Saints bretons à découvrir

Commandez l’album “Chants religieux & traditionnels bretons” de Louis Mélennec de Beyre (baryton) et Lorenzo Cipriani (orgue)

Amzer-lenn / Temps de lecture : 5 min

A l’occasion des 10 ans d’Ar Gedour, nous sommes sur plusieurs chantiers. Ar Gedour et Kan Iliz travaillent sans relâche à la promotion du patrimoine musical breton, en particulier les cantiques. En ce jour de la Fête de la Musique, nous sommes donc heureux de vous annoncer la sortie prochaine d’un CD édité par Ar Gedour.

Le 1er août prochain sortira le premier CD édité par Ar Gedour : “Kanaouennoù relijiel ha hengounel a Vreizh / Chants religieux et traditionnels bretons” reprend des cantiques phares du répertoire sacré breton, mais aussi des chants profanes. Chanté par un baryton accompagné à l’orgue, ces chants prennent une dimension tout autre que celle que nous avons l’habitude d’entendre.

Le chanteur n’est ni plus ni moins que Louis Mélennec de Beyre, historien connu du milieu breton. Son talent vocal est moins connu, et pourtant il chante en français, italien, allemand, latin, anglais, napolitain, breton, hongrois ou russe. Il s’est d´abord destiné à la médecine et au droit.

Parallèlement, il a étudié le chant avec des Maîtres réputés, de notoriété nationale ou internationale : Henry Legay (de l´opéra de Paris), Arkady Volodos (du Kirov), Ugo Ugaro (de la Scala de Milan), Georgette Rispal (de l´opéra de Paris). Sa voix, très souple, lui permet d´interpréter avec un égal bonheur la musique classique la plus élaborée et la musique la plus populaire. Aussi chante-il avec autant d´aisance la musique profane, la musique religieuse, l’opéra, la mélodie, l’opérette. Prix de mélodie, Prix d´opérette, Prix Piardon, Lauréat de l´épreuve d´opéra au concours de la scène française (1988), sélectionné au concours d´excellence Léopold Bellan (1988). Prix au concours Léopold Bellan (1988), il est reconnu dans son domaine musical et a effectué de nombreux concerts en France et à l´étranger dans des lieux prestigieux.

Lorenzo Cipriani, né à Milan, commence des études musicales dès l’âge de sept ans. Elève de piano, d’orgue et de clavecin, il obtient un diplôme dans chacune de ces disciplines au Conservatoire d’Etat “G.Verdi” de Milan. Attiré très tôt par la composition, il rentre dans la classe de Franco Donatoni ; il étudie à Vienne l’orgue à la Musikhochshule avec Rudolf Sholz, et le clavecin au Konservatorium avec Marina Mauriello ; poursuivant en même temps ses études de composition dans la classe de Niccolô Castiglioni, il obtient le diplôme du Conservatoire de Milan. Après le baccalauréat il fréquente pendant quatre années l’Université de Bologne. Il obtient une maîtrise en ” Art et Musicologie » en soutenant une thèse sur la musique d’orgue de G. Ligeti préparée avec F. Donatoni. Afin de se perfectionner, il suit des cours internationaux d’orgue et de clavecin : à Pesaro avec Montserrat Torrent, à Montreux avec Pierre Pidoux, à Lanciano avec Giorgio Carnini, à Soro (Danemark) avec Lionel Rogg et Michael Schneider.

Lorenzo Cipriani mène une carrière de directeur musical, compositeur et de soliste. Il donne de nombreux concerts en France et en Europe, ainsi qu’au Japon et aux Etats-Unis, se produisant sur les quatre instruments qui constituent le centre de son attention artistique : clavecin, l’orgue, piano et clavicorde. Il réalise des enregistrements pour la RSTI (Suisse), ABC TV (Japon) et pour diverses radios et télévisions. En tant que compositeur, il publie ses oeuvres chez Rugginenti, Pongo, Sedimus, Jonaphil, Carrara, Lafitan… Elles ont été créées en France, au Japon, ( à Tokyo à la Tsuda Hall un concert a été dédié à ses oeuvres ), au Brésil … et ont fait l’objet d’enregistrements sur divers C.D. La plupart de ses oeuvres sont consultables à la B.I.M.C., à Paris. Après avoir enseigné l’orgue et la composition aux conservatoires nationaux de Venise, Ferrare, Mantoue, Brescia (ou il est titularisé) il occupe à E. N. M. de Quimper un poste de professeur de piano; actuellement, il est professeur d’orgue et de clavecin au conservatoire de Montesson. Depuis 1990, il occupe le poste d’organiste et chef de choeur titulaire à l’église Notre-Dame de Compassion à Paris. Il dirige la collection de musique ancienne « Barocchia » chez l’éditeur Lafitan. Il a fondé en 1999 l’ensemble baroque « Harmoniche Demonstrationi ».

Cet album, sorti originellement en 2005 sous le titre « Chants religieux et traditionnels bretons » chez Divina Musica puis épuisé, retrouve une nouvelle jeunesse chez Ar Gedour. Vous pouvez en écouter un extrait ci-dessous. La réalité augmentée est aussi utilisée puisqu’en scannant le disque avec l’application ARZONE, les acheteurs du CD auront accès à du contenu premium (histoire des chants, partitions, traductions, etc…)

Prix : 10€ (+port) !

Je commande le CD

  • 1 – Silvestrig.
  • 2 – Kenavo (Chant de l´adieu ; extrait de la Noce Vannetaise ; musique de Le Dantec, paroles de Le Bayon)
  • 3 – Kousk, Breizh-Izel
  • 4 – Pe trouz war an douar (Cantique de Noël)
  • 5 – Mond davédoh
  • 6 – Regina caeli (Reine du ciel). Cantique pour le temps de Pâques
  • 7 – Kousk, kousk, va lellig kousk (Berceuse ; musique et paroles de Louis Lok)
  • 8 – Adoromp holl (Cantique)
  • 9 – Jezuz pegen braz ‘ve ! (Cantique du Paradis).
  • 10 – Santez Mari (Cantique).
  • 11 – An tri añjelus (Mélodie traditionnelle galloise : poésie bretonne de Taldir)
  • 12- Baradoz dudiuz (Paradis merveilleux – cantique)
  • 13 – Jezuz lavar deomp pediñ (Cantique).
  • 14 – Da vartoloded ar Guilvinec (Cantique des marins du Guilvinec).
  • 15 – Bro gozh ma zadoù

« Grands interprètes » : « Louis de Beyre, baryton à la voix d´or » – Ouest France (23 Juillet 1987).

« Une superbe voix … les superlatifs ne sont pas de trop »- Sinclair (Musique et Tradition , Janvier- Avril 1988 , salle Cortot).

« Sens des nuances, vaillance et puissance, poésie raffinée, éclectisme» –     Jacques Darras, Ouest France (Festival de Locronan,16 Juillet 1988).

« Il est habité par une sorte de magie et possède au plus haut point l´art d´entrer dans les personnages qu´il incarne ; il possède ce « plus », don inestimable qu´aucun travail ne peut procurer ; nous n´avons pas fini d´entendre parler de cet artiste » –  Yette Mussat, Visages du 20ème siècle (1990).

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

[CARNAC] Concert de musique bretonne avec Claude Nadeau & Jean Baron, le 3 août 2021

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 minMardi 3 août à 21h en l’église Saint …

[PERSQUEN] Rendez-vous au Pardon de Pénéty le 1er août 2021

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 minL’an passé, le pardon de Notre-Dame de Penety, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *