Job An Irien : Ar feiz bevet e brezhoneg

Pennad e brezhonegArticle en français

Pennad Kaoz

Job An Irien, ar feiz bevet e brezhoneg.Peseurt diforzh etre ar feiz bevet e galleg peotramant e n’eus forzh peseurt yezh, hag ar feiz bevet e brezhoneg ?

Setu unan deus ar goulennoù savet gant Lionel Buannic ‘barzh an abadenn Pennad Kaoz. Job An Irien, beleg ha krouer Minihi Levenez, a respont e brezhoneg ‘pad 40 munutenn evit kaozeal diwar-benn ar feiz, e vuhez, an iliz ha plas ar brezhoneg ‘barzh anezhi.

An abadenn penn-da-benn ‘vo skignet a-benn dimerc’her war lec’hienn Brezhoweb.

Pennad Kaoz

Job An Irien, la foi vécue en langue bretonne.Quelle différence entre la foi vécue en français ou dans n’importe quelle autre langue, et la foi vécue en langue bretonne ?

Voici une des nombreuses questions posées en breton par Lionel Buannic à Job An Irien, prêtre et créateur du centre spirituel Minihi Levenez, dans une nouvelle émission en breton nommée “Pennad Kaoz”. 40 minutes d’interview en breton sans coupure.

L’émission sera diffusée en intégralité mercredi sur le site de Brezhoweb.

À propos du rédacteur Florent Grouin

Trentenaire, marié, père de famille, et chrétien engagé dans la cité. Florent Grouin est impliqué dans de nombreux projets associatifs ou politiques pour la Bretagne et la promotion de la langue bretonne.

Articles du même auteur

Ecoles en breton fermées ?

Des programmes en breton pour les enfants des écoles Diwan, Dihun, Div Yezh…

Vous êtes forcés de rester à la maison avec vos enfants pour les semaines à venir ? Pas de panique, Brezhoweb vous propose gratuitement des centaines d'heures de programmes en breton pour les petits et les grands.

Appel de Brezhoweb.

Brezhoweb cherche de nouvelles têtes / Emañ Brezhoweb o klask pennoù nevez

Brezhoweb cherche de nouvelles têtes, des idées et des nouveaux projets. Envie de proposer des projets d’émissions en breton ? Envoyez votre nom et votre projet. / Emañ Brezhoweb o klask pennoù, mennozhioù hag abadennoù nevez. C’hoant kinnig raktresoù abadennoù tele en hor yezh ? Lakait hoc’h anv hag ho mennozhioù.

Un commentaire

  1. Je suis tout-à-fait d’accord avec Job. Bien que ne parlant pas couramment le breton, j’en ai été nourrie dès l’enfance. Les mots de la foi, je peux les traduire mais le ressenti de ces mots n’est pas le même exprimés en une langue ou en une autre.
    L’exemple qu’il prend en parlant des chants est vérifiable : Dans une assemblée chrétienne où il y a des gens bretonnants dans l’enfance, quand un chant est entonné en breton, les voix s’enflent, l’émotion est palpable. Même ceux qui ne comprennent pas le breton sont sensibles à ce phénomène.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *