Saints bretons à découvrir
Accueil > Actualités / Keleier > La belle histoire de la semaine : habitant un HLM, il hérite d’un domaine à 56 millions d’euros

La belle histoire de la semaine : habitant un HLM, il hérite d’un domaine à 56 millions d’euros

Flickr cc-by Tim Green aka atoach
 
“Je n’oublierai pas d’où je viens et je vais aider les gens”, assure ce trentenaire britannique qui vivait dans un logement social avec sa compagne et leur enfant.

Jordan Adlard Rogers, un britannique de 31 ans, vivait dans un logement social avec sa compagne et leur enfant. Mais il vient d’hériter d’une propriété d’une valeur de 56 millions d’euros, en Cornouailles, dans laquelle il vient d’emménager, rapporte The Guardian.

Son histoire est des plus étonnantes puisque depuis l’âge de huit ans, ce travailleur social est convaincu d’être le fils d’un certain Charles Rogers. Fils d’un lieutenant de vaisseau de la Royal Navy et frère d’un pilote de la Royal Air Force, cet aristocrate a passé les 40 dernières années de sa vie à vivre reclus dans la propriété de sa famille en raison de sa toxicomanie. Jordan Adlard Rogers a demandé en vain à plusieurs reprises des tests ADN pour prouver que cet homme était son père.

A la tête de 621 hectares

Tout a basculé au décès de Charles Rogers, en août 2018. Jordan Adlard Rogers a alors pu procéder au fameux test ADN. À cette occasion il a découvert que non seulement il était bien le fils de Charles Rogers, mais qu’il était aussi son seul héritier. Il se retrouve donc à la tête d’un domaine de 621 hectares et touchera 52 000 euros par an grâce aux revenus issus de la location des parcelles de terre aux agriculteurs de la région, via la fiducie familiale Rogers.Sans compter que l’entretien du domaine est assuré par le National Trust, qui gère l’entretien des monuments britanniques et auquel la famille Rogers a légué la propriété en 1974 en échange d’un bail permettant à ses descendants d’y vivre pendant… 1 000 ans. Jordan Adlard Rogers a donc le temps de voir venir.

Conscient de sa chance, il a déclaré qu’il envisageait de créer une association caritative pour aider les habitants de Porthleven et Helston, situés à proximité :

“Je n’oublierai pas d’où je viens. J’ai été de ces gens qui redoutent l’arrivée de la prochaine facture et j’ai eu une vie difficile. Mais maintenant, je veux aider les gens”

Vous aussi, envoyez-nous vos belles histoires. Nous les publierons sur Ar Gedour. Cliquez ici pour nous faire parvenir votre histoire.

À propos du rédacteur Stella Gigliani

L'une des touches féminines d'Ar Gedour. Elle anime en particulier la chronique "La belle histoire de la semaine".

Un commentaire

  1. Je ne suis pas Charly !…
    Je suis …Rogers…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *