Saints bretons à découvrir

Le Jour du Seigneur depuis Landévennec (replay)

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 min

Dimanche dernier, le Jour du Seigneur avait lieu depuis l’abbaye de Landévennec. Un reportage suivi de la messe : dans ce magazine en direct de l’abbaye, David Milliat nous fait découvrir l’histoire et l’enracinement des moines de ce monastère dans la culture religieuse bretonne avec le Fr. Jean-Michel Grimaud, abbé de l’abbaye Saint-Gwenolé. L’abbaye de Landévennec est réputée avoir été fondée au Ve siècle, ce qui en fait l’une des plus anciennes de Bretagne. Abandonnée puis relevée par  une poignée de « pêcheurs de lune » ou  » doux rêveurs », de l’abbé Yann-Vari Perrot à Dom Felix Colliot, ainsi considérés par ceux qui ne croyaient pas en ce projet fou, elle fut rejointe par la communauté monastique bénédictine de Kerbénéat en 1958.

C’est au rythme des moines qu’est célébrée la messe depuis la récente abbaye. Cette célébration propre à la liturgie monastique est marquée par l’importance des chants.

À propos du rédacteur Erwan Kermorvant

Erwan Kermorvant est père de famille. D'une plume acérée, il publie occasionnellement des articles sur Ar Gedour sur divers thèmes. Il assure aussi la veille rédactionnelle du blog et assure la mission de Community Manager du site.

Articles du même auteur

Affiche du court-métrage en breton Disoñjal.

Le court-métrage en breton Disoñjal en diffusion sur Brezhoweb

Le premier court-métrage de la réalisatrice bretonne Madeleine Guillo-Leal est diffusé depuis décembre 2022 sur la chaîne de télévision en breton Brezhoweb. Marie, âgée de 80 ans, se retrouve hospitalisée suite à un AVC et n'est plus capable de s'exprimer en français, mais uniquement dans sa langue maternelle, le breton

[HENNEBONT] Pour que St Hervé garde au moins son nom…

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 minEn 2021, la Ville d’Hennebont rachète le parc …

2 Commentaires

  1. L’héritage de l’abbaye de Landévennec est Breton et Chrétien. Il serait donc bon que les moines en prennent vraiment conscience, découvrent et fassent découvrir la richesse et la grande profondeur des cantiques Bretons, ainsi que des chants Grégoriens.
    Ainsi, ils auraient tout à gagner à développer des messes en Français/Latin/Breton (1/3 x 3), et à développer encore plus le sens du sacré.
    Mais, à moins d’imposer le Breton en Bretagne comme l’Hébreux l’a été en Israël, nous ne pourrons plus sauver notre langue.
    Ceux qui ne font rien sont complices de ce génocide culturel…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *