Saints bretons à découvrir

[VANNES] Le Ker sera peut-être repris par un des dirigeants du groupe STEF

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 min
Le Kêr, une entreprise locale. Photo par Gaëtan Lecire.
Photo par Gaëtan Lecire.

Ar Gedour s’en était fait l’écho il y a plusieurs mois : le Ker, seul parc à thème breton, faisait face à des difficultés financières importantes, et était en redressement judiciaire depuis novembre dernier. Mais la société Diorren Project, à l’origine de ce parc unique en Bretagne,  vient de recevoir officiellement une offre de reprise ce mercredi après-midi : Serge Capitaine, directeur général adjoint du groupe STEF, s’est porté au secours de l’espace ludo-éducatif situé au cœur du Parc du Golfe.

 

Un lieu méconnu à (faire) connaître !

Méconnu des écoles, le site mérite pourtant le détour  : dans ce parc à thème, les visiteurs petits et grands sont invités à voyager dans le temps, de la Préhistoire à la fameuse bataille des Vénètes qui opposa les Celtes aux armées de Jules César. Le parcours est systématiquement disponible dans les trois langues (breton, français, anglais), et la langue bretonne y est présentée la première. Les visites scolaires (ou professionnelles) peuvent se faire en breton, l’entreprise emploie et forme d’ailleurs 3 étudiants en alternance qui parlent breton.

Et pour couronner le tout, l’aventure se termine dans une salle de cinéma pour la diffusion d’un film en 4D. Le film fait revivre pendant 9 minutes la bataille des Vénètes, qui a opposé ces Celtes aux Romains -56 avant JC. Cette superproduction digne des studio Hollywoodiens a nécessité des dizaines d’acteurs et figurants, réalisée par la société de production LB Krouiñ, la société qui est à l’origine de la web tv en langue bretonne Brezhoweb.

Soutenu par les collectivités, ayant réussi à lever plus de 15 000 euros de financement participatif, primé à Hollywood pour son film en 4D, Diorren espérait faire essaimer son concept sur d’autres territoires. Mais après deux ans d’activité, la dette se montait à 240 000 euros, selon son dirigeant, Hervé Paquet.

Malgré toute l’énergie déployée par le porteur du projet, Le Ker a eu du mal à trouver son public. « Il nous a manqué des financements au départ et l’équipement a mis plus de temps que prévu à trouver son équilibre, d’où un fort endettement que nous traînons depuis l’origine », expliquait Hervé Paquet lors du placement en redressement judiciaire de son entreprise.

 

Quel avenir pour le Ker ?

Le film en breton sur la bataille des Vénètes.Serge Capitaine, très attaché à la culture bretonne, reprendrait donc l’activité du Ker et l’intégralité de l’équipe de 5 salariés.  Originaire de la presqu’île de Crozon, son réseau et son expérience devraient permettre au Ker de se remettre sur la bonne voie. Il est l’un des membres de l’institut de Locarn que le grand public connaît à travers le label « Produit en Bretagne ». « Produit en Bretagne » (et aussi en breton) était d’ailleurs la philosophie qui a animé la création du Ker.

En effet, peu d’entreprises peuvent se vanter d’avoir le même bilan concernant l’emploi local et la langue bretonne. Lors de la construction du lieu, les matériaux comme les artisans locaux ont systématiquement été privilégiés, et les panneaux de chantiers eux même étaient traduits en breton rappelle Hervé Paquet. Le restaurant du parc a lui aussi fait le choix du local, avec des produits 100% frais et 100% locaux, un choix de l’emploi local décliné à toutes les étapes de la vie de ce projet.

Nous ne pouvons qu’inciter à nos lecteurs à faire connaître le Ker aux écoles, qui découvriront un pan de l’histoire de Bretagne d’une manière ludique, tout en pérennisant une action qui mérite d’être soutenue et développée.

Le tribunal de commerce de Vannes s’est donné deux semaines pour se prononcer sur cette proposition de reprise.

À propos du rédacteur Erwan Kermorvant

Erwan Kermorvant est père de famille. D'une plume acérée, il publie occasionnellement des articles sur Ar Gedour sur divers thèmes. Il assure aussi la veille rédactionnelle du blog et assure la mission de Community Manager du site.

Articles du même auteur

[VANNES] Concert bombarde et orgue le 12 août 2022

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 minPour clôturer la saison 2022 des « Concerts de …

Une exposition sur Langlais à Granville du 22 juillet au 16 août 2022

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 minPeut-être aurez-vous l’occasion d’aller à Granville pendant les …

2 Commentaires

  1. Jacques-Yves Le Touze

    Le souci principal est son manque de cohérence entre son thème et son lieu d’implantaction. Un centre d’interprétation se doit de présenter un lieu et son histoire . Là, difficile de faire le lien… sans parler du contenu qui était de qualité très moyenne pour le moins .

  2. C’est quand même une excellente initiative! Plus la langue, la culture, l’histoire, de la Bretagne, et tout son dynamisme est mis en valeur, mieux la Bretagne s’en portera. Et cela peut être profitable au niveau économique…

    Pour exemple, au Haras National d’Hennebont, des visites en langue Bretonne sont proposées. La journée du patrimoine y met en valeur cultures et traditions, avec bien souvent des éléments de culture Bretonne, attirant sur une journée plusieurs milliers de personnes. Ou encore à Noël dernier, le spectacle le mystère du Triskell, spectacle inspiré d’un conte publié sur ar gedour, y était joué, attirant 14 000 personnes sur 3 semaines…..La langue et la culture Bretonne y est reconnue par la municipalité…

    Au Ker, toute idée novatrice allant dans le sens de la promotion de la Bretagne ne peut être que bénéfique: croyons dans le renouveau de cette structure, et dans le dynamisme qu’aura à nouveau cette équipe qui a beaucoup de mérite!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.