Saints bretons à découvrir

Pour l’Epiphanie, découvrez un cantique breton dédié

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 min

En 2015, nous avions publié sur Ar Gedour un chant breton spécifique à la fête de l’Epiphanie, que nous mettons à nouveau en avant cette année : « Evit gouel ar Rouaned »

Ce cantique est issu du « Kantigou Brezonek » Eskopti Sant Brieg ha Landreger, et conte l’histoire des Mages venus d’Orient visiter l’Enfant-Jésus. Il est chanté à l’Epiphanie sur l’air aux très anciennes racines O Sola magnarum urbium, qui se chante pour les laudes de l’Epiphanie.

Nous n’avons pas pris le temps de vous proposer une traduction correcte mais cela viendra par la suite. Les deux premiers couplets disent :

1 – Bethleem, ce petit village, est devenu le plus grand, car y est né le Messie, le Sauveur du Monde. 

2 – Dans la voûte céleste, une étoile, d’un éclat plus brillant que le soleil, montra au trois rois où était né le Fils de Dieu. 

La partition en grégorien se trouve sur ce lien.

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

Les paroisses fantômes

Amzer-lenn / Temps de lecture : 5 minUn constat au fil des kilomètres, qui fait …

[KERANNA] Oferenn e brezhoneg d’an 2/10/22- Messe en breton (+ feuille téléchargeable)

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 min Disul 2 a viz Here 2022 a …

Un commentaire

  1. Louis-Marie SALAÜN

    Je me faisait justement la réflexion que les cantiques bretons avaient fait l’impasse sur l’Épiphanie.
    Merci donc d’avoir partagé ce cantique qui une fois de plus (et ici d’une manière plus probante) montre les liens entre le chant grégorien et les cantiques bretons.

    À ma connaissance (pourtant je possède le recueil dont est issu la partition de  » Évit gouel ar rouaned ») il n’y avait que le cantique breton bien connu, en langue francaise « Allons suivons les Mages » qui rappellait l’Épiphanie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.