Saints bretons à découvrir

Ce week-end débutent les festivités du Centenaire de la mort de Yann-Ber Calloc’h

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 min

calloc'h3

Groix s’apprête à célèbrer à partir de vendredi le centenaire de la mort du poète Jean-Pierre Calloc’h, « Bleimor », tué au front le 10 avril 1917. Il avait 29 ans. Voici l’hommage de Dominique Yvon, maire de Groix :

« Il était né à Groix, à Clavezic, le 21 juillet 1888 dans une famille liée à la pêche et l’agriculture relatée dans le fameux Me zo gañnet. Ses dons précoces et ses études à partir de 1900 au petit séminaire de Sainte Anne d’Auray puis au Grand Séminaire de Vannes, ses talents de poète qui naissent progressivement après la mort de son père au Croisic, alors qu’il n’avait encore que 14 ans, sa vocation contrariée de prêtre, ses combats pour la culture bretonne.

Jean-Pierre Calloc’h représente une figure particulièrement intéressante de l’identité insulaire tout en étant relié à tout le réseau culturel breton de son époque. De tels liens dus à ses préoccupations pour l’avenir de la langue et de la culture bretonne sont visibles encore dans sa correspondance de guerre. De multiples facettes se reconnaissent dans le personnage, son goût de l’authenticité, sa proximité avec l’un des précurseurs des Seiz Breur, ses préoccupations et propositions sur les moyens concrets susceptibles de permettre un renouveau culturel breton, mais aussi son sentiment de la nature et du patrimoine qui s’expriment également dans des contextes éloignés de la Bretagne, son mysticisme bien connu, souvent au demeurant une mystique de la pauvreté, son évolution face à la guerre, et la lucidité prémonitoire de certaines de ses observations … L’œuvre de l’un des plus grands auteurs bretons est un recueil édité à titre posthume de poèmes Ar en deulin (À genoux) qui comprend le célèbre poème Me zo gannet er kreiz ar mor (Je suis né au milieu de la mer). Début 1917, il adresse depuis le front son poème, la Prière du guetteur (Pedenn er gedour) »

Comme vous le savez certainement, le blog Ar Gedour, qui fête en ce début avril son sixième anniversaire, tire son nom de cette prière du guetteur, Pedenn ar Gedour, composée par Calloc’h. Ce nom, c’est aussi l’identité de ce blog, son ADN, avec un écho très fort à l’appel du Pape Jean-Paul II en l’an 2000 à devenir « les veilleurs de l’aube, les sentinelles du matin », les Gedourion ar Mintin.

Nous ne pouvons que participer à cette mise à l’honneur du poète groisillon… et de ses oeuvres, et l’article que nous lui avons récemment consacré va dans ce sens. Le centenaire de sa mort peut être occasion de redécouverte de ses écrits et une invitation à se plonger dans la spiritualité profondément chrétienne bretonne qui en émane.

Voici donc le programme des festivités :

centenaire jean pierre calloc'h

Téléchargez ici le programme en format PDF : prog-jpcalloch-centenaire2017 

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

[PATRIMOINE] Les splendides bannières LE MINOR

L’histoire entre la maison LE MINOR et les bannières de procession est une histoire qui dure depuis plus de 60 ans. En effet, c’est en 1953 que...

Les messes en breton ou avec cantiques bretons pour le week-end des 16, 17 et 18 septembre 2022

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 minVous ne savez pas encore où aller à …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.