Saints bretons à découvrir
Accueil > Culture / Sevenadur > HERITAJ, un héritage breton à découvrir

HERITAJ, un héritage breton à découvrir

heritaj kendalc'hLa confédération Kendalc’h, appuyée par Dastum, War’l Leur, Cartolis, le Festival de Cornouaille et avec le soutien de la Région Bretagne, lance à partir de demain le projet Heritaj.

La présentation officielle aura lieu demain vendredi 31 mars 2017 à 18h à Auray, en présence des contributeurs et l’équipe Kendalc’h et 5 bénévoles assemblent actuellement le classeur qui sera disponible à Tradi’Deiz le 9 avril à Vannes pour le prix de 70€.

Heritaj consiste en un inventaire scientifique du patrimoine vestimentaire et dansé de Bretagne. Il s’agit d’une approche thématique sur l’ensemble des terroirs de Bretagne. Beaucoup de vidéos et d’écrits ont été accumulés par Kendalc’h et ses adhérents depuis près de 70 ans. Comme le précise bien le site internet dédié, “il est venu le temps indispensable de traiter toutes ces informations avec rigueur, dans une véritable démarche scientifique et avec un regard critique. Ces travaux doivent permettre d’identifier et de valoriser des éléments patrimoniaux très caractéristiques de la Bretagne : le vêtement et la danse”.

Dans un souci constant de collectage et de diffusion, Kendalc’h entend rendre accessible au plus grand nombre les recherches réalisées par les nombreuses personnes ressources représentatives des différents terroirs de Bretagne. Depuis plus de soixante ans, grâce à ce travail de passionnés rigoureux et précis, Kendalc’h se positionne comme une référence dans le domaine de la conservation des patrimoines dansé et vestimentaire de Bretagne.

Le projet Heritaj constitue donc un véritable inventaire scientifique du patrimoine vestimentaire et dansé de Bretagne. Il s’agit d’une approche thématique sur l’ensemble des terroirs de Bretagne. Beaucoup de vidéos et d’écrits ont été accumulés par la confédération Kendalc’h et ses adhérents depuis près de 70 ans. Il est venu le temps indispensable de traiter toutes ces informations avec rigueur, dans une véritable démarche scientifique et avec un regard critique. Il est venu le temps harmoniser les présentations, de peaufiner les contenus, d’y ajouter des compléments et de poursuivre les investigations pour valoriser des éléments patrimoniaux  et identitaires caractéristiques de la Bretagne : le vêtement et la danse.

Nous avions déjà parlé sur Ar Gedour de la Famille Pikett’, l’outil ludo-pédagogique développé par Kendalc’h depuis 2013, Pour le projet Heritaj, un classeur et des intercalaires déclineront par un code couleur les différents terroirs de Bretagne et permettront à tout un chacun de se constituer un outil adapté à ses besoins. Notons que ce système de classeurs et de fiches permettra une grande liberté dans son fonctionnement et dans la personnalisation de l’outil. Rien n’étant donc figé, d’autres thèmes pourront être traités (musique, patrimoine bâti…). Et effectivement, Ar Gedour a quelques petites idées en tête sur la question.

Grâce au développement des nouvelles technologies, il est nécessaire de proposer en complément un accès Internet pour  ses ressources et d’ainsi constituer un véritable portail numérique autour de la danse et du costume ; l’idée est claire pour les développeurs du projet : Kendalc’h doit rester une référence en la matière ! Pour cela, plusieurs entrées seront proposées (par terroir, par famille ou par forme de danse, par époque ou par occasion pour les costumes…). Des liens vers des ressources numériques, des vidéos, des pistes audios rendront l’outil totalement interactif, avec une démarche inédite. Même s’il est encore en développement et nécessite quelques ajustements, il suffit de jeter un rapide coup d’oeil sur le site dédié pour déjà se faire une idée de l’intérêt de cet outil : www.heritaj.bzh

Intéressant pour les passionnés, qu’ils soient issus des Cercles Celtiques ou non, il peut aussi l’être pour bien des gens, et même les écoles qui pourraient développer dans le cadre scolaire l’étude de ce patrimoine et transmettre ces connaissances aux jeunes générations. A faire connaître absolument autour de vous !

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

Départ Saint Pol-de-Léon - Photo Ar Gedour 2017

Revivez le Tro Breiz 2017 au jour le jour (Mise à jour du 22/08/2017)

Le tronçon 2017 ralliant Saint Pol-de-Léon à Tréguier faisant passer par des petits chemins et …

Grand Pardon de Sainte Anne-la-Palud ce week-end

Dans le Diocèse de Quimper et Léon, il existe de très nombreux pardons. Il en …

3 Commentaires

  1. En breton, “héritage” se dit “hêrezh”. De ce fait, le choix du mot “heritaj” prouve le parti pris patoisant de cette entreprise. Autant dire que ça n’attirera personne en dessous de 50 ans, si ce n’est les rares hippies attardés qui se la jouent fest-noz/bio/reclus/solitaires autour de 30 ans avec leurs chicots pourraves et leur tendance à la boisson.

    • Eflamm Caouissin

      Vous avez raison sur le terme “heritaj” qui, même s’il est dans le Favereau, est clairement issu du français. Toutefois, ce projet a le mérite d’exister, dans un créneau où il n’existe pas grand chose. Et je connais personnellement beaucoup de jeunes qui seront intéressés par ce classeur, jeunes qui sont très loin du côté hippie attardé dont vous parlez.

      Par ailleurs, Kendalc’h n’est pas une entreprise. Je pense qu’il est inutile de vous dire qu’il s’agit d’une confédération de Cercles Celtiques, cercles dans lequel il y a aussi des jeunes – et moins jeunes- qui loin d’un folklore qui ressort parfois chez certains, travaillent et vivent la Bretagne et essaient de transmettre. Il y a dans ce projet une transmission claire qui, si elle est associée à d’autres sujets, permettront de sortir ce patrimoine d’un cercle restreint.

      De nombreuses initiatives existent actuellement en Bretagne. Il y a parfois des choses à y redire, mais des choses avancent, pendant que d’autres râlent et laissent les autres faire.

  2. En plus de ça, on voit que c’est la pseudo-tradition gallésante qui est mise en avant dans leur clip professionnel. Il y en a vraiment ras-le-bol de ce parti-pris misérabiliste et plouc des agents culturels de la sphère subventionnée par le conseil régional. Quand est-ce que les vrais patriotes bretons prendront les rênes des affaires ? Marre de tout ce cirque qui signe la plus grande intégration de la Bretagne à France ! C’est d’autant plus ignoble que nous payons par nos impôts pour toute cette mascarade. C’est révoltant !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *