Saints bretons à découvrir

A découvrir : un site consacré au chouchen

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 min

chouchen.bzhEn 1987, Gildas Jaffrenou, luthier et harpiste breton, fils de Taldir-Jaffrennou, publiait un ouvrage intéressant intitulé « Mythologie, légendes et histoire des boissons en Bretagne et ailleurs« . Il était question du chouchen, cette boisson ancestrale que les druides encore aujourd’hui intègrent dans leurs cérémonies. Des ouvrages consacrés au chouchen ont été publiés, mais il n’y avait pas à ce jour de site internet traitant du sujet. Un nouveau site vient donc de voir le jour en ce mois d’août :

www.chouchen.bzh

Ce site vous présente tout ce qu’il y a à savoir sur l’hydromel breton, traditionnellement appelé le Chouchen. Son origine, comment le déguster, l’évolution de ses méthodes de fabrication à travers le temps, les meilleurs producteurs de chouchen, mais aussi des recettes à base de chouchen ou encore des cocktails bretons contenant ce fameux breuvage.

Vous découvrirez sur Chouchen.bzh pourquoi cet alcool breton est la boisson favorite des dieux et des Bretons (en toute objectivité cela va de soi).

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

Feiz e Breizh

Plus de 1200 fidèles, dont 480 marcheurs pour le Pèlerinage Feiz e Breizh 2022

La 5e édition du pèlerinage « Feiz e Breizh », les samedi 17 et dimanche 18 septembre 2022, a rassemblé 480 marcheurs, marquant une progression de 59 % par rapport à 2021. La messe de clôture à Sainte-Anne d’Auray a été célébrée dans une basilique comble.

[PATRIMOINE] Les splendides bannières LE MINOR

L’histoire entre la maison LE MINOR et les bannières de procession est une histoire qui dure depuis plus de 60 ans. En effet, c’est en 1953 que...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.