Saints bretons à découvrir

THERESE AUX ROSES

Amzer-lenn / Temps de lecture : 5 min

Cet article nous est proposé par l’un de nos lecteurs. Merci à lui.

Emmaüs, dans l’Evangile, c’est le chemin de la découverte du Trésor de la Résurrection.

A Vannes, Emmaüs-livres, c’est plus simplement la possibilité de trouver de petits trésors. C’est ce qui m’est arrivé l’autre jour, un trésor à petit prix mais le trésor, ce n’est pas le livre, c’est la vie de l’homme que j’ai lue. Le titre : « Sculpteur de l’âme –Un trappiste au service de Thérèse » de Pierre Descouvemont.

Cet homme, ses oeuvres… ! Qui ne connaît la statue de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face de Lisieux ? C’est la statue qui s’est le mieux vendue au monde, un record !

Elle est présente dans  toutes les églises de Bretagne, de France, de Navarre et du monde catholique. On connaît moins l’artiste. C’est Louis RICHOMME, un Normand qui entra à l’abbaye de la Trappe dans l’Orne en 1907.

Avant la vie monastique il avait exercé la ferronnerie d’art…

A l’âge de vingt ans il décide d’entrer au séminaire de Sommervieu près de Bayeux. Au cours de sa deuxième année de séminaire, la lecture de « Histoire d’une âme » de Sainte Thérèse va bouleverser sa vie. Auteur de poèmes, il chante son désir de vivre la voie d’enfance spirituelle enseignée par la jeune carmélite Thérèse MARTIN. Il écrivit au carmel de Lisieux et offrit à Mère Agnès, soeur de Sainte Thérèse, un cantique qu’il avait écrit.

En 1917, le père abbé de son abbaye entend Mère Agnès lui confier son désir de trouver un artiste susceptible de faire des statues de sa « sainte petite soeur ». Il pense de suite au père Marie-Bernard (Louis RICHOMME), connu pour ses qualités de ferronnier d’art et qui a réalisé pour son abbaye un médaillon reproduisant le buste de Sainte-Thérèse. C’est ainsi qu’il réalisa pour le carmel de Lisieux sa première statue de Sainte Thérèse. En 1922, toujours à la demande de Lisieux il réalisa la fameuse statue « Thérèse aux roses ».

Un artiste au service de Dieu

En plus de ces oeuvres thérésiennes, il réalisa de nombreuses statues de la Sainte Vierge ainsi que  des portraits du Christ illustrant ses dernières paroles sur la Croix.

Il a répondu également à des demandes provenant des soeurs de Nevers, trois statues de Sainte Bernadette SOUBIROUS, et à une demande du sanctuaire de La Salette. Il a réalisé aussi le buste de Monseigneur LEMEE, recteur de la basilique de Montligeon en Normandie, la statue de la Bienheureuse Anne-Marie JAHOUVEY, fondatrice des soeurs de Saint-Joseph de Cluny, à l’occasion de sa béatification en 1950. En 1944, le père Dominique NOGUES, Breton, ancien  abbé de Timadeuk et devenu vicaire général de l’ordre cistercien, lui demanda la réalisation du buste   d’une autre Bretonne, Jeanne JUGAN, fondatrice des Petites Soeurs des Pauvres, canonisée par le Pape Benoit XVI en 2009. Pour le premier centenaire des apparitions de Lourdes, il réalisa une statue de Notre Dame de Lourdes.

Ancien  paroissien de Notre-Dame de Lourdes de Vannes, je me souviens des voyages organisés par notre recteur comme nous disions alors, voyages proposés pour notre éducation, à Lisieux, Pontmain ou Lourdes. A Lisieux, une photo nous montre, rassemblés dans le cloître du carmel, devant la fameuse statue de Sainte Thérèse aux roses.

Vous pensez que je m’égare sur le chemin des souvenirs ? Attendez ! voici le clin d’oeil du temps qui va …son chemin.

A l’origine du Bagad de Vannes

Vicaire à la Cathédrale de Vannes, l’abbé Albert NICOLAS fut choisi par Monseigneur BELLEC, évêque de Vannes, pour la création de la nouvelle paroisse de ND de Lourdes en 1961. En 1957, il était à l’origine de la création du bagad « Les Petits Meuniers de la Tour », le bagad de Vannes Ar Velinerion. La mention de la Tour signifiait la tour du Connétable où avaient lieu les répétitions de cette formation musicale.

En 1973, notre abbé Nicolas se retira à…l’abbaye de la Trappe. Quelques années plus tard, ma soeur lui rendait visite et voici ce qu’il lui confia : « Ton petit-fils Malo est né, voici une ébauche de statue qu’a réalisée notre frère Marie-Bernard, décédé ici le 10 août 1975. Prends-la, tu la lui offriras. »

J’ai bien essayé de l’obtenir de la part de mon petit-neveu…

Il m’a répondu qu’il gardait son trésor !

Une anecdote : sollicité par le sanctuaire de Lisieux pour la réalisation de « Thérèse Docteur », il s’opposa au recteur des sanctuaires qui lui demandait de corriger son projet. Il dit alors à Soeur Agnès de Lisieux que « les autorités ecclésiastiques ne jouissent pas nécessairement d’une compétence artistique ». Concernant la même personne, au sujet du tympan du porche de la basilique il dira : »Quand on est incapable de dessiner correctement une niche à lapins, il faut être modeste ».

Une histoire que le père Marie-Bernard aimait raconter :

On demandait à un vieux paysan sur ses vieux jours : « Sans doute avez-vous un bon médecin ?

— Oh oui ! Je vais le voir chaque année… Bien sûr, ça coûte un peu cher, mais il faut bien qu’il vive, le brave homme ! Quand je sors de chez lui, je vais chez le pharmacien acheter tous les médicaments qu’il m’a prescrits. Bien sûr, ça coûte un peu cher, mais il faut bien qu’il vive lui aussi ! Et quand j’arrive chez moi, je déverse dans un grand trou tous les médicaments que je viens d’acheter. Il faut bien que je vive moi aussi !.. »

                                                                            Alban ABJOBRIZH

Vous appréciez Ar Gedour, et aimez lire nos articles, découvrir nos chroniques ? Merci de nous aider dans notre oeuvre sur internet et sur le terrain en faisant un petit don. Cliquez ici pour en savoir plus.

À propos du rédacteur Redaction

Les articles publiés sous le nom "rédaction" proviennent de contributeurs occasionnels dont les noms sont publiés en corps de texte s'ils le souhaitent.

Articles du même auteur

JEAN-PIERRE CALLOC’H, UN MOINE-SOLDAT BRETON DANS LA GUERRE DE 14

Amzer-lenn / Temps de lecture : 7 min Figure épique – et trop méconnue – …

NOTRE-DAME DU RONCIER, SANCTUAIRE DIOCÉSAIN : « UNE OASIS PARTICULIÈRE »

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 minLe 7 octobre dernier, Mgr Raymond Centène, évêque …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *