[MONTFORT-SUR-MEU] L’Oeuvre St Joseph recherche 15 000€ pour débuter la sauvegarde d’une abbatiale du XIIème

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 min

L’Oeuvre de St Joseph, dont l’objectif est de tenter de sauver des chapelles en déshérence pour des projets en lien avec la destination du lieu, avec une identité chrétienne assumée, en dépit des oppositions humaines freinant l’initiative et justifiant une certaine inertie, se retrouve l’un de ces trop rares remparts à la liquéfaction d’une identité chrétienne. Cette attention à un patrimoine qui n’est pas que de pierre est parfois incomprise.

 

A Montfort-sur-Meu, une abbaye avait ainsi été acquise par l’OSJ, une association locale suscitée par le propriétaire étant amenée à travailler à la restauration et à la réhabilitation de ce lieu. Les écueils humains, administratifs et financiers n’ont pas permis à ce jour de mener à bien un chantier d’ampleur.

Un appel au don urgent pour sauvegarder un patrimoine

Suite à un arrêté pour péril imminent et une mise en demeure de réalisation de travaux, l’Oeuvre de St Joseph recherche au minimum 15000€ pour consolider la porte de l’abbatiale de Montfort-sur-Meu, afin de réaliser au plus vite un étrésillonage des baies et ouvrages attenants, impliquant une installation d’échafaudages. Il s’agit d’une sauvegarde d’urgence de cette porte classée à l’inventaire des Monuments Historiques, sachant que la restauration de l’ensemble nécessitera une somme importante. L’urgence étant pour l’instant cette sauvegarde, suite à l’arrêté municipal et l’expertise.

 

Une entreprise agréée MONUMENTS HISTORIQUES a déjà été sollicitée pour ces travaux. En cette fin d’année 2020, l’OSJ et ses partenaires lancent un appel au don pour sauvegarder ce lieu marquant de notre histoire de Bretagne. 15 000 €, c’est (au choix) :

  • 50 personnes qui donnent 300€
  • 100 personnes qui donnent 150€
  • 200 personnes qui donnent 75€
  • 400 personnes qui donnent 37,50€

C’est un objectif parfaitement atteignable, nous n’en doutons pas. La question est simplement de savoir si nous tenons à notre patrimoine breton, et si nous souhaitons le transmettre à nos enfants par un don défiscalisable.

Fondation de l’abbaye.

L’abbaye Saint-Jacques, à Montfort-sur-Meu (Ille-et-Vilaine) n’est pas n’importe quel édifice. Elle a été fondée en 1152 et la première église a été consacrée en 1156. Reconstruite au XIVe siècle, il subsiste de l’ancienne église abbatiale le portail d’origine inscrit aux Monuments historiques.

L’abbaye fut construite par Guillaume Ier de Montfort. Lui et sa Dame Amice de Porhoët la dotèrent de ressources importantes. Y furent accueillis les Chanoines réguliers de Saint-Augustin, dont la règle, la plus austère de toutes les règles monastiques de l’époque, fut observée pendant des siècles. Un relâchement fut suivi d’une reprise en main au 17ème siècle par la congrégation de Sainte Geneviève à l’initiative de Jean de Tanouarn.

L’église connut une reconstruction en style ogival rayonnant avec consécration en 1428. La Révolution marqua la fin de 638 ans de présence religieuse. Toutefois les biens sécularisés furent repris par les Ursulines de Bédée au 19ème siècle, puis reperdirent leur fonction religieuse pour être transformés en dortoirs et salles diverses. En ruine depuis l’incendie de 1976, les murs ont toutefois résisté aux intempéries, mais il y a fort à faire.

Un don pour l’avenir de l’abbaye.

Ar Gedour met ses compétences au service de cette initiative. Pour faire un don, en ligne (permettant un don avant le 31/12/2021), cliquez sur le bouton ci-dessous :

Je fais un don

À propos du rédacteur Erwan Kermorvant

Erwan Kermorvant est père de famille. D'une plume acérée, il publie occasionnellement des articles sur Ar Gedour sur divers thèmes. Il assure aussi la veille rédactionnelle du blog et assure la mission de Community Manager du site.

Articles du même auteur

“Le Tro Breiz”, une conférence de Caroline Lange

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 minLe Tro Breiz est un pèlerinage qui se …

“En faisant la promotion des langues régionales, c’est l’Humanité tout entière que l’on sert” (Gaid Evenou)

Amzer-lenn / Temps de lecture : 6 min«Préserver les langues régionales est un enjeu de …

4 Commentaires

  1. Après l’expulsion des Ursulines en 1922, l’abbaye fut rachetée en 1922 par les pp. Monfortains qui y établirent un séminaire qui rayonna pendant plusieurs décennies avant d’être déserté dans les années 60. Les Montfortains rétablirent le volume initial de l’abbatiale en démolissant les cloisonnements de l’époque des Ursulines, jusqu’à l’incendie de 1976. Si les bâtiments conventuels ont été rebâtis, l’église n’a plus que ses murs.
    Je cherche des photo le l’intérieur avant l’incendie. Quelqu’un aurait cela ?

  2. erratum : c’est en 1910 que les ursulines furent expulsées. Elles tenu plus longtemps que la plupart des autres congrégations expulsées entre 1901 et 1906.

  3. Je vous souhaite que cela ne se termine pas comme chez nous : achetée par un millionnaire turc chef d’une des plus grandes confréries islamiques turque proche de Erdogan, cela deviendra, d’après ce que nous pouvons en savoir pour le moment, un centre d’éducation et de formation de cadres turcs vivant en France. Vous verrez par le lien ci-joint ce que nous avons perdu : https://www.abbayesaintmartin.fr

    • Dominique de Lafforest

      merci pour le remarquable aperçu! oui, nous ne finirons jamais d’admirer ce que sut réaliser une société qui “croyait au Ciel”!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *