Saints bretons à découvrir

HOUAT : tentative d’interdiction de procession des Rameaux

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 min

Les fondamentalistes laïcards reviennent au créneau. En effet, le Télégramme du 15/04/2014, (article repris par l’Observatoire de la Christianophobie) précise qu’ils ont tentés de faire interdire la procession des Rameaux sur l’île d’Houat. 

 

« La procession des rameaux, dimanche, était-elle illégale à Houat (56) ? C’est ce que semblent penser des riverains. Parmi eux, Bernard Favot : « Cette manifestation publique n’a pas reçu d’accord préalable de la préfecture du Morbihan et n’avait pas non plus d’autorisation municipale », assure le contestataire qui invoque « l’absence de dépôt d’une attestation d’assurance pour activité de plein air ». Toujours selon lui : « Juridiquement, une procession strictement liturgique comportant des actes rituels n’entre pas dans la catégorie des processions légales ou admises, lesquelles sont de trois types selon la jurisprudence du Conseil d’État : procession patronale, procession votive et accompagnement religieux des convois funéraires ». Des militants de l’Association nationale des Libres penseurs se sont rendus à Houat et ont rappelé que l’occupation de l’espace public est une « entorse à la laïcité ». Après discussion, la procession a bien eu lieu. Mais l’an prochain ? »

 

L’an prochain, nous invitons donc le maximum de paroisses à faire des chemins de croix publics et processions des Rameaux. L’extrémisme de certains (qui n’ont pourtant que le mot « tolérance » à la bouche) n’a pas lieu d’être en Bretagne. 

Tanhouarn

À propos du rédacteur Tudwal Ar Gov

Bretonnant convaincu, Tudwal Ar Gov propose régulièrement des billets culturels (et pas seulement !), certes courts mais sans langue de buis.

Articles du même auteur

[POINT DE VUE] Langue bretonne : où est véritablement le communautarisme ?

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 minIl y a quelques jours, je me rendais …

Widilma, le nouveau groupe néo-folk celtique

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 minOn avait pu voir la collaboration des musiciens …

4 Commentaires

  1. oui, il faut continuer à annoncer la Bonne Nouvelle et cesser « d’avoir peur »… Si non,il faudrait raser toutes nos cathédrales et nous contenter des tristes gay prides ?
    Beaucoup de gens aujourd’hui,ne lisent aucun évangile,ne chantent pas dans une église,mais ils peuvent marcher. Et Dieu se laisse rencontrer à ceux qui voient passer une procession;on a des milliers de témoignages émouvants.

  2. Les pardons sont une tradition Bretonne. Outre le fait que l’on puisse discuter de la légalité du droit français en Bretagne en droit international, on peut considérer que les pardons sont un droit d’usage, car pratiqué depuis des siècles. Il peut donc trouver un justification dans le droit coutumier français d’une part, et dans le droit coutumier international d’autre part.
    Sous prétexte de »liberté », les exrémistes laics interdisent l’expression même de l’âme Bretonne. Où est alors la liberté?

  3. Si je comprends bien, une seule personne habitant l’île (et peut être pas à l’année), veut priver la population de ses traditions. Pour y arriver, il fait venir des personnes extérieures à lîle. C’est cela la démocratie? Cette procession n’enlève rien à personne. Mais l’interdire, si!!!
    Par ailleurs, si on ne tient pas compte de l’aspect religieux des pardons, il faut prendre en compte son impact sur l’image et donc sur l’économie de la Bretagne(tourisme). Les pardons font aussi parti de la culture bretonne. Or, toute personne doit avoir accès à la culture (Toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté, extrait de l’article 27 de la déclaration universelle des droits de l’homme). Interdire les pardons et processions particulières va à l’encontre de cet article.

  4. Un autre article pouvant s’appliquer:

    Article 18, déclaration universelle des droits de l’homme. Soulignons: « manifester sa religion tant en public qu’en privé ».

    Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.