Saints bretons à découvrir

Adieu, petit Gaspard !

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 min

Gaspard, c’est ce beau petit garçon né le 30 août 2013 non loin de Rennes, et dont les parents avait découvert, quelques mois après sa naissance, qu’il était atteint de la maladie de Sandhoff, provoquant une dégénérescence du système nerveux central. Elle s’accompagne aussi d’une cécité précoce, d’une détérioration motrice et mentale progressive, et dans le cas de Gaspard, de problèmes respiratoires. Cette maladie, le plus souvent infantile, laisse une espérance de vie d’environ 4 ans.

Les parents de Gaspard avaient créé une page Facebook nommée « Gaspard, entre Terre et Ciel » que le papa du petit garçon mettait à jour très régulièrement. Ce témoignage donné par Gaspard et sa famille a ému beaucoup de monde et la page est actuellement suivie par plus de 108 000 personnes. Alors que la sombre perspective ne laissait aucune place à l’espoir d’une guérison, l’histoire du petit Gaspard aura donné espoir à beaucoup de gens, avec cette capacité de voir l’espérance à travers les épreuves, cette Espérance (avec un grand E) chrétienne qui voit dans la mort un passage à cette Vie en Dieu.

Gaspard s’est éteint hier à l’âge de trois ans et demi, et son papa a publié ce message, entraînant de nombreux commentaires de soutien, de sympathie, de condoléances et d’union dans la prière  :

« Chers amis,

Nous avons l’immense tristesse de vous annoncer la mort de notre petit Gaspard.
Son âme de chevalier est montée au Ciel mercredi 1er février, en début de soirée.
Il est parti apaisé, sans souffrir, accompagné jusqu’à son dernier souffle par sa maman.
La peine qui nous habite est immense. Nous nous confions à vos prières et vos pensées, plus que jamais. Nous avons vraiment besoin de vous.

Louise, un jour, nous a dit la chose suivante : « Gaspard, sur la terre, il ne nous voit pas mais nous, on le voit et on veille sur lui. Et ben, quand il sera au ciel, ce sera l’inverse : nous, on ne le verra plus, mais lui nous verra et ce sera alors lui qui veillera sur nous… ». Voilà notre espérance…

Gaspard, mon fils, maintenant, c’est à toi de jouer. Va, cours, vole et console tous ceux qui pleurent. »

Si nous devions nous en tenir à nos pensées et à nos réflexions humaines, il serait préférable de se taire, tant il est vrai que la mort d’un enfant peut paraître intolérable à notre raison. Mais il y a là cette Espérance qui ouvre ainsi sur l’accomplissement de la vie, transformant par le passage de la mort cette vie terrestre en plénitude de Vie. Nous ne pouvons donc que rendre grâce à Gaspard, à son papa, à sa maman et à toute la famille pour ces partages qui, au-delà de l’intimité dévoilée, nous ont offert ce témoignage de vie qui aura certainement porté de nombreux fruits, et que la courte vie de Gaspard aura donné bien plus que beaucoup d’entre nous pourrons donner d’une vie entière. Nous recommandons le petit Gaspard et sa famille à votre prière. Le site Aleteia a publié une prière à l’intention de Gaspard, que vous pouvez retrouver ici.

Le papa de Gaspard ajoute :

La messe d’enterrement aura lieu demain, samedi 4 février à 10h. Merci de vous unir à nous par la pensée, par la prière ou par une bougie allumée chez vous à cette heure-là.

Et comme très nombreux sont ceux qui souhaitent aider la famille, le papa de Gaspard a publié les informations suivantes :

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

vallée des saints

6 octobre : Saint Ivy

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 minSaint Ivy (ou Ivi, Yvi), moine de Bretagne …

Les paroisses fantômes

Amzer-lenn / Temps de lecture : 5 minUn constat au fil des kilomètres, qui fait …

3 Commentaires

  1. Men Doué béniget, ho pet truhé dohem! Je peure.

  2. Skuzet! Je pleure, l’émotion…

  3. Petit Gaspard Chéri, ton beau visage si doux va nous manquer mais il reste gravé à jamais dans nos cœurs. Merci pour ces beaux moments en ta compagnie. Je te demande de prier et de veiller sur tes parents, tes frères et sœurs donne-leur la force d’accepter cette douloureuse séparation . Merci Petit Ange, merci à toi notre petite fleur au ciel que nous continuerons à arroser ici- bas afin qu’elle grandisse en beauté, en prières et consolation pour tous les parents qui sont au chevet d’un enfant malade et qu’à l’image de tes parents qu’ils aient la force et le courage de l’aimer, le chérir et de le couvrir de tendresse et d’amour. Merci Mon Ptit Gazou comme j’aimais t’appeler et repose en paix dans les bras de Maman Marie que ton gazouillis de joie et bonheur au ciel nous parvienne pour apaiser nos cœurs. Sentiments de douloureuse sympathie à tes parents. Que le Nom du Seigneur soit béni à jamais. Amen.
    Une Maman d’ Afrique.
    Katy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.