Saints bretons à découvrir

Le guitariste Jacques Pellen est décédé

Amzer-lenn / Temps de lecture : 4 min

L’excellent guitariste et compositeur breton Jacques Pellen vient de décéder. Après la mort récente de Louise Ebrel et de Donatien Laurent, le monde musical breton est encore en deuil, avec la disparition de ce grand artiste qui, lui aussi, aura des obsèques en toute discrétion, en cette période d’épidémie. « Il part presque tout seul, sans cérémonie, sans rituel. Au fond, je crois que c’est ce qu’il aurait voulu, mourir tranquille, en solitaire » dit sur Ronan Pellen, son neveu.

Dan ar Braz, parmi tant d’autres, lui rend cet hommage sur Facebook, et les témoignages ne cessent d’affluer, tant il était estimé, apprécié, aimé. Un hommage d’un grand guitariste à un autre grand :

Jacques tu étais pour moi un mystère émouvant, un habitant de ma jeunesse, un questionneur pertinent et enrichissant, un magistral artisan musicien, criblé de ces doutes qui nous font grandir, appliqué, d’une façon tellement particulière qu’il m’est difficile de la décrire. Une belle personne pour qui j’avais un immense respect et que j’aimais profondément , un incroyable musicien oui, je n’ai rien d’autre à dire que mon immense tristesse, respect, et mes larmes (Dan ar Braz, 21/04/2020)

Photo Claude Joannis – Nantes

Né à Brest, il a vécu à Portsall, un village côtier de la commune de Ploudalmézeau. Il commence l’étude de la guitare classique à l’âge de douze ans. Très vite, ses oreilles vibrent aux sonorités jazz et celtiques, avec le renouveau lancé par Alan Stivell accompagné du guitariste Dan Ar Braz. Il baigne alors dans l’univers de Keith Jarrett, John McLaughlin ou Pat Metheny. Il y a aussi la musique classique, omniprésente dans sa famille mélomane et musicienne, avec la découverte de Bartók, Poulenc, Messian ou Debussy. Il quitte l’École normale de Quimper pour devenir musicien professionnel.

Il baguenaude entre formations jazz (Riccardo Del Fra, Peter Gritz, Kenny Wheeler, Bruno Nevez, Henri Texier) et musique celtique (Dan Ar Braz, Kristen Noguès, les frères Molard, Soïg Sibéril, Melaine Favennec…). L’artiste, au style très personnel et parfaitement reconnaissable a joué avec la plupart des artistes reconnus de la musique bretonne contemporaine. En 1986, il monte un trio avec Gildas Scouarnec et le batteur hongrois de jazz Peter Gritz, tombé amoureux de la Bretagne.

« Celtic Procession » est une formation à géométrie variable qui naît en 1988. Il regroupe un collectif de musiciens d’horizons divers et passionnés d’improvisation. Cela amène à mêler du jazz aux thèmes et instrumentations d’inspiration celtiques. En 1990, Pellen 4 est le premier disque de la Celtic Procession. La production de sa Celtic Procession a été un événement musical en 1993, avec une fusion des genres tout aussi déroutante que subtile que l’on retrouve tout au long de son parcours. C’est à ce moment que je l’ai découvert, d’autant plus qu’il a ensuite participé avec Dan Ar Braz à l’aventure de l’Héritage des Celtes.

Il a formé un trio avec les frères Jacky et Patrick Molard (Triptyque), ainsi qu’avec le trompettiste sarde Paolo Fresu et Erik Marchand (album Condaghes), et deux quatuors avec Jean-Pierre Riou dans Karroth Rapée et Electric Arsenal. Il était le compagnon de la harpiste Kristen Noguès jusqu’à son décès en 2007.

En janvier 2007, il sort son album Lament for the children chez Naïve, réalisé avec le contrebassiste Gildas Boclé et le batteur Marcello Pellitteri. En janvier 2011, à nouveau en trio, il sort son album Offshore, avec ses complices Étienne Callac à la basse et Karim Ziad à la batterie. Il a ensuite travaillé sur la création « Ar Rannoù / Les Séries » avec Annie Ebrel et le quartet rock One Shot.

En 2017 le trio d’Offshore devient un quatuor avec l’arrivée de Sylvain Barou aux flûtes et programmation et enregistre un nouvel album, Shorewards. En 2018, il sort un album solo sous le titre A-hed an aber (Paker Prod) dans lequel il porte un regard sur son parcours musical. Les notes mélancoliques de sa guitare s’y égrènent par-delà le temps et l’espace, création profonde et inspirée d’un artiste hors-normes.

Depuis trois semaines, Jacques Pellen était hospitalisé à Brest, diagnostiqué positif au SARS-CoV-2. Il vient donc de décéder ce 21 avril 2020 des suites de la maladie, laissant le monde musical breton dans une grande tristesse.

Nous reprenons les propos du photographe Eric Legret qui en si peu de mots dit l’essentiel : « Jacques Pellen, la note essentielle, sublime, ultime… Un grand vide à présent sur l’Aber-Ildut, kenavo Jacques ».

Source : Wiki

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour. Après avoir co-écrit dans le roman Havana Café, il a publié en 2022 son premier roman "CANNTAIREACHD".

Articles du même auteur

Proposez à votre paroisse un Noël avec des cantiques bretons

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 minLes réunions de préparation des messes de Noël …

Noëls bretons le 11 décembre à la basilique de Pontivy

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 minDécouvrez dimanche 11 décembre à Pontivy un concert …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *