Saints bretons à découvrir
Accueil > Culture / Sevenadur > Musique / musik > MARTYROLOGE DE NOEL e brezhoneg

MARTYROLOGE DE NOEL e brezhoneg

Le martyrologe de Noël est rarement repris lors des veillées de Noël, particulièrement depuis la réforme conciliaire. Et pourtant, remettre la naissance de Jésus dans son contexte historique et l’ancrer dans l’histoire humaine a son importance. De plus, la psalmodie qui peut en être faite peut terminer la veillée de manière solennelle avant d’entrer pleinement dans la Sainte Nuit de Noël. La dernière édition du Martyrologe prévoit que ce texte soit chanté solennellement et en donne la mélodie. Alors pourquoi ne la proposerions-nous pas dans nos paroisses ?

Voici un exemple de psalmodie, en français et en breton. 

e galleg / en français

 

e brezhoneg / en breton

 

Pour donner une certaine solennité, et avant d’entrer pleinement dans la messe de la nuit de Noël, l’idéal est que l’église soit dans la pénombre au début de la psalmodie, et lorsque le chantre entonne EST NE ou E ZO GANET, toutes les lumières de l’église s’allument. 

Goudé m’éma bet krouéet er bed –

A p’en deus Doué de benn getañ tennet

a nitra en néañv hag en douar-

Goudé ganedigeh Abraham –

Moïz hag er bobl Israël téhet kuit a Vro-Ejipt-

Er pemp ha tri-ugentvet ag er suhunieù bléieù

diouganet get er profet Daniel-

Seih kant daou hag hantér-kant blé

goudé bout diazéet er gêr a Rom –

Daou ha daou – ugent blé goudé bout

saùet èl ampeleur romén Oktav-Aogust –

Er bed a-béh é peah-

JÉZUS KRIST – DOUÉ PEURBADUS –

HA MAB EN TAD PEURBADUS –

Hag en deus vennet santelad er bed

dré é zonetigeh matelehus

E zo bet konseùet dré er Spered Santél –

Ha naù miz treménet a-houdé m’éma bet konseùet

E ZO GANET –

É BETHLÉEM BRO-JUDÉ–

AG ER WERHIÉZ VARI –

DOUÉ DEIT DE VOUT DÉN.

Après la création du monde –

Quand Dieu tira du néant

le ciel et la terre –

Après la naissance d’Abraham –

Après Moïse et la sortie d’Égypte du peuple d’Israël

Dans la 65ème des saison d’années

prédites par le prophète Daniel –

752 ans

après la fondation de Rome

et la 42ème année de l’empire romain

d’Octave-Auguste

Le monde entier étant en paix

Jésus, le Christ, Dieu éternel

et Fils du Père éternel

Voulant sanctifier le monde

par son miséricordieux avènement

ayant été conçu du Saint Esprit

Et neuf mois s’étant écoulés depuis sa conception

est né

A Bethléem de Judée

De la Vierge Marie

Dieu fait homme.

(traduction : Uisant ha Gwenn ar Rouz)

Rediffusion d’un article du 11/12/2012

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

Philippe-Guy Charrière présente une neuvaine avec Nicolazic

« Yves Nicolazic, ne crains point. ” Me zo Anna, mamm Mari” : je suis …

liturgie semaine sainte paques

Les messes en breton du mois de novembre 2019 (MàJ du 9/11/19)

Comme chaque mois, retrouvez une liste non-exhaustive des messes en breton ou avec cantiques bretons. …

8 Commentaires

  1. La version latin/grégorienne est éminemment plus belle. Pourquoi ne pas l’adopter

    • Parce que cette version a bercé de nombreux bretonnants passés par Quistinic à l’époque de l’abbé Blanchard, et qu’elle peut aisément être chantée par n’importe qui. La version grégorienne est bien plus difficile à apprendre.

  2. En attendant Noël. Défendons la Famille avec le Gwenn ha Du, avec le Kroaz Du. Dimanche 23 novembre 15 heures Place du Général De Gaulle Sant Brieg

  3. Bonjour,

    Auriez-vous la partition de la version française ?

    Merci.

  4. comme j’aimais écouter,dans l’église de Carantec plongée dans ‘obscurité, une voix claire qui chantait ces rappels de notre Histoire Sainte !!! Tout le monde écoutait… Cette beauté fut (parquel autorité ?) “remplacée par un piètre défilé de cartons “à messages” et de coloriages qu’on épingla autour du choeur tel du linge à sécher…On nous a dit “les jeunes(mais où donc étaient les jeunes) aiment ça i c’est le changement!…Quand sortirons-nous de ces stupidités?

  5. IAu moins deux remarques en passant :
    1. on ne peut dire “Doue deuet da vout den” mais “Doue Graet Den” pe “Doue en em c’hraet den” car à propremant parler Dieu n’est pas devenu homme mais un homme et pour un court moment.

    2. le texte est incomplet, le martyrologue fini par Setu giinivelezh hor Salvez Jezuz Krist en ur c’horf den.

    Pour ce dernier passage il vaut mieux “Salver” que Aotrou malgré le latin car à proprement parler Jezuz s’est incarné pour nous sauver, et il sera Aotrou/ Seigneuir de gloar au jugement dernier (même s’il l’est de fait ‘a viskoazh’)

    Enfin ‘selon la chair” est traduit par Klerg “hervez ar C’hig” mais c’est beaucoup trop concret en breton.
    Youenn Olier proposait “Kreud” pour avoir la nuanance du grec entre Saks kig et soma = kreud, korf.
    Kemper traduit par une péritphrase “den e-touez an dud” à côté du sens du latin en plus.

    Je propose

    DOUE GRAET DEN
    Setu ginivelezh hor Salver Jezuz Krist
    en ur c’horf-den.

    • Merci pour ces précisions. Pour information, la version française (et une partie bretonne dont “Doue deit de vout den”) que nous avions ici est celle qui était utilisée à Quistinic par l’abbé Blanchard (et peut-être toujours aujourd’hui). Il ne faisait pas chanter la partie que vous soulignez et qui est effectivement manquante si l’on prend le martyrologe dans sa totalité.

      Nous corrigerons sur les documents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *