Saints bretons à découvrir

LA CONFESSION LIEE A LA NOUVELLE EVANGELISATION

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 min

Le Saint-Père a reçu ce matin 1.300 prêtres et diacres participant à un cours sur le for interne organisé par la Pénitencerie apostolique, devant lesquels il a rappelé l’importance de la préparation théologique, spirituelle et canonique du confesseur. Le sacrement de la confession, a souligné Benoît XVI, « est essentiel pour la vie de foi, car étroitement lié à l’annonce de l’Evangile. Loin d’être distincts, la Parole et sacrements doivent être compris comme liés… Le prêtre représente le Christ, l’envoyé du Père, dont il poursuit la mission par le biais de l’enseignement et des sacrements ».

La confession sacramentelle doit être la voie privilégiée de la nouvelle évangélisation.

« La réelle conversion des cœurs, ouverts à l’action rénovatrice de Dieu, est le moteur de toute réforme, la vraie force évangélisatrice. Le péché est pardonné dans la confession par l’action gratuite de la miséricorde divine… Seul qui a été rénové par la grâce de Dieu peut porter la nouveauté de l’Evangile, et l’annoncer ». Les saints témoignent tous du lien entre sainteté et sacrement de la réconciliation, et « la nouvelle évangélisation tire sa vitalité de la sainteté des fils de l’Eglise, de leur conversion continuelle en vue de se conformer de mieux en mieux au Christ ».

Puis le Pape a rappelé que, dans l’administration du sacrement de la réconciliation, le prêtre est l’instrument de la rencontre entre l’homme et Dieu. « Le pécheur repenti ressent le profond désir de changement et de miséricorde, de la rencontre du Seigneur grâce au sacrement… C’est pourquoi le prêtre doit être l’acteur de nombreux nouveaux départs, ceux de ses pénitents… La nouvelle évangélisation débute donc au confessionnal, au cœur de la mystérieuse rencontre entre attente de l’homme et miséricorde de Dieu, qui a la seule réponse au besoin humain de l’infini ». Lorsque le fidèle bénéficie de la divine miséricorde dans le sacrement, « il devient le témoin crédible de la sainteté qui est l’objectif de la nouvelle évangélisation ». Tout ceci est encore plus important lorsqu’il s’agit des prêtres qui doivent être les premiers pénitents afin de collaborer à cette œuvre. Pour pouvoir accorder le pardon sacramentel, ils doivent avoir ravivée leur rencontre avec le Christ. En conclusion, Benoît XVI a exhorté ses hôtes à toujours exalter « la nouveauté qu’est le Christ, cœur et raison même de leur vie sacerdotale, afin de pouvoir dire par votre ministère avec André et Jean que vous avez rencontré le Messie. Ainsi, chaque confession dont le pénitent sortira rénové, sera un pas de plus sur la voie de la nouvelle évangélisation ».

Source : Vatican Information Services (09/03/2012)

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour. Après avoir co-écrit dans le roman Havana Café, il a publié en 2022 son premier roman "CANNTAIREACHD".

Articles du même auteur

Redécouvrez les cantiques bretons du doyenné de Gourin ce dimanche 29 janvier 2023

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 minIl existe parfois des initiatives qui restent si …

28 a viz Genver : JULUAN MANER, DEN EVURUS

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 minBet ganet d’ar 1-añ a viz Here e …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *