Saints bretons à découvrir
Accueil > Actualités / Keleier > [BRETON] Une adaptation en Vannetais de l’Ordo Missae

[BRETON] Une adaptation en Vannetais de l’Ordo Missae

missel romain en bretonEn 2013, la Congrégation pour le Culte divin avait reconnu le Missel Romain en breton en breton unifié, traduit directement du latin et non du français. Il faut savoir que le missel qui sortira bientôt en français entraîne des modifications des textes et des mélodies par rapport à ce qui se faisait habituellement. Il en sera de même pour la version bretonne.

Pour le diocèse de Vannes, la Commission Diocésaine pour le breton a fait un travail d’adaptation d’une partie du missel romain – plus exactement ici d’une partie de l’ordo missae – au parler vannetais. Cette adaptation au plus proche du texte romain est une initiative pastorale temporaire et transitoire en attendant la publication en breton du Missel Romain via la commission inter-diocésaine.

Le parler vannetais, tout en tenant compte d’une graphie comprise des nouveaux locuteurs, s’inculture totalement dans l’univers linguistique propre au pays de Vannes. Tout ce travail, avec parfois de nouvelles mélodies, sera mis en œuvre ad experimentum tout prochainement.

Précisons que le Missel Romain en breton n’est quant à lui pas encore imprimé, la commission inter-diocésaine travaillant encore dessus. Pour être tenus informés de sa sortie, nous vous invitons à vous inscrire à notre newsletter. Voire à nous envoyer un courriel/message pour nous signaler que vous seriez intéressés.

Pour vous présenter ce travail, vous expliquer les modifications réalisées, pour apprendre les nouvelles mélodies, la commission diocésaine pour la Pastorale du Breton vous invite à une après-midi de travail le dimanche 19 mai 2019, à Pontivy, à 16h, au 9, rue de Friedland (aumônerie de l’enseignement public, proche du presbytère). Cet après-midi sera conclue par une messe en breton.

Nous espérons nous retrouver nombreux à cette séance de travail, pour partager ensemble notre foi, notre passion et nos engagements. C’est pourquoi nous vous invitons à diffuser largement cette information autour de vous.

Pour prévoir l’intendance, merci de nous indiquer votre présence via le formulaire de contact, en précisant le nombre de participants. Nous relaierons cela auprès des organisateurs de la journée.

Votre nom / Hoc'h anv (obligatoire / endalc'hus)

Votre email / Ho postel (obligatoire / endalc'hus)

Sujet / Danvez

Votre message / Ho kemennad

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

Vers une fusion entre Kendalc’h et War’l Leur ?

Kendalc’h (en breton, littéralement « maintien » ou continuité), est une confédération de cercles celtiques …

[PLOEMEUR] “Chouans”, l’opéra-rock d’Alan Simon joué ce vendredi

CHOUANS… c’est l’excellent opéra-rock d’Alan Simon dont nous vous avons parlé il y a peu. …

2 Commentaires

  1. Loué soit Jésus-Christ ,
    BRAVO LES BRETONS !

  2. Je m’attends au pire… Le diocèse de Vannes a déjà un standard écrit pour le breton, depuis des siècles. Il est compris par quasiment tous les bretonnants natifs. Le catéchisme du diocèse est écrit dans cette langue ainsi que 99% des cantiques du diocèse.
    Les rares “nouveaux locuteurs” qui vont à l’église n’ont qu’à l’apprendre eux aussi. J’ai comme l’impression qu’une fois de plus, on va bidouiller le vannetais pour qu’il ressemble au maximum à du KLT standard, et il sera ainsi incompréhensible pour les bretonnants de naissance. Après les avoir humiliés en leur disant que le breton était une langue de ploucs, maintenant on les humilie une 2e fois en leur faisant croire qu’ils ne parlent pas le bon breton… Ca suffit ! Les “nouveaux locuteurs” n’ont qu’à apprendre la langue de leur diocèse et de leur commune. Ils sont infiniment minoritaires, et encore plus à l’église ! Aucune raison de déformer la langue pour s’adapter à eux, d’autant plus que la plupart des “nouveaux locuteurs” ne maîtrisent même pas le breton : le plus souvent ils ne font que bredouiller en KLT standard (langue artificielle) et ignorent tout du vannetais. Ils n’ont qu’à apprendre !
    Que veut-on, transmettre la langue de nos ancêtres ou la laisser mourir pour la remplacer par un charabia ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *