HIRIO : Sant Per Keriolet

Amzer-lenn / Temps de lecture : 6 min

StPerKeriolet.jpgPierre de Kériolet 

Pierre de Kériolet naît à Auray le 14 juillet 1602. Dernier d’une famille de 4 enfants dont il est le seul garçon, il passe son enfance au château de Kerlois, sur la commune de Pluvigner. Malgré une bonne éducation chrétienne, il pose, tout jeune, des problèmes à ses parents par sa méchanceté et sa violence. Ne pouvant l’éduquer comme il le souhaite, ils l’inscrivent au collège des Jésuites à Rennes, mais cela ne retient en rien son intérêt pour les loisirs et le libertinage. 

Le bandit de Kerlois 

Il a 22 ans environ quand , après avoir volé ses parents, il s’enfuit de chez eux: c’est le début d’une vie d’aventures inimaginables. 
Il décide alors de rejoindre le Grand Turc et de se faire mahométan. Pour ce faire, il prend un bateau sur le Danube, mais ne peut dépasser la Hongrie, il tente de s’embarquer pour Constantinople depuis Venise, en vain. Il s’installe alors à Paris, se lance dans la débauche et la sorcellerie : il est tout dévoué à Satan. 

Quand il décide de revenir en Bretagne, il est plus violent que jamais et se fait rapidement beaucoup d’ennemis. Sa fureur du duel, malgré l’interdiction du roi, le pousse même à provoquer les soldats du gouverneur de Bretagne. 
Cette rage le pousse à se faire soldat ; il participe ainsi aux guerres italo-allemande. Mais, en rebellion contre la discipline militaire, il quitte l’uniforme à peine un an après son enrolement. 
Son père meurt à cette époque, lui laissant ainsi qu’à ses soeurs un héritage important. Pierre de Kériolet se fait alors Huguenot et obtient de sa famille des avantages importants sur l’héritage en échange de son retour à l’Eglise catholique, et devient ainsi le maître d’une immense fortune. 

Plus tard, il a l’ambition de devenir magistrat au parlement de Bretagne, la plus haute cour de justice de la province. Il acheta la charge, passa un petit examen qu’il ne put éviter et le réussit ! Ce fut un immense scandale: Kériolet, juger les autres ! Il put à tout loisir semer la discorde en envenimant les plaintes jusqu’à régler les affaires à l’épée. 

Dans le même temps il multipliait les aventures, se plaisant à « cajoler les plus belles et tromper les plus sottes ». Quand il entrait dans une église, c’était pour se moquer des fidèles, singer le prêtre et tourner en dérision toute chose sacrée. 

Cependant, tout n’était pas mauvais chez cet homme  : toujours il fit preuve de bonté envers les pauvres, ne refusant jamais l’aumône bien qu’il refusât toujours qu’on le remercie ou qu’on appelle sur lui la banadiction de Dieu. Par ailleurs, il récitait chaque jour un « je vous salue Marie » : par habitude d’enfance, superstition, promesse faite à sa mère? Nul ne le sait. 


La conversion 

Une nuit, il eut une vision de l’enfer qui le troubla profondément ; il se confesse, commence à fréquenter l’église et rentre même au couvent, à la Chartreuse d’Auray. Mais au bout de huit jour il en sort et devient pire qu’avant. 

Nous sommes en 1635. Pierre de Kériolet mène belle et grande vie : vie pleine d’impiété, de débauche, de reniement. 

C’est alors qu’il entend parler d’évènements étrange qui se passent dans la ville de Loudun : on entend dire que toutes les religieuses d’un couvent sont possédées par le démon et que l’on y fait des exorcismes. Par curiosité malsaine, Kériolet accourt, accompagné de deux compagnons de libertinage. Quatre jours durant il assiste aux exorcisme et en est impressionné. Le cinquième jour, il est prit à partie par une séculière que ‘lon exorcisait : elle s’adresse à lui, lui citedes faits précis de sa vie, lui rapelle son voeu non accompli d’aller en pèlerinage à Notre-Dame de Liesse et son séjour à la Chartreuse. Intrigué, Kériolet interroge : 

« Pourquoi ai-je quitté la Chartreuse ? » 

« Dieu ne pouvait souffrir un homme si impur dans une si sainte maison. Blasphémateur et athée ! Est-il possible qu’un tel homme reçoive miséricorde ? Ô injustice divine ! » lui est-il répondu. 

Vaincu, Kériolet fait une confession publique, puis se confesse au père Archange, l’exorciste de Loudun. Nous sommes le 3 janvier 1636, Kériolet a 34 ans et vient d’être touché par la grâce. Le lendemain, le démon lui parlera à nouveau, disant que sa conversion est une conquête de Marie. 

Sur le chemin qui le ramène en Bretagne, Kériolet se fait mendiant, et de retour dans son château de Kerlois, il mène une vie austère faite de prière, de jeûne et d’aumônes. Onze ans après les apparitions de Sainte Anne à Nicolazic, le pèlerinage est en pleine expansion et Kériolet va aider à son développement par sa générosité. 

Kériolet : aumônier des pauvres 

Le 7 mars 1637, il est ordonné diacre, et le 28 mars de la même année, Monseigneur de Rosmadec l’ordonne prêtre. L’impossible est devenu réalité : le bandit de Kerlois est devenu prêtre. 

Cependant, sa conversion ne signifia pas la fin des tentations. Il dut lutter beaucoup et prier de toutes ses forces pour ne pas succomber. 
Sa maison devint un véritable hôpital pour les mendiants. Il avait une attention particulière pour les malades et les infirmes, voyant le Christ dans chacun d’entre eux. 
Les années passaient, et autant Kériolet avait inspiré la peur, autant il inspirait dorénavant le respect et la vénération. On voulait le voir, le consulter : mais il se dérobait toujours, voulant demeurer l’aumônier des pauvres. Il voulait toujours réconforter et apaiser et était rempli de miséricorde pour les pêcheurs. 
En 1658, il tomba malade. Ce fut une rude épreuve, car touché par la grâce, il craignait cependant de paraître devant Dieu à cause de sa vie passée et des péchés qui le tourmentaient sans cesse. Il alla mieux et continua sa mission malgré une grande fatigue. 
Il venait de plus en plus souvent au Sanctuaire de Sainte Anne où les Carmes lui avait réservé une cellule. 

Dans la nuit du 21 au 22 septembre 1690, il tomba gravement malade. Le 5 octobre il reçut le sacrement des malades et mourut le 8 octobre : il avait 58 ans. 
On accourut de tous les environs pour assister à ses obsèques. Il fut enterré dans la chapelle de Sainte Anne, entre la grille du Choeur et les marches de l’Autel et l’on grava sur son tombeau : 


« Ci-gît Pierre de Kériolet conquête de Marie. 
Il en fut le fidèle et zélé serviteur. » 

Lorsque la chapelle fut détruite pour faire place à la basilique actuelle, ses restes furent déposés sous l’autel au fond de la basilique, côté nord, face au tombeau d’Yvon Nicolazic.


Source : Grand Terrier

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

Rendez-vous au Breizh a gan le 5/12

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 min

LES PIERRES PARLENT de Dominique de Lafforest

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 min Un « beau livre » de dessins …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *