Saints bretons à découvrir
Accueil > Culture / Sevenadur > Testament nevez hon Aotrou hag Salver Jézuz Christ.

Testament nevez hon Aotrou hag Salver Jézuz Christ.

bible-breton.jpgLu sur le site de l’Eglise protestante Evangélique de Rennes Sud

 

Si vous avez compris ce titre, c’est que le Breton n’a pas de secret pour vous. L’histoire de la traduction du Nouveau Testament dans notre langue régionale vous intéresse ? Et oui, le protestantisme en terre celte est riche d’une histoire parfois méconnue, invitation à en savoir plus …

On ne le sait pas toujours, mais il existe une histoire du Protestantisme en Bretagne. Notre région est riche aussi par sa diversité cultuelle, et ce, depuis les débuts de “la religion” en France.

Une des œuvres de ce Protestantisme fut, au 19ième siècle, la traduction de la Bible en langue Bretonne. Cela ne s’est pas fait en un jour, et il a fallu des hommes, parfois d’origines bien différentes, et un demi-siècle pour que les Bretons aient leur traduction de La Parole de Dieu.

L’initiative est venue d’outre Manche, du Pays de Galles, qui connut au 18ième siècle un élan profond de réveil religieux, entièrement fondé sur la redécouverte des enseignements de la Bible. Leur foi se développa et s’affermit, toujours appuyée sur le texte Biblique seul. Parce que c’est dans la nature même du message de l’Evangile que de se répandre, les Gallois eurent bientôt le souhait que ceux qui ne possédaient pas encore le texte sacré dans leur langue maternelle puisse bientôt l’avoir, à commencer par leurs frères en celtitude, les Bretons de Bretagne.

Un travail d’équipe, constitué de pasteurs Gallois et de lettrés Bretons, et en particuliers de Jean François Le Gonidec, se mirent à l‘œuvre. Jean François Le Gonidec, grammairien à l’Académie Celtique de Paris, acheva la traduction du Nouveau Testament en 1818. Succès de librairie ? non, pas du tout, le monde catholique n’attendait pas vraiment cette œuvre, et les protestants étaient encore bien rares.

Mais le travail était fait et les 1000 exemplaires édités finirent par se vendre, au Pays de galles surtout !

Il fallait donc convaincre de l’utilité de lire la Bible avant d’en faire la diffusion. Les missionnaires Gallois s’y employèrent durant la première moitié du 19ième, des hommes consacrèrent leur vie à répandre le bonne nouvelle du salut en Jésus Christ dans les villes et les campagnes de Morlaix, Quimper…

Les missionnaires constatèrent que la traduction de Le Gonidec était trop intellectuelle et dès 1844, entreprirent sa révision, toujours dans cette association pasteur gallois et lettrés populaires Bretons, qu’il trouvèrent en Guillaume Ricou ( fabuliste et poète Bretonnant ). Et en 1847, parut le Testament nevez hon Aotrou hag Salver Jésus Christ 

Chose remarquable, le traducteur Ricou trouva le Salut durant son ouvrage, et fit graver sur sa tombe l’épitaphe: “Vous êtes sauvés par Grâce, au moyen de la foi, et cela ne vient pas de vous, c’est un don de Dieu.” Lettre aux Ephésiens.

D’autres éditions suivirent, dont celles du petit fils de Guillaume Ricou, Guillaume Le Coat, qui put, après des études littéraires, en faire plusieurs éditions. C’est son édition qui est toujours utilisée aujourd’hui par les Bretonnants, même si d’autres traductions depuis ont aussi vu le jour.

Le Dieu de la Bible est le Dieu de tous les hommes, sans distinctions. Entendre le message qu’il nous adresse dans notre langue maternelle est vital pour comprendre qu’Il est aussi notre Dieu, qui nous connaît tels que nous sommes.

Et ils chantaient un cantique nouveau, en disant: Tu es digne de prendre le livre, et d’en ouvrir les sceaux; car tu as été immolé, et tu as racheté pour Dieu par ton sang des hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple, et de toute nation; (Apocalypse 5:9)

Vous trouverez une traduction de certaines portions de la Bible en Breton sur le site :

http://bibl.monsite-orange.fr

Vous trouverez l’histoire complète de la traduction de la Bible, et une riche documentation sur l’histoire générale et locale du protestantisme en Bretagne dans le livre de Jean Yves CARLUER, PROTESTANTS et BRETONS, ED. La cause 2003, qui nous autorise ici à en publier un bref résumé. Et pour ceux qui veulent découvrir le passé et le présent protestants de la Bretagne, nous recommandons son blog :

http://protestantsbretons.fr/protestants

 

__________________________

POUR ALLER PLUS LOIN : lire aussi les articles d’AR GEDOUR “Les protestants aussi chantent en breton” : ici et

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

Ce week-end, le grand pardon de Sainte Anne-la-Palud

Dans le Diocèse de Quimper & Léon, il existe de très nombreux pardons. Il en …

[BRETAGNE EN 3D] Le sanctuaire de Querrien en 360°

Le Sanctuaire Notre-Dame de Toute Aide se trouve à Querrien dans les Côtes d’Armor. C’est …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *