Saints bretons à découvrir

Xavier de Langlais et la langue bretonne, une conférence de Glenn Gouthe

Xavier de Langlais et la langue bretonne, tel est le sujet de la conférence proposée par Glenn Gouthe le 9 octobre prochain à Ti ar Vro Gwened / Vannes.

Cette conférence de Glenn Gouthe s’inscrit dans un travail de recherche (doctorat en cours) sur une figure bretonnante importante du pays vannetais : Xavier de Langlais. Cet artiste (peintre et écrivain) est aujourd’hui reconnu comme un artiste accompli en Bretagne et hors de ses frontières.
Mais c’est son lien avec la langue bretonne qui sera présenté ici.

– Son oeuvre littéraire (dont des inédits)
– Ses collectes de contes et chansons aux portes de la Presqu’ile de Rhuys
– Son rôle dans l’élaboration d’une orthographe bretonne commune à tous
sont autant de sujets qui seront abordés.

Conférence en français.
————————————–
Xavier de Langlais hag ar brezhoneg.
Ar brezegenn-mañ kinniget get Glenn Gouthe a zo lodek ag ul labour enklask doktorelezh diwar-benn Zavier Langleiz/Xavier de Langlais, ur brezhoneger pouezus e Bro-Gwened.

Brudet eo an arzour-se (livour ha skrivagner) evel un arzour meur e Breizh hag en-diavez zoken.
Displeget e vo amañ e liamm get ar brezhoneg.
– E oberenn lennegel (ha traoù diembann)
– E zastumadegoù kontadennoù ha sonennoù e-harz Gourenez Rewiz
– E roll evit peurunvanidigezh ar yezh skrivet.
Setu un nebeut temoù a vo displeget.

Prezegenn e galleg.

 

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

[PLOUHINEC] Aet eo Jean-Jacques Le Floch d’an Anaon

Jean-Jacques Le Floch, bien connu du milieu bretonnant du diocèse de Vannes, vient de décéder …

bougie allumée

LES HYMNES BRETONS DE LA FETE DES MORTS & DES FUNERAILLES

Les Bretons ont toujours eu une «relation intime» avec la Mort, non pas par un penchant morbide douteux, mais par une lucide conscience que leur «fin dernière», le futur « bien-être » de leur âme était une affaire trop sérieuse pour la négliger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *