Saints bretons à découvrir

Krampouezh ha galetez e Breizh a-bezh / Êtes-vous plutôt crêpe ou galette?

Il y a quelques semaines, dans une crêperie de Quimper, j’entends quelqu’un expliquer au patron, installé depuis plus de 30 ans quand il faut dire crêpe et quand il faut dire galette. Le patron a laissé dire, convaincu qu’il avait des touristes qui n’y connaissaient rien en face de lui. Ce genre de petite anecdote est fréquent, mais voici qu’un petit ouvrage édité par Coop Breizh et très agréable à lire réexplique tout.

En effet, dans le cadre d’un ensemble d’expositions temporaires en 2020 et 2021, cinq musées bretons ont uni leurs connaissances autour du sujet phare et populaire de la crêpe : le Musée de l’Ancienne abbaye de Landévennec, l’Écomusée des Monts d’Arrée, le Musée Bigouden de Pont-l’Abbé, le Musée de Dinan et le Musée départemental breton de Quimper. Cela a donné ce livre d’un peu plus d’une centaine de pages, bien illustré.

Les Bretons ont-ils toujours mangé des crêpes? Et pourquoi l’image de ce plat est-elle autant associée à la Bretagne ? Pour le voyageur, la crêpe est une évidence. Mais précisément parce qu’elle est quotidienne et « banale », profondément ancrée dans l’histoire et la vie des Bretons, la crêpe est un sujet dont les limites s’étendent au-delà du cadre étroit des disciplines.
La « crêpologie », si une telle science existait, associerait certainement la biophysique et l’histoire aux sciences de l’ingénieur et de l’anthropologie. En attendant qu’elle voie le jour, et dans le cadre des expositions, les cinq musées bretons ont interrogé archéologues, historiens et ethnologues qui dévoilent dans un livre des aspects totalement méconnus d’un plat qui nous semble si familier : l’archéologie des crêpes bretonnes, la crêpe de blé noir, la cuisson des crêpes au feu de bois… Mais aussi les crêperies
bretonnes, entre tradition et invention, et la crêpe comme patrimoine culturel immatériel… Autant d’étapes très instructives et agrémentées d’une iconographie inédite !

Cet ouvrage a été réalisé avec les contributions d’Annie Bardel (Université de Rennes 1), Alain-Gilles Chaussat (Université de Caen), Patrick Harismendy (Université de Rennes 2), Patrick Hervé, Françoise Labaune-Jean (Inrap), Julie Léonard (Bretagne Culture Diversité), Ronan Pérennec (Mission archéologie, Département du Finistère), Martine Ségalen (Paris X-Nanterre), Jean-François Simon (Université de Bretagne Occidentale)…, avec une préface de Martine Segalen, ethnologue, Professeur émérite à l’université de Paris X-Nanterre.

Enfin, cet ouvrage existe en français, mais aussi en breton (avec un chapitre en gallo), une traduction assurée par Sten Charbonneau et Gwenael Dage. Pour commander ce livre en français, rendez-vous directement sur cette page du site de Coop Breizh. Pour le commander en breton, cliquez ici.

En quelques mots / Points forts :
• L’histoire de la crêpe, l’évolution de son image, de son processus de fabrication, du matériel… à travers les siècles.
• Archéologues, historiens, ethnologues apportent une lumière nouvelle sur ce produit connu de tous. Des témoignages ont aussi été recueillis auprès de particuliers, de professionnels et de formateurs pour compléter ces informations scientifiques.
• Une iconographie inédite ; un livre qui dévoile des aspects méconnus d’un plat si familier.

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

Le magazine “Bretons” consacre un article aux chapelles : quelques précisions

Après Le Peuple Breton qui avait dans l’un de ces articles, relayé la légende tenace …

[PLOUHINEC] Aet eo Jean-Jacques Le Floch d’an Anaon

Jean-Jacques Le Floch, bien connu du milieu bretonnant du diocèse de Vannes, vient de décéder …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *