Saints bretons à découvrir

Philippe Abjean : «Occuper les églises pour les sauver »

Amzer-lenn / Temps de lecture : 4 min

Passionné par la transmission, après avoir relancé le pèlerinage du Tro Breiz et créé la Vallée des Saints, le Breton Philippe Abjean s’intéresse également au patrimoine de pierre. Il lance un «  Ordre du silence  » pour sauver nos églises menacées de liquidation. Rencontre.

Pourquoi tirez-vous la sonnette d’alarme dans votre livre ?

Philippe Abjean : Je constate, comme tout le monde, que de plus en plus d’églises sont fermées en France, en raison de la chute de la pratique religieuse et des vocations. Nous sommes vraiment au seuil d’une rupture de civilisation et je pense qu’un glissement va très vite s’opérer : comme elles ne sont plus utilisées et coûtent trop cher à entretenir, beaucoup seront vendues par les diocèses ou les mairies, et changeront d’usage. Et ce phénomène est malheureusement déjà en train de se produire : je vois chaque jour sur Internet une église à vendre, pour être transformée en lieu profane… quand elle n’est pas détruite. Cela va s’accélérer d’autant plus que de nombreux diocèses connaissent de lourds problèmes financiers, aggravés par la pandémie. La vente des églises peut donc apparaître comme une solution pour renflouer les caisses. Il faut bien avoir conscience qu’une fois qu’on aura changé l’usage de ces lieux sacrés, ce sera irréversible… C’est donc dans ce contexte qu’il faut réagir. Je pense qu’en attendant que la crise actuelle s’apaise et que les vocations reviennent, il faut occuper ces bâtiments pour les conserver dans l’Église. En effet, si nous manquons de prêtres, les laïcs peuvent néanmoins occuper la place pour y prier, faire silence.

Que faire dans les églises, sans prêtre ?

Il faut montrer que les églises sont utilisées, afin que les maires ou les diocèses ne puissent, pour les vendre, utiliser l’argument selon lequel elles ne servent plus à rien… Le seul moyen de les sauver, c’est d’occuper spirituellement les lieux. C’est pour cela que je suis en train de créer l’Ordre du silence, une association de «  missionnaires laïcs  ». Son charisme est de faire revivre les églises et les chapelles fermées, en y maintenant une vie chrétienne, et en en faisant des lieux missionnaires.

INFO JOURNEE DU PATRIMOINE : A l’occasion des Journées du Patrimoine, la chapelle du Saint-Esprit de Quimper ouvre ses portes et vous propose de découvrir ses expositions. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Comment cet Ordre va-t-il fonctionner ?

Les personnes qui voudront y participer se répartiront les tâches, selon leurs charismes. Je suis en train de préparer un guide pratique pour cela. Il y aura des personnes en charge de l’accueil : les «  portiers  », du nom d’un ancien ordre mineur tombé en désuétude dans le clergé diocésain.

En effet, pour les nombreuses personnes étrangères à la culture chrétienne qui entrent dans les églises, c’est un choc culturel : elles pénètrent dans un univers qu’elles ne connaissent pas. Il faut donc que quelqu’un les accueille. D’autres personnes – les «  lecteurs  » – seront en charge de faire visiter l’église, en expliquant le langage d’un sanctuaire, pour aider les gens à comprendre les œuvres d’art qu’il contient, pourquoi il est tourné vers l’est, etc. Leur mission est de transmettre la culture chrétienne aux visiteurs à travers les sanctuaires visités.

Enfin, la troisième catégorie – les «  silenciaires  » –, viendra prier en silence, en recréant une ambiance de sacralité dans l’église : pendant une heure ils prieront ou méditeront, dans une obscurité seulement trouée de cierges et de lumignons.

En résumé, le charisme missionnaire de l’ordre se fera à travers l’accueil, la transmission de la culture chrétienne et la prière. Il pourra aller jusqu’à relancer les pèlerinages locaux ou organiser des fêtes chrétiennes. J’explique en détail les règles de cet ordre dans mon dernier ouvrage à paraître cet automne, Touche pas à mon clocher.

Retrouvez l’intégralité de l’entretien dans le magazine FRANCE CATHOLIQUE.

Le royaume du silence, Philippe Abjean, Salvator, 2021, 140 pages, 14,80 €. Pour commander, cliquez ici.

Touche pas à mon clocher, Philippe Abjean, éd. Ar Gedour, fin 2021.

Renseignements sur l’Ordre du silence : abjean.philippe@orange.fr

Philippe Abjean sera l’invité de l’émission En Quête d’Esprit sur CNews, le 19 septembre à 13h, rediffusion à 21h, puis en replay sur le site : www.cnews.fr

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

« Traou Kozh », ou à la découverte des curiosités populaires de la Bretagne ancienne (de Korantin Denis)

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 minIl y a quelques semaines, Korantin Denis, avec …

« Kas », le nouveau CD du Bagad Kemper

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 min Nous en avions rapidement parlé cet été. …

2 Commentaires

  1. BON JOUR EFFLAM
    TU ES EN ROUTE POUR ORLEANS (festiloire)
    tu es en route ! le currach « SANT EFFLAM » est en route.
    et
    mardi un autre currach « MERNOG » le rejoint;
    MERNOG ?
    premier nom attesté d’un européen en AMERIK ( terre promise aux Saints)
    attesté dans le  » navigatio sancti brendani Abatti »

    kenavo ar vech holl

    (la vallée des saints par en disney-land)

  2. Gant va gourc’ hemennou vat !

    Me am-eus selaouet deoc’h e Cnews d’an Di sul 19 miz gwengolo ( En quête d’esprit )

    Dalch’it mat gant ho tiviz ! Ma fellout a ra lenn ar pezh e skrivan kllikit war Le vieux templier

    Roland Vernizeau

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *