Saints bretons à découvrir

Noël : souvenirs d’enfance à Quistinic (par Eflamm Caouissin)

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 min

quistinic ar gedour noel« Dominus dixit ad me, Filius meus es tu : hodie genui te…  »

Ainsi débute l’introït de la messe de la nuit de Noël. Et c’est cela l’essentiel de cette fête, loin du tumulte de la vie quotidienne : le Seigneur m’a dit, tu es mon Fils, aujourd’hui je t’ai engendré. Dieu qui se fait homme, tout petit enfant vulnérable pour grandir au milieu de l’humanité et la faire grandir avec lui.

Chaque Noël, nous célébrons ce moment extraordinaire de l’histoire du monde, un moment si marquant que les célébrations revêtent tout ce qu’il y a de plus beau, faisant briller les yeux des enfants mais surtout vibrer leur coeur, pour ne plus jamais le quitter. De l’église aux mille feux au sapin scintillant, de la crèche naïve aux lumineuses votives, restent gravées dans les mémoires ce qui fait de cette nuit de Noël un temps d’exception.

Je vous livre ici un petit témoignage d’enfance, qui passe aujourd’hui sur RCF Bretagne Sud dans le cadre des chroniques Hentoù Breizh. Si Ar Gedour existe, c’est aussi certainement grâce à de tels moments.

J’apprécie Ar Gedour, je fais un petit don

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour. Après avoir co-écrit dans le roman Havana Café, il a publié en 2022 son premier roman "CANNTAIREACHD".

Articles du même auteur

[KERANNA] Oferenn e brezhoneg d’ar 5/02/23- Messe en breton (+ feuille téléchargeable)

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 min Disul, d’ar 5 a viz C’hwevrer 2023 …

Bilan 2022 des actions d’Ar Gedour et projets 2023

Amzer-lenn / Temps de lecture : 5 minAr Gedour fête cette année ses douze ans …

2 Commentaires

  1. Et oui. Souvenirs que ces messes trilingues avec une belle magie de Noël. Aujourd’hui, des chansonnettes fades, lus de breton ou de latin, et trop souvent, assortis de couplets idéologiques sur les frontières, le climat….Plus rien à voir et ça ne fait plus rêver.

  2. Kistinic: une référence, avec l’abbé Blanchard. Ses messes, tant à Noël qu’à Pâques nous ont marqués à jamais

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *