barde conteur, interprète de chants bretons et guérisseur d’animaux, dans la tradition orale absolue et en langue bretonne.

Après la guerre, avec l’arrivée des radios, l’intrusion de la langue française dans les mœurs, la communication lointaine par les déplacements en voiture à essence, on a préféré les voix de Maurice Chevalier, Tino Rossi et autres  et oublié les veillées de contes et légendes ! On vivait « Musette ou Rock. » Gwendal a donc vogué à contre-courant. Après avoir fait mille métiers, Gwendal a figuré et joué dans plusieurs films et pièces de théâtre et rencontré, plus particulièrement Jacques Tati qui lui a appris bien des choses.

Il a aussi participé au tournage du Cheval d’Orgueil de Claude Chabrol. Il faisait aussi partie de ceux qui accompagnaient Saint Yves à cheval lors des fêtes patronales de mai aux arènes de Lutèce, à l’époque où l’on n’avait pas encore laïcisé Gouel Sant Erwan (cf photo ci-dessous). Un jour, à la Mission Bretonne, à Paris, on s’est aperçu qu’il racontait des choses étranges, et il est monté sur scène. Depuis, il contait histoires, contes et légendes, non écrites. Gwendal était de la tradition des conteurs d’autrefois. Bien sur, il arrangeait ses récits au goût d’aujourd’hui, en breton et en français.

Saint yves lutèce
Photo archives @Ar Gedour

De sa stature d’ours impressionnante et de sa voix étrange, il racontait  les diableries, les Korrigans, les contes de personnages insolites, naïfs, au cheminement extraordinaire, les légendes de la Mort et les histoires amusantes, style farces. Parfois le conte rejoignait le monde d’aujourd’hui. Gwendal prospectait sans cesse dans sa région, recherchait chez les anciens une idée, un bout de conte, de légende, puis il reconstituait le conte en recherchant la saveur, l’originalité. Ce qui a fait dire à Jean Markale :

« Où va-t-il chercher les symboles celtiques ? Pourtant, il ne lit pas ! Son subconscient est imprégné de la pensée celtique, il porte en lui le savoir ancestral des Celtes.  » (Jean Markale)

Gwendal fut de tradition orale, à la manière d’aujourd’hui : proche du Griot africain, mais à la manière ancienne de Bretagne, à cause de la spécificité des parlés bretons.
Gwendal créait le conte, la légende et l’histoire d’après les bases, anciennes, traditionnelles, que lui avait transmis son grand-père. C’est aujourd’hui un patrimoine vivant qui nous quitte, source intarissable d’une culture que bien des Bretons ignorent.

Obsèques le 7 juillet 2016 à 14h30 en l’église de Gourin (Diocèse de Vannes)

À propos du rédacteur Erwan Kermorvant

Erwan Kermorvant est père de famille. D'une plume acérée, il publie occasionnellement des articles sur Ar Gedour sur divers thèmes. Il assure aussi la veille rédactionnelle du blog et assure la mission de Community Manager du site.

Articles du même auteur

Devenir guide du patrimoine religieux breton cet été…

Devenir guide du patrimoine religieux breton cet été…

C’est sur le site du Diocèse de Nantes que nous avons trouvé cet appel de …

Les cartes de Dom Michel Le Nobletz étudiées aux Archives du Diocèse de Quimper & Léon

Sur le site du Diocèse de Quimper & Léon, nous apprenons qu’ont commencé 4 journées …

2 Commentaires

  1. Trist on hiw da gleved an dra-se, Gwendal oa ur paotr bern a skiant gantan. Trugarez dehan.

  2. ben je suis bien triste également de perdre mon ami « paotr ar gazeg wen » alors que je l’ ai connu ca fait près de 40 ans du coté du 22 rue Delambre à la mission bretonne si chère au tad Quemener … Trugarez vraz deoc’h Gwendal.

    Son retour en terre natale pour une ‘retraite’ du côté de Roudoualeg lui permettait de nous remettre de si beaux contes en lumière à Tronjoly avec son compère Klaod Le Lann.

    Jean Michel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *