Saints bretons à découvrir

« Pempvet pred » : rencontres autour des colos en breton

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 min

ln42_1296669_2_px_470_.jpg

LA CHAPELLE-NEUVE

Avant d’être l’intitulé du week-end de rencontre que vous préparez, que signifie « Pempvet pred » ?

C’est le « cinquième repas », celui que prennent les animateurs de colonies de vacances quand les groupes sont couchés, après la veillée. Tard dans la nuit, ils se retrouvent pour le bilan de la journée, la préparation du lendemain, un temps de détente ensemble autour d’un dernier repas, les restes, des sucreries, du saucisson, etc. Ça se fait dans toutes les colos, ça dure plus ou moins longtemps, c’est la tradition !

Que va-t-il se passer les 14, 15 et 16 septembre ?

Nous fêtons les dix ans de l’existence des bafa/bafd (diplômes d’animateur et de directeur) en breton. Depuis un an, un groupe de bénévoles travaille à l’organisation de cet événement, qui aura lieu au Centre forêt bocage – en raison de sa situation centrale et de l’aspect « écolo » du site. Nous avons convié tous les anciens participants aux formations du bafa en breton, mais ces rencontres s’adressent de manière plus large aux personnes intéressées par l’animation. Le week-end se déroulera en breton ; le débat du samedi fera l’objet d’une traduction simultanée, ainsi que la journée du dimanche (à la demande).

L’objectif de ces rencontres ?

Des retrouvailles, un bilan de l’été, des échanges autour des expériences des uns et des autres lors d’ateliers (poterie, kung-fu, gouren…), et une journée de réflexion sur le thème de la sécurité. Un fest-noz, ouvert à tous aura lieu le samedi soir. L’esprit du week-end est proche de celui d’un camp de vacances, on demande aux gens de participer à une ou deux tâches par jour, comme la cuisine ou le rangement.

Quel bilan pour le bafa/bafd breton, pour ses dix ans ?

La formation a été mise en place en 2002 par l’Ubapar à la demande de Jeunesse et Sports. En dix ans, 260 jeunes ont été formés, majoritairement issus du lycée Diwan, ou d’autres lycées bilingues. Ils encadrent ensuite des colos dans toute la Bretagne, organisées par des associations ou des collectivités, soit 600 à 700 enfants par an. Localement, par exemple, le Centre forêt bocage propose environ une demi-douzaine de camps de vacances en breton.

Renseignements et inscriptions : Héloïse Berthet, tél. 06 84 09 09 17 ; mail : heloise.berthet@wanadoo.fr

Source

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est le fondateur du site et de l'association Ar Gedour et assure la fonction bénévole de directeur de publication. Il anime aussi le site Kan Iliz (promotion du cantique breton). Après avoir co-écrit dans le roman Havana Café, il a publié en 2022 son premier roman "CANNTAIREACHD".

Articles du même auteur

Gouel Pantekost santel deoc’h !

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 min  Spered Santel, deit, ni hou ped E …

Une messe le 21 juillet pour les 15 ans de la Vallée des Saints

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 minLa Vallée des saints célèbre ses 15 ans …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *