Saints bretons à découvrir

QUAND L’ECOLE CATHOLIQUE ENSEIGNAIT L’HISTOIRE DE BRETAGNE

lhistoire de ma bretagne 1943 (2).jpg

Dans les années 1920 / 1930 , Monseigneur Duparc, évêque du diocèse de Quimper et Léon déplorait que les petits Bretons (et d’ailleurs les adultes) soient complètement ignorant de l’Histoire de leur pays, la Bretagne. Il donnera aux écoles catholiques des directives précises pour qu’elle soit enseignée. Mais cela ne sera pas sans mal , d’autant que l’Education Nationale ne connaît qu’une Histoire à enseigner, l’Histoire de France.

Monseigneur Duparc passera outre, et par mandement en date du 3 décembre 1935, il rappelera à toutes les écoles catholiques de son diocèse l’obligation de cet enseignement.

Malheureusement à cette époque les livres pour enfants traitant de l’Histoire de Bretagne n’existaient pratiquement pas. Seule, la revue «  Feiz ha Breiz ar Vugalé » diffusée dans les écoles et foyers Bretons y consacrait des pages, ainsi que la revue Feiz ha Breiz de l’abbé Perrot. Il faudra attendre 1940, pour que l’illustré « Ololê » diffusé à 2O.OOO exemplaires dans les écoles et familles propose un premier outil de travail aux enseignants.

En 1942, les Editions du Léon , Ololê , Urz Goanag Breiz vont sortir « Une Grande et Belle Histoire , celle de notreistor breiz toutouig 1944 (2).jpg Bretagne » sous forme de bandes dessinées en noir et blanc , dessinées par Le Rallic .

Devant le succès, en 1943, sortira la même édition , mais en couleurs. En 1944, les touts-petits disposeront de « l’Histoire de Bretagne de Toutouig », illustré par Félix Jobbé Duval . Il y aura deux éditions, une en breton, une en français. Là encore ce sera le succès.

A noter que ces trois ouvrages n’étaient pas, à proprement parler, des « livres scolaires, mais correspondaient en tout point à ce que souhaitait Monseigneur Duparc qui les recommandera à ses écoles.

L’intérêt des enfants pour l’Histoire de Bretagne sera très vite largement prouvé, et les Editions du Léon vont mettre à la disposition des écoles, des familles un large ensemble de livres, de jeux, de documents pédagogiques traitant de l ‘Histoire, la culture, la langue bretonne .

 

minicartes olole recto (2).jpgParmi ces « outils » ont retiendra les fameux « Bons Points », sous formes de petites vignettes dont les illustrations étaient tirées de l’Histoire de Bretagne dessinée par Le Rallic. Au verso, un bref texte Breton-français les commentera. Ces « Bons-Points » seront tirés et diffusés à des milliers d’exemplaires dans toutes les écoles, et les enfants auront à cœur d’avoir leur collection complète ( 14 vignettes) .

Le 1er octobre 1941, par décret gouvernemental, l’enseignement de l’Histoire de Bretagne deviendra obligatoire ( lettre du 26 juillet 1941 informant la directrice des Editions du Léon).

Malheureusement, les évènements liés à la guerre, vont à l’été 1944 mettre un terme àminicartes olole verso (2).jpg cet enseignement. Le Gouvernement va interdire les éditions Ololê-Urz Goanag Breiz et mettre l’imprimerie sous-scellés.

Les livres sur l’Histoire de Bretagne pour enfants vont êtres scrupuleusement examinés par une Commission d’enquête.

Certains ouvrages seront autorisés à reparaître, à la seule condition que disparaisse la mention «  Editions de propagande de la culture bretonne de Ololê –Urz Goanag Breiz », et que les livres concernant l’Histoire de Bretagne pour la jeunesse soient envoyé au pilon, au motif qu’ils donnent à la jeunesse une « mauvaise image de la France », faute de quoi les éditions ne pourraient reparaitre (lettre du Ministère de l’Information, Département du Finistère, en date du12 févier 1945, et certifiée conforme par la Sureté Nationale de Brest, le 19 février 1945) .

une grande et belle histoire celle de notre bretagne 1942 (2).jpgL’Histoire de ma Bretagne illustré par Le Rallic sera rééditée en …1970, mais privé du soutien des écoles catholiques, et les temps ayant changés, malgré un tirage à 3000 exemplaires,  le livre ne connaitra pas le même succès, et sera contre toute attente, boudé par les cercles celtiques pour enfants où l’ignorance en matière d’Histoire de Bretagne était (et reste) assez flagrante…

 

Certaines images peuvent être agrandies en cliquant dessus.

Reproduction des documents interdite. Tous droits réservés. L’article peut-être reproduit sous réserve de mentionner la source AR GEDOUR.

 Rediffusion d’un article publié le 13/09/2012

À propos du rédacteur Youenn Caouissin

Auteur de nombreux articles dans la presse bretonne, il dresse pour Ar Gedour les portraits de hauts personnages de l'histoire religieuse bretonne, ou encore des articles sur l'aspect culturel et spirituel breton.

Articles du même auteur

Il y a un an brûlait Notre-Dame de Koat-Keo

Il y a un an, le 5 juillet 2018, brûlait la jolie chapelle Notre-Dame de …

BRINDILLES CHAMPETRES (3) : nos belles églises

Nous poursuivons, grâce à l’œuvre pleine de poésie de l’abbé Joseph Le Cornet, que nous …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *