Saints bretons à découvrir

[LORIENT] L’orgue de l’église Sainte-Bernadette s’est éveillé

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 min
lorient-l-orgue-de-l-eglise-sainte-bernadette-s-est-eveille
Monseigneur Centène a béni, dimanche, le nouvel instrument de l’église Sainte-Bernadette, à Lorient. | Ouest-France

 

Monseigneur Raymond Centène, évêque du diocèse de Vannes, a béni, ce dimanche, le nouvel orgue de l’église Sainte-Bernadette, quartier de Lanveur, à Lorient.

 

De nombreux paroissiens étaient présents et l’église était comble ce dimanche matin, pour saluer cet événement assez rare pour être marqué et fêté.

« Je viens ici bénir cet orgue qui enrichit notre patrimoine paroissial, a souligné Monseigneur Centène. Son titre de roi des instruments n’est pas usurpé. Son origine remonte au IIIe siècle avant Jésus-Christ et il est devenu l’instrument liturgique par excellence. »

 

« Ce n’est pas tous les jours que s’éveille un orgue neuf ! Deo gratias ! » s’exclame Claude Nadeau, titulaire de l’orgue de Carnac – St Cornély, présente en ce jour et qui a pu jouer sur l’instrument après la bénédiction, lors d’une rencontre avec les amis et soutiens de cette belle réalisation. « Pour chacune des bénédictions, l’orgue y répond et en cela le rituel est très bien fait » ajoute-t-elle.

 4 mètres de haut, 658 tuyaux, 13 jeux

Pour le comité de pilotage, c’est l’aboutissement de quatre années de collecte et de dons. Il aura coûté au final 144 000 €, trouvés uniquement grâce à une mobilisation importante des paroissiens, et de l’initiateur du projet le Père Dominique Le Quernec, ancien recteur de la paroisse : une pièce unique de plus de 4 mètres de haut, 3 mètres de large et composée de 658 tuyaux, 13 jeux, traction mécanique, la=440 Hz, tempérament presque égal. Il est dommage qu’il n’y ait pas de jeux d’anche, du moins pour l’instant. Les jeux d’anche désignent et regroupent une famille de jeux d’orgue ainsi nommés, parce qu’ils sonnent au moyen d’une anche. Ce sont les jeux les plus brillants et qui font le principal « éclat » de l’orgue.

 

Hervé Caill, facteur d’orgue breton

Il a été fabriqué par le breton Hervé Caill et décoré par le sculpteur d’art sacré Dominique Kaeppelin.

Au-delà de la vie propre à la paroisse et des chants et rythmes sacrés, les animateurs du comité souhaitent aussi donner une dimension culturelle à cet orgue qui sera doté de jeux supplémentaires pour interpréter de la musique classique et notamment le répertoire du XIXe siècle.

À la fin de la bénédiction, sous le jeu de Mickaël Gaboriau, professeur à l’académie de musiques et d’arts sacrés à Sainte-Anne-d’Auray, ce nouvel instrument a fait entendre sa voix, « la voix de l’église », invité pour l’occasion à tenir l’orgue, à répondre aux invocations du rituel de bénédiction et à jouer l’ensemble de la messe.

A Châteaulin, dans le diocèse de Quimper & Léon, Hervé Caill et son associé Jérôme Houlon viennent de remonter l’orgue construit en 1886 par les frères Stoltz de Paris et qui nécessitait une rénovation importante qui aura pris un an. Après avoir posé les claviers et les mécanismes, ils ont réinstallé en décembre les 552 tuyaux, nettoyés de fond en comble. L’orgue a été livré il y a deux semaines.

À propos du rédacteur Redaction

Les articles publiés sous le nom "rédaction" proviennent de contributeurs occasionnels dont les noms sont publiés en corps de texte s'ils le souhaitent.

Articles du même auteur

Pardon Sainte Anne-des-Bois (Berné)

Physique cantique en Bretagne

Amzer-lenn / Temps de lecture : 8 min Ce n’est qu’à partir des années 60 …

Jean Picollec, profession éditeur (une chronique de Bernard Rio)

Amzer-lenn / Temps de lecture : 4 minL’éditeur Jean Picollec est passé de l’autre côté …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.