Saints bretons à découvrir
Accueil > Actualités / Keleier > Fin ar Bed, un thriller en breton, sera diffusé sur France 3 Bretagne fin septembre

Fin ar Bed, un thriller en breton, sera diffusé sur France 3 Bretagne fin septembre

Producteurs et comédiens (au centre, Roger Stéphan et Nolwenn Korbell) ont présenté la série Fin ar Bed à l’occasion du festival international du cinéma, de Douarnenez. (©Le Progrès de Cornouaille-Le Courrier du Léon)

Mardi 22 août 2017, la salle des fêtes de Douarnenez accueillait un large public venu découvrir en avant-première les trois premiers épisodes de la nouvelle série TV et web-série Fin ar Bed, fin du monde en breton.

Dans les rôles principaux, Marie (Nolwenn Korbell), Fañch (Roger Stéphan), Klet (Kaou Langoët). Trois personnages et trois destins qui se croisent et se lient sur les routes de Bretagne, dans un road-trip de trois jours vers le passé et l’avenir.

Le synopsis : contrainte de conduire le jeune Klet dans une course-poursuite contre son demi-frère, Marie, femme d’affaires au couple brisé, se découvre un compagnon de route en la personne de Fañch, un vieil homme avec sa mystérieuse boîte à biscuits sous le bras.

Voyage en Bretagne

Le scénario a été écrit, à partir de juin 2011, par Nicolas Leborgne, également réalisateur, Leonardo Valenti, Denis Rollier et Guillaume Grosse d’après une idée originale d’Etienne Strubel. Le genre road-movie a été d’emblée choisi.

Il se mariait tout à fait à mon histoire. Je voulais que le spectateur soit réellement embarqué dans cette série. Je me suis amusé à piocher dans les codes du thriller, du drame social et du fantastique pour la construire.
Un autre de ses souhaits, « saisir la force cinématographique de certains lieux de Bretagne comme les Monts d’Arrée, la rase campagne du Nord Finistère et ses grandes plages de sable blanc, et plonger mon trio au cœur de cette nature. »

Le projet a été, dès le départ, proposé en breton, afin « de donner une certaine ambiance à la série ». Une démarche innovante dans le domaine de la fiction en langue bretonne où l’on retrouve surtout des œuvres de comédies.

100 % breton

Nolwenn Korbell, présente le 22 août à Douarnenez, ne peut que se féliciter de ce projet. « Pour les professionnels bretonnants, acteurs, comédiens, techniciens, il est important d’avoir ce genre de relais pour nous permettre de vivre là où nous avons envie, en Bretagne. »

Trois générations de Bretons, à travers les trois acteurs principaux, sont réunies dans cette série.

Nous faisons la même route ensemble alors que nous ne parlons pas le même breton. Roger parle le breton de son époque, Kaou celui des filières Diwan et moi, celui appris auprès de mes parents. C’est un symbole fort.
La musique a été confiée à Julien Le Vu qui a dirigé trois musiciens : Pierre-Laurent Bertolino, Lionel Mauguen et Nicolas Pointard. « Nous avons proposé à Krismenn de participer à la série, ajoute Nicolas Leborgne. Nous avons utilisé deux des titres de son album. Il prête même sa voix à la série puisque c’est lui qui parle au début de chaque épisode. »

Sept épisodes

Produite par Lyo Production et Tita Productions avec le soutien, de France 3 Bretagne et la Région Bretagne, et des chaînes de télévision locales (TVR, TébéSud, Tébéo et Brezhoweb), la série sera diffusée sous la forme de sept épisodes de 10 minutes, à partir du 30 septembre 2017 sur France 3 (le 29 sur Facebook France 3) et à partir du 6 octobre sur les chaînes des TV régionales bretonnes.

Fred Premel, de Tita Productions, n’a pas caché la possibilité de faire, par la suite, de la série un film d’une heure, destiné à être diffusé sur d’autres réseaux. Cela demanderait un important travail de réécriture, donc d’autres moyens financiers, notamment. « Cette série en breton, en Bretagne, est un test, explique-t-il. Si cela fonctionne, alors, pourquoi pas en faire un film. » Affaire à suivre…

À propos du rédacteur Redaction

Les articles publiés sous le nom "rédaction" proviennent de contributeurs occasionnels dont les noms sont publiés en corps de texte s'ils le souhaitent.

Articles du même auteur

Père Ivan Brient : “La liturgie en breton permet de toucher des personnes qui ne viendraient pas forcément à la messe autrement”

Le magazine du Diocèse de Vannes “Chrétiens en Morbihan”  a publié dernièrement une interview des …

Prolongation de l’offre de souscription pour le livre “J’ai tant pleuré sur la Bretagne”

Pour des raisons techniques et logistiques, le livre-événement de Youenn Caouissin “J’ai tant pleuré sur …

Un commentaire

  1. Super,pevare ur film oa istor breîzh ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *