Saints bretons à découvrir

[LE FOLGOET] Des scouts bilingues au coeur du Léon

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 min

 

Plusieurs projets « Feiz & Sevenadur » (foi et culture) émergent actuellement à travers la Bretagne. Notons par exemple la création récente de la commission Feiz a Sevenadur de Dihun Breizh.

Une autre initiative intéressante, toujours à l’adresse de la jeunesse, devrait sous peu voir le jour au coeur du Léon. En effet, un groupe scout  bilingue franco-breton devrait voir le jour au Folgoët (Diocèse de Quimper & Léon). Dès maintenant, et avec l’objectif d’ouvrir au cours de l’année scolaire 2018/2019, une dynamique collective se met en place afin d’envisager l’ouverture d’un groupe de scouts catholiques ayant pour particularité le bilinguisme français/breton avec un objectif simple : permettre aux enfants et aux jeunes de pouvoir s’exprimer en langue bretonne en la faisant rayonner et voyager !

Le projet est de permettre à la langue bretonne d’être entendue et d’être partagée avec le plus grand nombre. La diversité linguistique est une richesse qu’il faut valoriser, exprimer et diffuser ! Afin de permettre également le rayonnement de la culture bretonne et dans un souci d’ouvrir au plus grand nombre, le groupe serait réellement bilingue permettant ainsi d’accueillir des enfants non scolarisés au sein des filières bretonnantes.

Jusqu’à présent, seuls les Scouts d’Europe avaient cette dimension bretonne par les scouts Bleimor. Cependant, Bleimor est devenu un simple brevet (badge) et la dimension bretonne assumée s’est peu à peu éteinte après le revival des années 2000 dont une partie des Gedourion ar Mintin est issue. Aujourd’hui, l’AGSE propose ce badge aux unités bretonnes qui souhaitent mettre l’accent sur la culture de leur région. La mise en place récente d’un bagad interscout par des Bleimor a cependant remporté un vif succès qui aura certainement des suites.

N’oublions pas non plus le groupe Saint Patrick, qui sous la forme du bagad scout. Ce dernier, créé au sein de la troupe des scouts de France de Quimper (Finistère) en 1952 par le père Jean-Yves Le Moigne. La troupe avait, elle, été créée en 1924 par Armel Picquenard. Depuis la scission des scouts de France en 1971, due à des divergences de pédagogie et de méthode, la troupe adhère aux Scouts unitaires de France. La troupe, devenue Raider, a choisi de se spécialiser dans la musique bretonne. Elle a gardé la même tenue qu’avant la scission (tenue beige et foulard orange). Le groupe Saint-Patrick reste actuellement l’un des plus vieux groupes SUF de France. La tenue du bagad est la tenue scoute avec kabig bleu.

Ce projet de scoutisme bilingue est donc bienvenu en Armorique. Si nous voulons un avenir pour la Bretagne, pour sa langue, il faut se baser sur la jeunesse. Nous ne pouvons qu’inviter nos lecteurs à soutenir ces projets.

Actuellement, le projet est envisagé à proximité et aux environs de la basilique du Folgoët. Une phase d’analyse, de réflexion collective et de prospection commence donc :
L’aventure du scoutisme vous tente ? Vous souhaitez que la langue et la culture bretonne rayonne ?
Vous souhaitez accompagner les enfants et les jeunes dans un bilinguisme réel en dehors de l’école et dans le cadre de projets jeunesse, et d’éducation populaire.

C’est le moment de rejoindre un projet participatif et collaboratif !

Locuteurs ou sympathisants de la langue bretonne, que vous soyez jeunes, un peu moins jeune, ou un peux vieux … que vous soyez à proximité ou un peu éloigné, que vous puissiez donner beaucoup de temps ou très peu : Rejoignez le projet et apportez votre motivation, vos compétences ! A tout âge, et par de nombreux moyens on peut aider le projet !

N’hésitez pas à prendre contact : skouted.arfolgoad@gmail.com

À propos du rédacteur Erwan Kermorvant

Erwan Kermorvant est père de famille. D'une plume acérée, il publie occasionnellement des articles sur Ar Gedour sur divers thèmes. Il assure aussi la veille rédactionnelle du blog et assure la mission de Community Manager du site.

Articles du même auteur

Assemblée pardon de Kernascléden 2016

[KERNASCLEDEN] Messe en français, latin et breton le 2 octobre 2022

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 minComme chaque premier dimanche du mois, une messe …

Buhez ar sant : Erwan

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 minRiwal Kermarrec ha Yann-Herle Gourves o deus bet …

4 Commentaires

  1. L’auteur de l’article ne mentionne pas si ce sera un groupe où les garçons et les filles seront ensemble ou en deux groupes. C’est un proget important pour nos familles,. J’ai une inquiétude : à partir du moment où ce sera ouvert aux non bretonnants la langue bretonne ne pourra être la langue de tous, par définition. Pédagogiquement ce n’est pas bon parce que déjà dans les familles lces enfants n’utilisent que la langue dominante. Neb a vevo a welo !

  2. Si la dynamique du Folgoet se précise, j’invite volontiers les initiateurs du projet à se rapprocher des commissaires de Bretagne de l’AGSE/UIGSE pour un échange et éventuellement valider la compatibilité ou non d’une telle initiative.
    Bénéficier d’un appui pédagogique (formation sérieuse, suivi, réseau, etc) et administratif (relation J&S, réglementation, etc) peut-être d’une grande aide dans la création d’un tel projet.

    http://bretagne.agse.fr/rentree-ste-anne/
    La dimension européenne est extrêmement importante dans l’association, avec une forte dynamique de développent en Europe de l’Est et dans les îles britanniques (Ecosse, Irlande …) http://uigse-fse.org/

    Avec tous mes encourragements
    A galon, ALM

  3. C’est une très belle initiative, félicitations aux porteurs du projet.

    J’abonde également dans le sens de Maneguen, si ce groupe est ouvert aux non bretonnants, cela signifie que la langue commune sera le français et donc seul le français sera parlé entre les jeunes. C’est toujours comme cela que ça se passe, mettez 99 bretonnants et 1 non bretonnant, et les 100 personnes parleront français. Dans ce contexte, le breton ne sera tout au plus qu’un soupaudrage culturel via des chansons, c’est triste mais c’est mieux que rien. Il faut se dire que ce projet servira peut-être de tremplin pour d’autres, et qu’il permettra peut-être l’émergence d’une vraie troupe bretonnante !

    J’ai par contre une interrogation, l’article parle de scouts catholique, mais ne précise pas de quels scouts il s’agit ? J’ai l’impression de comprendre qu’il ne s’agit pas de scouts d’Europe, s’agira t’il de SUF ?

    S’il ne s’agit ni de scouts d’Europe, ni de SUF, il reste les scouts de France qui sont beaucoup de choses mais qui n’ont plus rien de Catholique soyons honnête. Je ne critique pas leur choix ils sont libres, mais présenter cela comme des scouts catholique ne me paraît pas correct.

    En tout cas encore bon courage et bonne chance à ce projet malgré ces quelques remarques !

    • Voue posez les bonnes questions : Quelle pédagogie du scoutisme (traditionnelle ou moderne ?) ? A quelle fédération ce groupe sera-t-il rattaché ? Quelle sera la place réelle de la langue bretonne ?
      Pour avoir été scout Bleimor dans le cadre de la Fédération du scoutisme européen, je peux dire que la langue bretonne n’était certes pas une priorité. Après tout, la langue, même si elle est très importante, est avant tout le vecteur d’une culture et non un vernis. L’important et de donner l’envie de connaître la langue et la culture bretonne. Dans mon cas particulier, mon engagement dans le scoutisme Bleimor
      a contribué à l’envie d’aller plus loin dans l’apprentissage de la langue et de la culture bretonnes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.