Saints bretons à découvrir

UN EVEQUE VISITE SES PAROISSIENS EN CALECHE

Photo Mgr Duparc.jpgNon, ce ne sont pas des évêques actuels du Finistère, du Morbihan et des autres départements bretons dont il s’agit ici, mais d’un de leur illustre prédécesseur, Monseigneur Adolphe Duparc (1857-1946) . Originaire de Pont-Scorff (Morbihan), il fut curé de Lorient de 1895 à 1908. En 1909, il sera nommé évêque de Quimper et Léon, charge qu’il conservera jusqu’à sa mort ; il est inhumé dans la cathédrale de Quimper où l’on peut voir son gisant de granit. Force de la nature physiquement dans sa jeunesse, avec l’âge il prendra, avec son abondante chevelure argentée et ses traits de visage l’aspect d’un chouan tout droit sorti d’un dessin de Joubert. Il fût peut être le dernier évêque à se déplacer en calèche. En 1923, il visite ses paroissiens de Saint Pol de Léon et de ses environs. Il arrive avec sa suite en train à la gare de Plouénan et là, un landau attelé à deux chevaux l’attend. Sur ces cartes postales d’époque, nous le voyons, entouré de personnalités, prêt à monter dans le landau. Sur les autres cartes (NDLR : bientôt disponibles dans l’album photo du blog), le cortège de voitures hippomobiles traverse la campagne bretonne, encadré d’une « garde d’honneur » formée par « l’Escadron Breton » constitué d’hommes à cheval, en costume breton.On peut voir des personnalités qui roulent dans une victoria et un petit break. Monseigneur Adolphe Duparc a pris place dans son coupé (voiture fermée) attelé à deux chevaux. Sur une autre carte, on peut voir ce même coupé sorti de sa remise dans la cour de l’Evêché de Quimper .Mgr Duparc en visite dans une école.jpg

Monseigneur Duparc parlait couramment le breton, et était très imprégné de culture bretonne et très attaché à ses traditions, on dirait aujourd’hui à l’identité bretonne et grande figure religieuse de la Bretagne dans l’entre-deux guerres. Conscient, avec son clergé que la langue bretonne était menacée de disparaître, de l’ignorance des Bretons pour leur culture, leur Histoire, il décida d’enrayer ce déclin. Par mandement en date du 3 décembre 1935, il va rappeler à tous les prêtres , religieux et religieuses , laïques ses précédentes instructions , et rendre obligatoire dans toutes les écoles catholiques de son diocèse l’enseignement de la langue bretonne , de l’Histoire et de la géographie de la Bretagne . Obligation sera faite aussi d’apprendre le catéchisme en breton ; et la consécration des études bretonnes par des interrogations spéciales au Certificat d’Etudes diocésain. Ses instructions seront reprisent dans toutes la presse bretonne de l’époque. Dans le numéro 56 de la revue bilingue, AN OALED ( Le Foyer Breton, 1936) , on lit ce commentaire : « Nous nous trouvons donc ici en présence d’une réalité : grâce à l’énergie du digne successeur de saint Corentin, on peut envisager dès maintenant la maintenance du breton comme assurée dans les familles chrétiennes du Finistère » . A cette époque donc, tous les espoirs étaient permis. Hélas, après 1945 il sera fait table rase de ces instructions, et à partir des années 1950/1955 l’Eglise abandonnera progressivement le catéchisme en breton, l’usage du breton dans la liturgie, les cantiques. Monseigneur Gourvès , évêque de Vannes , dans sa très pertinente lettre pastorale intitulée « Le renouveau de la culture bretonne : un défi pour l’Eglise » (septembre 2003) abordera le drame de cette rupture qui s’est à la fois opérée dans le domaine profane et religieux, qui est dit-il «est loin d’être expliquée »

Quoi qu’il en soit, les instructions de Monseigneur Duparc sont un cinglant démenti à tous ceux qui étalent leur ignorance et qui ont toujours voulu voir dans l’Eglise Catholique l’ennemi de la Bretagne. Qu’ensuite, elle ait jugé bon d’abandonner ce qu’elle avait toujours défendu, « conformément aux Encycliques des Papes », est une autre « Histoire » , qui précisément mériterait d’être un jour expliqué…

Photo 1 : arrivée de Mgr Duparc en calèche à Saint Pol de Léon – Photo 2 : Mgr Duparc en visite dans une des écoles catholiques du diocèse (Collection AR GEDOUR MAG)

À propos du rédacteur Erwan Kermorvant

Erwan Kermorvant est père de famille. D'une plume acérée, il publie occasionnellement des articles sur Ar Gedour sur divers thèmes. Il assure aussi la veille rédactionnelle du blog et assure la mission de Community Manager du site.

Articles du même auteur

Jean-Louis Jossic (Tri Yann) : “Je suis Tro Breizh…”

Tri Yann, le plus célèbre ensemble de musique celtique, attend avec philosophie la reprise de …

LA FÊTE DES CORNEMUSES 2020 : Un concert unique à Lorient !

Du 7 au 16 Août 2020 nous aurions dû célébrer la 50e édition du Festival …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *