Saints bretons à découvrir

L’Ile-aux-Moines recherche son recteur

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 min

ile aux moines.jpgVu sur le site Gens de Confiance, cette annonce atypique du 16 avril 2016  :

Je suis une toute petite île en forme de croix et mon curé âgé vient de me quitter à regret, pour raison de santé. J’ai maintenant un presbytère vide et une jolie petite église qui ne résonne plus de chants de louange… et pourtant elle est très fréquentée !

Si vous connaissez un prêtre, en service ou à la retraite, qui cherche un lieu calme et beau pour son ministère, pouvez-vous lui transmettre ma demande ? L’évêque de Vannes attend son appel ! Auparavant si besoin, contactez l’îlois au numéro ci-dessous (NDLR : Ar Gedour vous le communiquera sur demande).

Un détail… je m’appelle « l’île-aux-moines » … alors, vous imaginez, sans prêtre, ici…

Notons qu’à ce jour, le Père Arnaud Calonne, curé-doyen d’Arradon, est administrateur de la paroisse de l’Ile-aux-Moines.

À propos du rédacteur Erwan Kermorvant

Erwan Kermorvant est père de famille. D'une plume acérée, il publie occasionnellement des articles sur Ar Gedour sur divers thèmes. Il assure aussi la veille rédactionnelle du blog et assure la mission de Community Manager du site.

Articles du même auteur

[INTERCELTIQUE] Concert orgue, bombarde et chant à l’église St Louis, le 12 août 2022

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 minVoici une des belles propositions du festival interceltique …

Le Festival Plinn, c’est du 10 au 15 août 2022 à Bourbriac

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 minLe festival Plinn du Danouët est devenu au …

6 Commentaires

  1. Note de vocabulaire :
    Traditionnellement, on n’utilise en Bretagne le terme de « curé » (du moins en français) que pour désigner le pasteur en charge de certaines paroisses urbaines, ou bien le curé – doyen (en charge d’un doyenné) autrement, on utilise encore jusqu’ici – Dieu merci- le terme de « recteur » (en breton : ar person ) le curé-doyen étant appelé depuis le concordat de 1801 « person-kanton », auparavant on utilisait le mot « déan », – le doyen)
    le terme de curé en breton (ar c’huré) désigne le vicaire d’une paroisse, et le mot vicaire (ar vikél – ou vikél bras) désigne exclusivement le vicaire général d’un diocèse. Il est à mon sens important de conserver et faire vivre et pérenniser les appellations traditionnelles propres à la Bretagne (en français ou en breton) plutôt que de copier la terminologie ecclésiastique française.
    Par ailleurs, pour désigner un habitant d’une île, on emploie le terme « îlien » et non « îlois » (en breton : un énézour [ inizour ] ou un énézad [inizad ] .)
    Au passage, il est tout de même assez surprenant que l’évêque de Vannes et son conseil épiscopal recrutent un recteur sur petite annonce alors que sa nomination doit être de leur propre ressort. mais bon après tout, pourquoi pas, en ces temps de pénurie sacerdotale ?

  2. Merci pour cet éclairage de vocabulaire. Nous avons en fait repris in extenso l’annonce, qui donne ce terme de « curé » et « ilois ».
    Cette annonce ne provient sans doute pas du Diocèse de Vannes mais d’une initiative privée pour essayer de trouver de leur côté un prêtre. Avec la grâce de Dieu, quelqu’un répondra à leur annonce, et Mgr Centène pourra alors, en concertation avec le curé-doyen, le nommer recteur de l’île.

  3. Il est vrai que de nombreuses personnes non originaires de Bretagne vivent sur la côte dans les environs de Vannes et ne sont pas au fait des usages locaux. A nous, Bretons de les mettre au parfum avec pédagogie et charité.

  4. C’est bien aussi d’utiliser les termes de curé/recteur, et vicaire, plutôt que des périphrases du style « prêtre coopérateur/auxiliaire/responsable… » ou « prêtre au service de la paroisse de X ».

    • N’étant pas chargé nous-mêmes d’établir les fiches de postes, je vous propose d’en référer directement aux diocèses concernés. Peut-être vous entendront-ils ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.