Saints bretons à découvrir

AGRICULTEURS : LA VIE EST PLUS FORTE

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 min

Lu sur le site du Diocèse de Vannes :

Pour la troisième année à Sainte Anne d’Auray, s’est déroulé le pardon des agriculteurs. A l’issue de la messe, tous se sont retrouvés au pied de la statue de Yvon Nicolazic, priant le chapelet devant la statue de Sainte Anne et de Marie,  afin d’invoquer leur intercession, à l’heure où le monde paysan vit des drames. « Rien, jamais, ne tuera la vie car c’est en Dieu que la vie a sa source », a-t-on affirmé avec force. 

Sous la statue de Yvon Nicolazic, érigée pour le premier pardon des agriculteurs en octobre 2015, une plaque porte cette inscription : « Madame Sainte Anne, apparue en ce lieu à Yvon Nicolazic, paysan de Keranna, avec nous, priez pour les agriculteurs ». 

Prions pour les agriculteurs

A l’initiative de Jacques Jeffredo, ancien maraîcher, cette journée invite à soutenir par la prière les familles « touchées par les drames en agriculture ». 

Sur le parvis de la basilique, deux mises en scène sont venues exprimer symboliquement à la fois ce soutien fraternel aux agriculteurs dans leurs souffrances et l’espérance transmise par l’Evangile : un olivier cerné de onze croix blanches représentant les apôtres à Gethsemani, le Christ à la veille de sa mort… Et plus loin, « la vigne d’allégresse, en signe d’espérance ».

 

Respecter le travail des agriculteurs

« Le travail, ce n’est pas qu’un salaire, c’est aussi de la reconnaissance, insiste Jacques Jeffredo. Le respect du au labeur des paysans commence par le respect des fruits de leur travail. Or, « comment un agriculteur peut-il être heureux lorsque l’on voit toute la nourriture qui est gâchée ? » interroge Jacques Jeffredo. Et d’inviter chacun à réfléchir à ses propres modes de consommation : « nous sommes tous responsables »…

 

Pour une vie plus digne

Entendant la souffrance vécue par les agriculteurs, dont beaucoup  ne parviennent plus à vivre de leur travail, au point que certains, brisés, font le choix de « partir trop tôt« , le Père Guillevic, recteur du sanctuaire, a invité à accueillir l’espérance, clamée par l’Evangile. « Nous vivrons car la vie est toujours plus forte que la mort ! «  a-t-il affirmé dans son homélie.

« Nous prions pour que la dignité humaine de chaque être humain soit respectée et que chacun reçoive le juste salaire de son travail. Nous affirmons que la vie humaine, le travail de l’homme ont plus d’importance que l’argent qui doit être au service des hommes pour une vie plus humaine, plus digne, pour le faire grandir et non pour l’exploiter ». En effet, lorsque qu’il devient un but, « l’argent provoque la mort des plus faibles », a-t-il poursuivi.

 

Les agriculteurs, premiers partenaires de Dieu…

Le Père Guillevic a donné lecture du message de Monseigneur Luigi Ventura, nonce apostolique en France :

« Le Pape François a une pensée particulière pour ceux qui son en souffrance et confrontés à d’importantes difficultés. Il prie particulière pour ceux qui en désespoir de cause se sont donnés la mort. Il les confie à la tendresse du Père des Cieux. Il veut aussi assurer de son soutien leurs familles et leurs proches. Le travail des agriculteurs est sans doute un des plus nobles puisqu’il vise essentiellement à nourrir leurs frères humains. Malheureusement la valeur de ce travail n’est pas toujours suffisamment reconnue. Le Saint Père souhaite que les agriculteurs puissent vivre dignement de leur travail et que celui-ci soit justement estimé. Par leur dur labeur, les agriculteurs sont comme les premiers partenaires de Dieu dans l’œuvre de la création confiée aux hommes. Le Pape François accorde bien volontiers sa bénédiction apostolique à tous les pèlerins présents à ce pèlerinage ainsi qu’à leurs familles ». 

À propos du rédacteur Redaction

Les articles publiés sous le nom "rédaction" proviennent de contributeurs occasionnels dont les noms sont publiés en corps de texte s'ils le souhaitent.

Articles du même auteur

Pardon Sainte Anne-des-Bois (Berné)

Physique cantique en Bretagne

Amzer-lenn / Temps de lecture : 8 min Ce n’est qu’à partir des années 60 …

Jean Picollec, profession éditeur (une chronique de Bernard Rio)

Amzer-lenn / Temps de lecture : 4 minL’éditeur Jean Picollec est passé de l’autre côté …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.