Saints bretons à découvrir

« Eloge du pèlerinage » par Gaële de La Brosse

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 min

Gaële de La Brosse, auteure dont nous vous avons déjà entretenu, nous gratifie, en cette période de Noël, d’un nouvel éloge des pèlerinages, dans un ouvrage au titre explicite. Un livre à offrir à vos  proches comme une invitation à marcher sur les chemins spirituels, les sentiers chrétiens, les routes du paradis, montrant que vous souhaitez le meilleur pour eux.

Il y a, dans tout pèlerinage, une part de mystère. Quel est cet appel impérieux qui pousse les pèlerins à quitter leur quotidien confortable pour se lancer vers l’inconnu ? Et quelle est la particularité de ces hauts lieux qui les aimantent ? Des écrivains ont tenté de les décrire : les sanctuaires seraient des oasis de l’âme, des lieux où souffle l’Esprit, un coin de Ciel sur la Terre. Et s’ils étaient, justement, le paradis perdu et retrouvé ?

Une invitation à péleriner

Après avoir donné quelques clés pour comprendre ce phénomène universel et intemporel, l’auteur raconte une vingtaine de pèlerinages qu’elle a effectués, en France et dans les pays voisins : ils comptent parmi les plus beaux moments de son existence.

Dans un style vivant et incarné, elle prouve brillamment que chacun peut choisir le cheminement qui lui convient, car il y a mille et une façons de pérégriner.

Un ouvrage menant à l’humilité

Gaële de La Brosse est éditrice et journaliste. Elle travaille depuis plus de trente ans sur les chemins de pèlerinage. Elle est l’auteur d’une dizaine de livres parmi lesquels, aux Presses de la Renaissance, Tro Breiz, les chemins du paradis (2006), Guide spirituel des chemins de Saint-Jacques (2010), Guide des chemins de pèlerinage (2017)

Vous connaissez désormais nos chroniques portant sur l’édition de nouveaux ouvrages. Si nous avons toujours plaisir à parler des livres qui nous sont envoyés, nous impliquons à l’aulne de cette nouvelle année ceux qui nous suivent depuis longtemps. Pour changer un peu, nous avons donc laissé un de nos lecteurs le découvrir et donner son avis, à découvrir ci-dessous.

J’ai eu beaucoup de plaisir à lire le dernier ouvrage de poche de Gaële de la Brosse qui m’a pourtant amené à beaucoup d’humilité.

En effet, j’ai pourtant pratiqué un très grand nombre de sanctuaires et de pèlerinages, de Fatima à Czestochowa et de Beauraing à Jérusalem, mais là, j’ai rencontré plus fort que moi !

Dans un style épistolaire accessible à tous et très érudit, je me suis donc régalé en mettant mes pas dans les pas de Gaële, retrouvant les belles rencontres, émotions, silences et recueillements de chaque lieu !

J’aurai pourtant été curieux d’y retrouver son expérience vécue au sanctuaire marial breton de Querrien (22) reconnu par Rome, ceux de Pellevoisin (36) et d’Issoudun (18), des ostensions limousines, et peut-être encore celui de Monserrat en Catalogne espagnole.

Mais peut-être qu’un tome 2 dans ce sens est sous presse ?

Abbé Bruno+

fils de René parti en pèlerinage à Rome en voiture en 1963

avec son ami Alain de la Brosse, à la rencontre du pape saint Paul VI.

« Eloge du pèlerinage » par Gaële De La Brosse (Auteur) Paru le 28 octobre 2021 aux Editions Salvator.

Vous pouvez vous procurer l’ouvrage de Gaële de La Brosse en le commandant via ce lien partenaire. En commandant via ce lien, Amazon reverse une part de votre achat à Ar Gedour et contribue ainsi à son fonctionnement.

À propos du rédacteur Redaction

Les articles publiés sous le nom "rédaction" proviennent de contributeurs occasionnels dont les noms sont publiés en corps de texte s'ils le souhaitent.

Articles du même auteur

Pardon Sainte Anne-des-Bois (Berné)

Physique cantique en Bretagne

Amzer-lenn / Temps de lecture : 8 min Ce n’est qu’à partir des années 60 …

Jean Picollec, profession éditeur (une chronique de Bernard Rio)

Amzer-lenn / Temps de lecture : 4 minL’éditeur Jean Picollec est passé de l’autre côté …

Un commentaire

  1. Merci de bien vouloir préciser à l’abbé Bruno que l’ancienne capitale du bas Berry, Issoudun, où est vénérée Notre Dame du Sacré Cœur, ne se situe pas dans le cher (18), mais dans l’indre (36)…
    Ah, mais!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.