Saints bretons à découvrir

MARIAGES & TRADITIONS : BRETAGNE

Amzer-lenn / Temps de lecture : 5 min

mariage-breton-danse

Ne nous est-il jamais arrivé de rester rêveurs devant les photos jaunies des mariages d’antan ? Ou encore de trouver aux mariés une fière allure dans leur costumes d’époque ? N’avons-nous jamais imaginé revivre aux sources de ces traditions, qui plus est celles de notre pays Breton ?

Certes, nous avons tendance à idéaliser un passé qui pourtant avait aussi ses inconvénients. Et puis, ce qui appartient à une époque révolue, à un contexte social qui n’est plus, n’est-ce pas …le passé ? On ne saurait donc, sauf à faire de l’artificielle reconstitution « à l’ancienne », resservir ce passé. Cependant, de ce passé-là, il y a des valeurs et des traditions qui transcendent les époques, les modes, les générations, et qui ne demandent qu’à revivre. Nous parlons ici de la beauté intimement liée à nos racines. Certains la vivent encore, sans tomber dans le cliché carte postale. Chaque peuple a ses us et ses coutumes, et la Bretagne en est riche. Nul besoin d’un folklore bécassin pour s’inscrire dans cette tradition.

Allons dans le détail et voyons cela ensemble…

S’il n’est pas donné à tout le monde d’avoir le sens de la fête, on n’en rêve pas moins que notre mariage soit le plus beau jour, une parfaite réussite dont tout le monde se souviendra. Il appartient donc aux futurs mariés, suivant leurs goûts, de choisir tout ce qui permettra cette réussite. Mais l’on ne peut penser à tout. Il y a ce que l’on connaît ou ce que l’on ignore, et c’est souvent de ce dernier point dont dépend la réussite du mariage. Autant s’éviter d’avoir, après, à se dire… « Si on avait su… »

Afin d’éviter un tel regret, l’idéal est donc de s’en remettre à des professionnels expérimentés en matière de fêtes, et qui plus est, qui vivent la tradition au jour le jour. Ils savent vous conseiller et vous proposer le « plus » correspondant à vos goûts, et qui fera de votre mariage un moment unique. Moment profanes ou moments spirituels, autant d’instants où chaque détail, hier comme aujourd’hui, a son importance ; et c’est parfois du détail soigné que surgira la différence dont tout le monde se souviendra. Et cela, vous pouvez en tenir compte de l’annonce du mariage au retour de noces… Vous tenez ainsi une ligne logique dans la réalisation de votre union. Il est possible d’établir une heureuse synthèse entre les traditions ancestrales et un certain classicisme moderne. Tenez… Prenez exemple : autrefois, en Bretagne, le Baz Valan allait de maison en maison proclamer l’heureux événement, afin de convier chaque habitant à la noce.

Si vous vous en inspiriez dans vos faire-parts ?

Choisirez-vous de réaliser une réception plutôt citadine, ou plutôt campagnarde, dans la lignée des repas servis dans les sillons des champs, à la mode des noces paysannes bretonnes ?

Opterez-vous pour une soirée dansante classique, où vous dirigerez-vous vers une sorte de mini fest-noz, donnant à votre mariage une authentique note traditionnelle, en faisant de lui un moment privilégié de rassemblement intergénérationnel, à la manière des veillées nuptiales d’autrefois ?

Le cortège sera-t-il fait à pied, de la mairie à l’Eglise, comme la mode bretonne le voulait ?

La messe de mariage (ou le mariage sans eucharistie) intégrera-t-elle des cantiques bretons, issus de notre riche patrimoine breton (cf cantiques de mariages sur Kan Iliz)

La voiture sera –t-elle du dernier luxe actuel, ou sera-t-elle une de ces « Belles Demoiselles » aux cuivres rutilants ?

Vous vous orienterez peut être vers une magnifique calèche « Belle Epoque », dans un retour dans le temps du moment…   Mais renouer avec la tradition, des racines du terroir, doit être une démarche naturelle, d’où l’importance de choisir l’authenticité. Il importe d’éviter de tomber facilement dans un folklore caricatural de mauvais goût. La tradition, dans ses expressions diverses, se doit d’être simple, naturelle, vivante, d’où le beau ressortira d’autant plus. Il nous a été donné de voir et de participer à d’authentiques mariages bretons actuels. Le souvenir inoubliable que chacun d’entre eux a laissé à tous les invités, et bien évidemment aux mariés, doit  beaucoup à ce souci d’authenticité, très loin des reconstitutions à l’ancienne. La tradition y était vécue dans la continuité de l’enracinement culturel, où l’artificiel n’a pas sa place. C’est l’ambiance et l’atmosphère qui se dégageait, tant de la fête profane que de la fête religieuse qui, au final, rendait  ces mariages inoubliables et suscitaient pour de futurs mariés sinon l’envie de faire pareil, en tous les cas aussi bien, et de s’informer en se posant la question « mais comment ont-ils fait pour avoir un si beau mariage »

Oui, la beauté, la tradition, c’est pour tout le monde, et ça n’est pas plus coûteux que de faire « ordinaire ».

Pour découvrir des traditions de mariages bretons, rendez-vous ici et encore là.

Contenu exclusif AR GEDOUR. Sauf autorisation des auteurs et d’Ar Gedour, reproduction interdite, même partielle, sur tout autre média, des contenus textes et images.
Vous appréciez ce contenu, commentez à la suite de cet article et partagez cet article sur vos réseaux sociaux via les icônes ci-dessous.

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

Feiz e Breizh

Plus de 1200 fidèles, dont 480 marcheurs pour le Pèlerinage Feiz e Breizh 2022

La 5e édition du pèlerinage « Feiz e Breizh », les samedi 17 et dimanche 18 septembre 2022, a rassemblé 480 marcheurs, marquant une progression de 59 % par rapport à 2021. La messe de clôture à Sainte-Anne d’Auray a été célébrée dans une basilique comble.

[PATRIMOINE] Les splendides bannières LE MINOR

L’histoire entre la maison LE MINOR et les bannières de procession est une histoire qui dure depuis plus de 60 ans. En effet, c’est en 1953 que...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.