Saints bretons à découvrir

Retour sur le grand pardon de Sainte Anne d’Auray

Basilique Sainte-anne d'Auray.
Amzer-lenn / Temps de lecture : 4 min

Un Pardon à la hauteur de son ampleur, voici comment pourrait se résumer le Grand Pardon de Sainte Anne d’Auray qui s’est déroulé ce mardi 26 juillet. Les fidèles étaient invités à le préparer dès le 18 juillet par des veillées de prière quotidiennes à la Basilique dont la première était intégralement en breton.

Comme chaque année, ce Grand Pardon a rassemblé plusieurs milliers de pélerins venus de tous les coins de Bretagne ou de plus loin. Cette année néanmoins, il s’est déroulé avec une émotion toute particulière due à la présence de son Excellence Monseigneur Jean-Clément Jeanbart, Archevêque d’Alep (Syrie) qui le présidait.

Le programme, dense et varié a permis à chacun de trouver la formule qui lui convenait le mieux. En deux jours, se sont succédées chapelet, conférence, vêpres, veillée de prière, nuit d’adoration et plusieurs messes : tout portait les fidèles vers une intimité plus grande avec la Patronne des Bretons. La fête traditionnelle n’était pas en reste puisque sonneurs et danseurs ont animé le mardi après-midi.

La magnificence des cérémonies, notamment la veillée de prière, la messe et les vêpres pontificales, n’est plus une surprise mais reste, pour les pèlerins et les touristes, propice au recueillement pour les premiers et à l’admiration pour les seconds. Rien ne remplace le fait de vivre ces événements réellement sur place, mais  nous laisserons, à ceux qui n’ont pas pu se joindre, le soin de glaner ci-dessous quelques pépites et à ceux qui étaient présent de faire mémoire de ce temps fort.

La langue bretonne au coeur des célébrations

La veillée du lundi 25.Pour les brittophones , c’est avec un plaisir certain que nous avons pu vivre notre foi en breton. Veillées et messes intégralement en breton, cantiques en breton et bilinguisme pour les autres célébrations. La dernière veillée de préparation à ce pardon par exemple, a réussi à proposer aux fidèles un bilinguisme permettant à la fois aux brittophones et non-brittophones de s’y retrouver avec un plaisir partagé.

Beau succès à noter pour la messe en breton du mardi : celle-ci a rassemblé plus de 200 fidèles dans la petite chapelle de Sainte-Anne d’Auray, malgré une concurrence de la messe en français à la basilique, et un léger manque de communication pour ceux qui ignoraient où était célébrée la messe en breton.

Un pardon sur le thème des Chrétiens d’Orient

Le pardon était présidé par Monseigneur Jean Clément Jeanbart, Archevêque d’Alep en Syrie. Répondant à l’invitation de Monseigneur Centène, l’évêque de Vannes, Mgr Jeanbart a axé la cérémonie et tout particulièrement son prêche sur la situation des chrétiens d’Orient, et sur l’espoir que nous devons garder en priant Sainte-Anne. Il est particulièrement sensible à la vénération de la mère de Marie, car depuis toujours elle l’a accompagné dans sa mission, comme il l’a précisé à plusieurs reprises.

De nombreux chrétiens d’Orient hébergés dans le diocèse ont participé aux différentes célébrations. Ayant commenté en live les cérémonies, vous pouvez retrouver sur nos comptes Twitter les différentes citations du prêche de Mgr Jeanbart. En voici trois qui résument assez bien :

Quelques photos du pardon

 

POINTS FORTS : 

  • une messe quadrilingue (breton, latin, anglais et français), l’anglais en raison des nombreux chrétiens d’Orient présents à ce pardon.
  • la langue bretonne réellement au coeur des célébrations (veillée en breton, messe intégralement en breton avant la procession, évangile anamnèse et cantiques en breton pendant la grand-messe).
  • une procession bien mise en avant, avec la statue de Sainte Anne, les bannières et les costumes bretons des différentes paroisses.
  • Dans le livret du pèlerin pour les célébrations, les cantiques en breton y prennent une bonne place, et les titres sont traduits en français de manière à ce que les non-brittophones comprennent au moins l’esprit du cantique à défaut de comprendre toutes les paroles.

POINTS A AMELIORER : 

  • La communication sur les célébrations en breton à développer (très peu de publicité pour la veillée en breton, messe en breton à la chapelle non indiquée sur place alors que la messe en français se déroulait en même temps à la basilique…)
  • Le Gloria n’était pas liturgique : l’hymne était coupé par un refrain au lieu d’être dit d’un seul tenant.
  • Le livret du pèlerin pour les célébrations ne contient pas de breton en dehors des paroles des cantiques
  • Un rappel aux fidèles eu été utile pour insister sur l’importance d’assister à toute la messe, et non pas jusqu’à la communion uniquement. Nous avons pu voir de nombreux fidèles partir après avoir communié.

 

 

À propos du rédacteur Florent Grouin

Trentenaire, marié, père de famille, et chrétien engagé dans la cité. Florent Grouin est impliqué dans de nombreux projets associatifs ou politiques pour la Bretagne et la promotion de la langue bretonne.

Articles du même auteur

boite à musique

Ur voest sonerezh « O Rouanez karet an Arvor » evit pediñ gant ar vugale

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 minAr Gedour a ginnig deoc’h ar voest sonerezh …

Le lancement officiel de Galoweb, c’était lundi dernier à Rennes

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 minLe 24 mai dernier avait lieu à Rennes …

3 Commentaires

  1. martine Decatheaugrue

    Bonjour , comment se procurer l Homélie format papier de Monseigneur Jeanbart?
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.