Saints bretons à découvrir

Sul kentañ an Azvent / 1er dimanche de l’Avent : Mesi deit heb dale

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 min

« Prenez garde, restez éveillés ». Dieu ne cesse de visiter son peuple et notre âme s’y dispose à l’approche de la fête de la Nativité. Ce cantique breton pour l’Avent, plus connu sous le nom de Mesi deit hep dale, est issu du répertoire des Gedourion ar Mintin depuis plusieurs années. On pourrait considérer ce chant comme l’équivalent breton du VENEZ DIVIN MESSIE. Et c’est bien ce que nous demandons au fil des dimanches de l’Avent : « Venez nous rendre espoir et nous sauver ! »

Ce chant voit idéalement sa place en chant d’envoi, voire lors de la veillée avant la grand’messe de la nuit de Noël. Cet air donne déjà les accents de Noël, faisant ressentir la hâte de fêter la naissance du Sauveur.

INFO : À partir de ce premier dimanche de l’année liturgique, on utilise la traduction française modifiée du Notre Père. À la place de : «Ne nous soumets pas à la tentation», on dit maintenant : «Ne nous laisse pas entrer en tentation.» En breton, il n’y a aucun changement puisque la version bretonne était bien traduite depuis bien longtemps :

Ha n’hon lezit ket
da gouezhañ en temptadur,

Plus d’informations concernant ce cantique sur Kan Iliz

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

Feiz e Breizh

Plus de 1200 fidèles, dont 480 marcheurs pour le Pèlerinage Feiz e Breizh 2022

La 5e édition du pèlerinage « Feiz e Breizh », les samedi 17 et dimanche 18 septembre 2022, a rassemblé 480 marcheurs, marquant une progression de 59 % par rapport à 2021. La messe de clôture à Sainte-Anne d’Auray a été célébrée dans une basilique comble.

[PATRIMOINE] Les splendides bannières LE MINOR

L’histoire entre la maison LE MINOR et les bannières de procession est une histoire qui dure depuis plus de 60 ans. En effet, c’est en 1953 que...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.