Saints bretons à découvrir

Les Bugale Melrand fêtent leurs 50 ans ce week-end

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 min

Le cercle celtique Bugale Melrand fête ses 50 ans ce week-end, avec un programme riche à découvrir et vivre absolument.

Le groupe a été créé en novembre 1973 sous l’impulsion de trois jeunes Melrandais. Dès 1974, Le cercle se lance dans la création des costumes hommes à partir de vieux costumes collectés dans l’environnement familial des membres créateurs. Une telle démarche a réveillé chez les habitants de Melrand une volonté de redonner vie à leur patrimoine familial. Rapidement, le cercle celtique, c’est vu offrir de nombreux costumes de femmes, robes, tabliers et coiffes.

Dans les trois années qui ont suivi sa création, l’association a ouvert plusieurs activités. En premier lieu, la danse, les effectifs du cercle ont rapidement grandi et permis de créer un groupe de danse homogène permettant d’offrir au public présent lors des festivités locales des démonstrations de danses bretonnes. Cette démarche ne tardera pas à éveiller de nouvelles vocations chez les jeunes melrandais. Dans la continuité du groupe de danse, le cercle a créé un bagad qui rassemblera dès sa création une vingt de jeunes de Melrand et des communes environnantes. Une section lutte bretonne est montée pour compléter l’offre et répondre à de nouvelles attentes.

L’organisation des fêtes bretonnes

L’engouement des populations locales pour la culture bretonne et l’envie de retrouver une culture trop longtemps raillé a facilité la création des fêtes bretonnes. Elles sont organisées chaque année à partir de 1976 les 14 et 15 août, ceci jusqu’au milieu des années 80. La croissance des activités de l’association est forte et les infrastructures communales ne sont pas adaptées pour les recevoir.  Le cercle celtique décide de faire l’acquisition d’une parcelle de terrain afin de construire son propre local d’entraînement, les travaux de construction de celui-ci commencerons au printemps 1979.

Collecter le patrimoine

Le cercle Bugale Melrand a conscience que le patrimoine sur lequel il s’est construit est fragile, que le savoir des générations précédentes doit être collecté pour être sauvegardé.
De la fin des années 70, et ce, jusqu’au milieu des années 80, le cercle organise des « filaj« , des soirées ou toutes les générations sont invitées à partager leur savoir. Ces soirées sont tantôt organisées dans les cafés de quartier de la commune, tantôt dans les communes environnantes ou encore au local de l’association.

Pour restaurer l’esprit des soirées « filaj », le cercle celtique lance une idée inédite à cette période : créer un fest-noz « traditionnel » qui ne rassemble que des chanteurs de kan ha diskan, des sonneurs de couples, à l’image des soirées « filaj ».

Un tournant

Les années 80 marquent un tournant pour le cercle celtique. Les opportunités de montrer son savoir-faire en dehors de la région se multiplient : Charente, Lot, Occitanie, pays basque, Espagne, Irlande, Île-de-France, Belgique… Puis viennent les années 90 : cette nouvelle décennie est l’occasion pour le groupe de s’offrir une première identité visuelle, en créant un logo qui reflète l’image du cercle celtique Bugale Melrand. Fruit du collectage effectué durant les premières années de l’association, le cercle est alors seul à maitriser le saut sur le côté en gavotte pourlet.
2024 : les 50 ans des Bugale, avec un programme riche qui se déroulera les 28, 29 et 30 juin 2024 à Melrand, programme que vous pouvez retrouver via ce lien.

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est le fondateur du site et de l'association Ar Gedour et assure la fonction bénévole de directeur de publication. Il anime aussi le site Kan Iliz (promotion du cantique breton). Après avoir co-écrit dans le roman Havana Café, il a publié en 2022 son premier roman "CANNTAIREACHD".

Articles du même auteur

Les messes en breton du 26 au 28 juillet 2024

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 minSetu amañ roll an oferennoù e brezhoneg pe …

[KERANNA] Un oferenn e brezhoneg evit Gouel Santez Anna

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 minD’ar 26 a viz Gouere, deuit niverus da …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *