Saints bretons à découvrir

[PAQUES] Une superbe messe au Faouët

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 min

Environ 250 personnes participaient en ce dimanche de Pâques à une très belle messe dans la ville de Faouët, une paroisse du Morbihan. L’annonce proposait une messe trilingue : entendez par là une messe avec du breton, du français et du latin. Pour ne rien vous cacher… il y avait aussi un chant en espagnol, car cette messe était non seulement animée par une chorale formée de paroissiens locaux et de membres de l’ensemble Gedour ar Mintin du secteur, mais aussi par les missionnaires mexicains de la Mission Etudiante Morbihan, emmenés par le Père Philippe Le Bigot. Ajoutons que les enfants de la section bilingue de l’école du Sacré-Coeur avaient appris la semaine précédente le cantique « Alleluia Inour de Zoué » sur l’initiative de l’une des institutrices.

Que dire, si ce n’est que la liturgie était belle : une dizaine de servants d’autel connaissant leur rôle, un climat de prière porté par de beaux chants allant du traditionnel Alleluia ! Inour de Zoué ! à la messe royale de Dumont, en passant par « J’ai vu des fleuves d’eau vive«  qui a été chanté en breton / français (original… et idée à retenir !), « Chrétiens chantons le Dieu vainqueur » bilingue, Victimae Paschali Laudes, des chants du renouveau « Jésus toi qui a promis » ou « O ma joie, Christ est ressuscité », etc… Nous vous en proposons ici quelques extraits :

Alleluia ! Inour de Zoué ! 

Chrétiens chantons le Dieu vainqueur (bilingue)

Gwelet em eus sterioù a zour red / J’ai vu des fleuves d’eau vive

La paroisse du Faouët montre qu’il est possible de mêler de manière harmonieuse et équilibrée le breton au français et au latin, en respectant les normes liturgiques. Sans compter une homélie de haute tenue qui en aura certainement marqué.

Les réactions à la sortie de l’office n’ont pas manqué. Citons par exemple Martine, venant d’une paroisse voisine, qui nous dit :  « Une messe comme on aimerait en voir plus souvent » ou encore une autre personne qui ne vient pas souvent à l’église et « s’est sentie transportée et touchée », nous ajoutant « qu’elle en avait besoin. » Un autre paroissien d’une trentaine d’année nous précise qu’il est persuadé « qu’au-delà de nos désirs personnels, ce genre de messe solennelle, profonde par sa liturgie et ses cantiques repeuplera nos églises et notre Eglise bretonne ». 

YVC

NDLR : Si vous avez des témoignages sur les offices de la Semaine Sainte dans vos paroisses, n’hésitez pas à nous les proposer en commentaires de cet article.

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

Le Pardon de Kergoat, c’est ce dimanche 21 août 2022 !

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 minSi le Pardon de Notre-Dame des Portes a …

Le Pardon de Sainte Anne-la-Palud 2022 a lieu du 27 au 30 août 2022

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 minNe manquez pas le grand pardon de Sainte …

3 Commentaires

  1. A Plouay, il y a eu un chant en breton à la fin de la messe de samedi.

  2. Intéressant le texte bilingue de « Source d’eau vive / Andon an templ ». pourrait-on avoir les paroles quelque part ?

  3. Demat deoc’h !

    Le texte est disponible en français et en breton sur http://www.kan-iliz.com/aspersion-jai-vu-des-fleuves-deau-vive-e-brezhoneg/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.