Saints bretons à découvrir

Euthanasie : je me posais la question…

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 min

L’un de nos chroniqueurs nous propose son billet d’humeur sur un thème d’actualité. A ce propos, sachez que nous allons diffuser d’ici quelques semaines un document bilingue français/breton sur ce sujet. Nous vous en reparlerons sous peu, mais d’ores et déjà, si vous souhaitez le recevoir gratuitement (lots de 200 exemplaires à diffuser autour de vous), nous vous remercions de nous laisser vos coordonnées par mail en cliquant ici.

 

Suite à une discussion avec des défenseurs de l’euthanasie invoquant l’aide à « mourir dans la dignité » et le « respect d’un choix personnel de tout arrêter » qui ne nous regarderait pas, mes pensées se perdaient à travers les méandres de ce sujet.  

Quelque peu gêné par certains arguments, je me demandais donc : pourquoi tenter de sauver une personne qui veut se suicider par divers modes, mais à contrario vouloir l’accompagner dans son shoot final ? Pourquoi créer des associations de lutte contre le suicide, et par ailleurs faire la promotion du suicide assisté ? 

J’avoue ne pas trop comprendre une logique que l’on retrouve chez certains de ces défenseurs pro-mort. L’actualité d’aujourd’hui, avec ce couple qui s’est suicidé « sans assistance« , m’incite donc à publier ce billet plus tôt que prévu. 

Alors puis-je poser les questions suivantes ? 

Est-ce le choix du modus operandi (plus ou moins violent) de sa propre mort qui donne une possibilité de « mourir dans la dignité » ou non ? Mourir d’un shoot exagérément calibré nous permet-il de mourir plus dignement que passer de vie à trépas en avalant un cocktail médicamenteux décapant  ? 

Mais la question qui me turlupine, c’est cette volonté de permettre à celui qui veut se suicider de laisser quelqu’un le faire à sa place. 

Dis-moi, ami pro-euthanasie, as-tu si peur de la mort que tu veuilles venir la chercher avant qu’elle ne nous fauche ?  As-tu si peur de la mort que tu veuilles la contrôler (même si ce  contrôle n’est qu’illusion) ?

Alors, ami pro-euthanasie, dis-moi, toi qui veux aider les gens dans leur « choix personnel de tout arrêter » : si tu vois quelqu’un qui a envie d’en finir avec la vie, iras-tu l’aider en tentant de l’écouter et d’entendre sa détresse, ou lui feras-tu le noeud de sa corde ?

L’accompagneras-tu dans sa détresse ou chargeras-tu son arme ?

L’aideras-tu à enjamber la rambarde du pont, ou chercheras-tu à raisonner cette personne pour lui redonner le goût de la vie ?

Tenteras-tu de le sauver pour qu’il puisse se ressaisir ou passeras-tu ton chemin en te disant : « c’est son choix personnel de tout arrêter » ?

Loin de moi l’envie de te juger, mais j’ai clairement l’envie de comprendre la logique de ta pensée… 


Tanhouarn

À propos du rédacteur Tudwal Ar Gov

Bretonnant convaincu, Tudwal Ar Gov propose régulièrement des billets culturels (et pas seulement !), certes courts mais sans langue de buis.

Articles du même auteur

Widilma, le nouveau groupe néo-folk celtique

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 minOn avait pu voir la collaboration des musiciens …

Le Festival des Brodeuses, c’est ce week-end à Pont l’Abbé

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 minLe festival des brodeuses a lieu ce week-end …

2 Commentaires

  1. Bien vu, Tan Houarn! J’attends maintenant les contre-arguments d’un pro-euthanasie sur cette logique démonstrative qui est le bon sens même! Je doute vraiment qu’en toute objectivité, on puisse faire une différence réelle entre euthanasie (demandée) et suicide, et entre euthanasie (non demandée mais compassionnelle) et meurtre…
    Il est à noter que souvent, les défenseurs de l’euthanasie sont des biens portants et non les malades eux-mêmes…

  2. Les mots euthanasie, cocktail lytique, sédation…sont des euphémismes destinés à masquer la réalité de cette pratique: l’euthanasie est un empoisonnement, volontaire ou subi, mais cela reste un empoisonnement et donc un suicide et/ou un meurtre. Quelle différence, finalement, entre ces cocktails et du curare???

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.