Saints bretons à découvrir

Et si cet été vous vous rendiez à l’un des nombreux pardons de Bretagne ?

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 min
inventaire pardons bretonsLa Bretagne est un territoire présentant une triple originalité : le plus important maillage de sanctuaires chrétiens en France (églises, chapelles, oratoires, fontaines de dévotion), un extraordinaire festiaire de 460 saints jouissant d’une dévotion populaire, et la permanence de pardons (Basse-Bretagne) ou assemblées (Haute-Bretagne) célébrant la fondation de ces sanctuaires et leur dédicace généralement aux saints insulaires venus évangéliser la Bretagne armoricaine entre le troisième et le dixième siècle.
Le pardon est ainsi indissociable de l’espace qu’il anime et du temporel qu’il active. L’attachement des Bretons à leurs chapelles et à leurs saints ne se dément pas au fil des siècles. Il se manifeste chaque année depuis le bas moyen-âge dans le placître des chapelles où la fête alterne une dimension sacrée et des réjouissances profanes, rassemble les générations, intègre les nouveaux venus dans le village, attire les visiteurs de passage.
Retrouver une parenté, des amis ou des voisins le jour du pardon va de soi. Nul n’a besoin de noter sur son agenda la date de la fête tant elle est inscrite dans les mémoires, et le pardon prime alors sur toute autre activité et rendez-vous. Les pardons qui se succèdent à la belle saison sont indispensables à la vie paroissiale et communale ; ils permettent notamment aux familles que la vie professionnelle a dispersées de se retrouver, aux citadins de remettre leur pas dans ceux de leurs ancêtres paysans et aux estivants de découvrir un pays fier de ses traditions religieuses, heureux de partager ses racines et sa culture.
Et puis la vie communautaire, familiale comme villageoise, entraîne des frictions inévitables, voire des querelles de voisinage qu’il faut savoir clore ou du moins, taire…. Une fois l’an ! Pour repartir du bon pied ! Le pardon porte bien son nom…
C’est aussi l’occasion, ici de chauffer le vieux four banal pour la cuisson de pain comme on n’en fait plus, là de boire la godinette, apéritif à base de cidre qui vous fait chanter en breton quand bien même vous ne le parleriez pas et, partout, de vous procurer une barquette de flan d’avoine ou une douzaine de crêpes pour le dessert du soir.
L’ADN d’un pardon est dans cette alchimie à la fois religieuse et profane. Par la messe et la procession, on se met dans les pas du saint dédicataire, exemple à suivre à la suite du Christ. Comme nos milliers de chapelles sont enracinées dans la terre, la liturgie elle-même est enracinée dans la culture propre de Bretagne, et c’est pourquoi vous retrouvez des cantiques bretons dans le programme de la messe, notamment le cantique local dédié au saint dédicataire, véritable catéchèse. Bannières et costumes sont de sortie, marquant la solennité. Les rites du feu (par le tantad, feu de joie à l’issue de la messe parfois démarré par un ange pyrophore) ou de l’eau (bénédiction de la fontaine) achève de marquer cette incarnation. Des sacramentaux pour mieux comprendre la réalité du pardon.
Mais un pardon sans l’aspect festif qui s’ensuit ne serait pas un pardon. Ainsi, du verre de l’amitié au repas convivial, des concours de palets au fest-deiz, la dimension profane prend la suite de la messe, l’un n’allant pas sans l’autre. Alors il vous est ainsi permis de vivre une journée revigorante, où le réseau social est bien réel et dans lequel règne une dimension humaine qui fait un bien fou.
Les pardons sont ainsi en Bretagne comme les pierres dressées dans nos campagnes, menhirs, calvaires et chapelles, la présence visible de l’âme de tout un peuple.
D’après Eflamm Caouissin / Yves Daniel (+) / Bernard Rio 

À propos du rédacteur Erwan Kermorvant

Erwan Kermorvant est père de famille. D'une plume acérée, il publie occasionnellement des articles sur Ar Gedour sur divers thèmes. Il assure aussi la veille rédactionnelle du blog et assure la mission de Community Manager du site.

Articles du même auteur

1añ a viz Gouere : SANT GOULVEN, MANAC’H HAG ESKOB

Amzer-lenn / Temps de lecture : 4 min Anv Sant Goulven, anavezet c’hoazh dindan ar …

RDV le 3 juillet pour le Pardon de St Gildas-des-Bois

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 minLa 8e édition du Pardon de St Gildas-des-Bois …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.