Saints bretons à découvrir

Il est Ressuscité, Alléluia !

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 min

Quelle pitié ces derniers jours, cet innocent supplicié, achevé sur la croix entre deux délinquants ça faisait peine à voir. Et sa mère présente qui a tout vu, quelle dignité malgré la peine, quelle ne fut pas sa douleur quand le légionnaire perça de sa lance la dépouille pendante de ce Jésus. Il semblait en même temps qu’un glaive lui transperçait le côté aussi, en plein cœur. Il m’a semblé qu’elle dût s’appuyer sur le jeune homme à côté d’elle.

Et puis ils l’ont dépendu, le corps a été emporté dans une tombe placée non loin. Et comme la Pâques allait commencer tous se sont rentrés d’autant que le temps s’était couvert le ciel tout assombri et il y eut des éclairs, il y eut même une sorte de tremblement de terre du genre à réveiller les morts, on dit même que certains sortirent de leurs tombeaux – y’a d’ces superstitieux – Ce qui est sûr en tout cas c’est qu’au temple il y a eu un sacré charivari ! le grand rideau qui sépare le Saint des Saints s’est déchiré de haut en bas, alors qu’il est bien épais. Impressionnant tout ça…  

… Et puis, il y a ces femmes qui disent qu’il n’est plus dans le tombeau, qu’à la place elles y ont vu des anges qui leur ont dit qu’il était ressuscité. Elles sont allées chercher Pierre, leur chef, qui a tout trouvé comme elles le racontaient, et il n’était pas seul à s’y être rendu.  Depuis, dit-on plusieurs l’ont vu, ceux qu’on nomme les apôtres mais il y en a d’autres qui disent l’avoir rencontré sur leur route, dans leurs vies, sans s’y attendre juste en l’évoquant. Enfin en cherchant à comprendre le sens de tout ça, or en acceptant son message, ce qu’il a fait, bref en laissant son histoire leur parler, comme s’il était là : Tout semblait s’éclairer, parce que ça coïncidait avec les écritures et le souvenir de sa vie le révélait si concret, réel et présent que « leur cœur était tout brûlant ». Ils sentaient qu’ils étaient visités et quand ils voulurent concrétiser la rencontre, en l’auberge d’Emmaüs, c’est à la fraction du pain, qui fut béni avant, qu’ils le reconnurent en sa chair comme il le leur enseigna le jeudi précédent, autour de la table du repas de la Pâques.

En revoyant se réaliser la scène de sa dernière cène, dont il leur avait dit qu’ils devaient la revivre afin qu’alors il soit là, en sa chair et son sang : ils comprirent soudain qu’il était bien présent « au milieu d’eux » et que de cela, cette expérience de le voir exister encore, que cela le faisait agir à nouveau : c’est donc qu’Il est Re-suscité, et ça ils se devaient d’en témoigner : Il est vraiment RE-SUSCITE quand on fait la fraction du pain, Alléluiia !

À propos du rédacteur Tad Kristof

Tad Kristof a été ordonné prêtre en juin 2000. Il a exercé notamment en Afrique où il a créé "Tud a Vreizh" à Libreville. Passionné par la Bretagne, il contribuera à la dimension spirituelle d'Ar Gedour en répondant aux questions qui lui seront posées.

Articles du même auteur

Pensées sur les dernières heures du Christ.

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 minLe voyant souffrir sous le poids de la …

Qu’est-ce que le corps ?

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 min « Qu’est-ce que l’homme pour toi, Seigneur, le …

Un commentaire

  1. Simplement : MERCI !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *