Saints bretons à découvrir

Aspedenn d’ar Werc’hez Vari Santel-meurbet, Itron Varia an Drein / Supplique à Notre-Dame du Roncier

Ce dimanche 29 mars, lors de la messe diffusée sur internet depuis la chapelle de l’ancien grand Séminaire du Diocèse de Vannes, devenue depuis Maison diocésaine, Mgr Raymond Centène a adressé une supplique à Notre-Dame du Roncier, vénérée à Josselin.  Début mars, Monseigneur Centène avait adressé une supplique à Notre-Dame de Joie en la basilique de Pontivy.

Notre Dame du Roncier est, nous rappelle le site du sanctuaire la Vierge Pure, immaculée au milieu d’une humanité chargée de souffrances, une humanité où l’amour n’est pas aimé.  Elle est une aide à toute détresse, parce qu’elle a dans les trésors de sa puissance et de son amour de Mère, ce qu’il faut pour nous consoler, pour nous soulager. Par notre prière, elle supplie son Fils de répandre sur nous  son amour. La Vierge Marie est un modèle à imiter.

Ar Gedour vous offre ci-dessous la version en français et en breton de cette longue et belle prière.

Pedenn e brezhonegPrière en français

Aspedenn d’ar Werc’hez Vari Santel-meurbet, Itron Varia an Drein

 

Gwerc’hez Vari Santel-meurbet,

a vez pedet e Josilin abaoe ouzhpenn daouzek kantved dindan anv «Itron Varia an Drein»,

a bedas Doue da heul pedenn dalc’hus familh ul labourer-douar deol

a zizoloas dre ragevezh Doue ho Telwenn en un dreineg –,

evit ma vefe pareet o merc’h vihan ganet dall,

hag ar gweled he devoe neuze.

Broudet gant an hevelep fiziañs,

evel m’eo deuet abaoe da zaoulinañ en ho Santual hon tadoù-kozh, niverus,

da azgoulenn sikour hoc’h erbedenn,

e teuomp da c’houlenn aluzen ar c’hras da vezañ pareet diouzh hon holl dallentezioù :

diwar-benn Doue hor C’hrouer hag hor Salver, diwar-benn hor breudeur ha diwar hor penn deomp-hon-unan.

Dianaoudek eus Ho Mab hag eus E C’hrasoù, pell diouzh ho sell trugarezus,

ez omp deuet da vezañ heñvel ouzh dalled c’hoant ganto heñchañ dalled all,

hag e kouezhomp er foz, hep gellout sevel en-dro.

Mamm Santel an Dasprener, dibikouzit daoulagad hor Feiz,

deomp-ni ha na welomp ket zoken ez omp gwall bec’herien ;

hag en noz ma ’n em gavomp splujet enni,

digorit daoulagad hor c’halonoù, « ma ouezimp pebezh esperañs hon eus en E C’halv, pegen kaer eo pinvidigezh ar c’hloar hor bo da hêrezh e-touez ar sent » (Efeziz 1, 18)

Pa dage enebourien hon tadoù-kozh, gant an dir pe gant an tan,

mogerioù-kreñv ar Gêr a zo dediet deoc’h,

piv a dalas ouzh o gourdrouz,

nemedoc’h-C’hwi, kentoc’h Mamm eget Rouanez,

p’oc’h eus astennet Ho torn-dreist, a zegasas ar peoc’h en-dro,

hag a roas lañs en-dro d’hor c’herzhed-ni, pirc’hirined ar beurbadelezh,

o vevañ gant ur fiziañs heñvel, evel hon diaraogerien niverus,

Hoc’h aspedomp da herzel ouzh an drougoù a sailh warnomp.

Mamm hep he far, argarzhet gant «ar gaouiad ha gant tad ar gaouiad »,

C’hwi hag a flastras penn ar sarpant kozh, « muntrer abaoe ar penn-kentañ » (Yn 8, 44)

dre hoc’h erbedenn, e 1728 endeo,

pa voe pareet bugale vihan Kamorzh eus an drougoù o heskine,

ha goude-se, en ho Ti,

e tilivrjoc’h eus o azregoù kement ha kement a eneoù paour :

lakait da baouez ennomp harzhadennoù ar ravolt, huchadennoù an digompren,

beogadennoù an dizesper.

O Mamm an Hini a voe kurunennet a spern

hag a voe graet al lu gantañ gant an dud a zejane e Zoueelezh,

dont a reomp da ziskouez deoc’h an holl skilfennoù a c’hloaz hor c’horfoù,

an holl spernennoù a rog hor c’halonoù,

an holl zrein a voug hon eneoù ;

tennit anezho, ni Ho ped, unan-hag-unan,

ha ledit war gement hini eus hor c’hleizennoù balzam kadarn Ho kennerzh a Vamm.

O Mamm ken mat, ken trugarezus, ken dous, Gwerc’hez Vari,

C’hwi hag a denn kement spernenn a zo,

davedoc’h e teuomp, o klemm hag o ouelañ : ho pet truez ouzhomp !

Tarodet eo korf hon deneliezh gant ar bandemiezh-se

a ginnig lazhañ ac’hanomp, dreist-holl ar re wanañ hag ar re zilezetañ.

Kañvaouet gant ar viruz marvus-se, bac’het gant an nec’h, dispennet gant an dic’halloud,

en em welomp evit gwir evel m’emaomp : noazh, vil ha truilhek.

Hogen, eus donder hon dienez, a-un galon e kriomp davedoc’h,

« Lilienn e-mesk an drez » (Kan 2, 2), Mamm ken mat,

ned eo ket bet klevet biskoazh Ho pefe dilezet Ho pugale, na pa vefe unan anezho,

e-touez ar re o deus rekouret ho kwarez, o deus aspedet Ho skoazell, hag o deus azgoulennet Ho sikour.

Mamm Doue, Mamm an Iliz ha Mamm an holl dud,

C’hwi hag a voe roet deomp, ouzh ar Groaz, gant Frouezh benniget ho korf, Jezuz-Krist,

p’en em ginnige d’E Dad, evit daspren hor pec’hedoù,

troit war-zu Ho pugale ho sell leun a gendruez,

adenaouit ennomp an esperañs « n’eus ket kerse ganti » (Rm 5, 5)

hag hon dilivrit, rak hep Ho skoazell ez omp kollet.

Astennit ho mantell a Vamm war gement hini eus ho pugale, war mibien ar vro-mañ, fideled an eskobiezh-mañ : warnon + Remont, ho servijer, hoc’h asped, war beleien ha diagoned Ho Mab, ha war gement hini a zo bet fiziet ennon gant an Iliz.

Alvokadez, na pegen feal, diwallit dreist pep tra

ma ne glaskimp ket ar rekour eus hoc’h erbedadur hepken dre ma’z omp amprouet.

C’hwi hag a zo Kurunennadur Oberoù an Aotrou,

gouzout a rit « n’eo ket diwar ar spern e vez dastumet figez »

na « diwar an drez e vez mendemet rezin » (Lk 6, 44) :

evit ma kendalc’ho hor c’halonoù da zont da vezañ an « douar mat »-se,

e lec’h ma c’hello diwan Komz Ho Mab, da reiñ frouezh ar vuhez peurbadus,

evit ma vo difontet dreineg hon eneoù,

ha ma vo savet enno santualioù eus Bezañs an Doue Bev,

gounezit evidomp ma teuimp da vezañ gwir vugale da Zoue,

ma vezo hon aon nemetañ da chom hep E garout a-walc’h,

ha da nac’h d’E servijañ en hor breudeur.

Itron-Varia an Drein,

C’hwi hag a voem Kalon Doue, hag a dro anezhañ war-zu hon douar gloazet,

dre c’halloud didorrus hoc’h erbedenn ouzh Ho Mab Jezuz,

roit deomp, deiz goude deiz, ur galon nevez,

a c’hello lammat gant ur garantez heñvel ouzh hini ho Kalon a Vamm,

ha « kement tra a lavaro deomp », hen ober a raimp (Yn 2, 5).

Eñ hag a vev, a viskoazh da viken,

hag a ren gant an Tad, en Unded dirannus ar Spered Glan,

Doue, Bev ha Gwirion da virviken,

Amen.

+ Aotrou ‘n eskob Remont Centène, eskob Gwened,

d’ar Sul 29 a viz Meurzh 2020

Troidigezh gant EAT evit Ar Gedour

Supplique à l’adresse de la Très Sainte Vierge Marie, Notre-Dame du Roncier

 

Très Sainte Vierge Marie,

invoquée en Josselin depuis plus de douze siècles comme « Notre-Dame du Roncier »,

à la prière instante de la famille du pieux laboureur

– qui découvrit providentiellement ton Image dans un champ de ronces –,

Tu intercédas pour la guérison de leur petite fille, aveugle de naissance,

et elle trouva la vue.

 

Animés de cette même confiance,

comme tant de nos pères qui sont venus depuis s’agenouiller en ton Sanctuaire

et implorer le secours de ton intercession,

nous venons mendier la grâce d’être guéris de toutes nos cécités :

sur Dieu, notre Créateur et notre Sauveur, sur nos frères et sur nous-mêmes.

 

Oublieux de Ton Fils, ingrats de Ses grâces, loin de ton regard de miséricorde,

nous sommes devenus semblables à des aveugles prétendant conduire d’autres aveugles,

qui tombons dans la fosse, sans pouvoir nous relever.

 

Sainte Mère du Rédempteur, décille les yeux de notre Foi,

nous qui ne voyons même plus que nous sommes de pauvres pécheurs ;

et dans la nuit où nous nous sommes plongés,

ouvre les yeux de notre cœur, « pour que nous sachions quelle espérance nous ouvre Son appel, la gloire sans prix de Son héritage dans les saints » (Eph 1, 18)

 

Quand les ennemis de nos aïeux, avec la flamme ou par l’acier,

s’attaquaient aux murs de la Cité qui t’est dédiée,

qui s’opposa à leurs menaces ?

Sinon Toi, plus Mère que Reine, en étendant Ta main souveraine qui ramena la paix,

et relança notre marche, en pèlerins d’éternité.

Habités d’une pareille confiance, comme tant de nos devanciers,

nous Te supplions d’arrêter les maux qui nous assaillent.

 

Mère sans pareil, honnie du « menteur et du père du mensonge »,

Toi qui écraseras la tête de l’antique serpent, « homicide dès les commencements » (Jn 8, 44),

par ton intercession, déjà en 1728,

les petits enfants de Camors furent guéris des maux qui les tourmentaient,

et par la suite, en Ta demeure,

tant et tant de pauvres âmes que tu délivras de leurs afflictions :

fais taire en nous les aboiements de la révolte, les cris de l’incompréhension,

les braillements de la désespérance.

 

Ô Mère du Celui qui fut couronné d’épines,

et tourné en dérision par les hommes qui bafouaient Sa Divinité,

nous venons te présenter toutes les échardes qui blessent nos corps,

toutes les épines qui déchirent nos cœurs,

toutes les ronces qui étouffent nos âmes ;

une à une, enlève-les, nous T’en conjurons,

et répands sur chacune de nos plaies le baume certain de ton réconfort maternel.

 

Ô Clémente, ô miséricordieuse, ô douce Vierge Marie,

Toi qui ôtes toutes épines,

nous venons vers Toi, gémissant et pleurant : aie pitié de nous !

Le corps de notre humanité est taraudé par cette pandémie

qui expose au péril nos êtres, spécialement les plus vulnérables et les plus abandonnés.

Endeuillés par ce virus mortel, confinés dans la crainte, lacérés par l’impuissance,

nous nous découvrons en vérité tels que nous sommes : nus, vils et misérables.

Mais du tréfonds de notre détresse, d’un même cœur, nous crions vers Toi,

« Lys fleuri parmi les épines » (Ctq 2, 2), Mère si bonne,

dont on n’a jamais entendu dire que Tu aies abandonné un seul de tes enfants

qui eut recours à ta protection, implora ton assistance et réclama ton secours.

 

Mère de Dieu, Mère de l’Église et Mère des hommes,

Toi qui nous fus donnée, sur la Croix, par le Fruit béni de tes entrailles, Jésus-Christ,

alors qu’Il s’offrait à Son Père, pour le rachat de nos péchés,

tourne vers Tes petits ton regard plein de compassion,

ravive en nous l’espérance « qui ne déçoit pas » (Rm 5, 5),

et délivre-nous, car sans Ton appui, nous sommes perdus.

 

Étends ton manteau maternel sur chacun de tes enfants, sur les fils de cette terre, les fidèles de ce Diocèse : sur Moi, + Raymond, ton serviteur, qui t’en supplie, sur les prêtres et diacres de Ton Fils, et tous ceux que l’Église m’a confié.

 

Avocate ô combien fidèle, garde-nous, par-dessus tout,

de n’avoir recours à ton intercession que parce que nous sommes dans l’épreuve.

Toi le Couronnement des Œuvres du Seigneur,

Tu sais qu’on ne « cueille pas de figues sur des épines »

et qu’on « ne vendange pas non plus de raisin sur des ronces » (Lc 6, 44) :

pour que nos cœurs persévèrent à devenir cette « bonne terre »,

où la Parole de ton Fils Jésus pourra germer en fruits de vie éternelle,

pour que soit défriché le roncier de nos âmes

et qu’y soit édifié un sanctuaire de la Présence du Dieu Vivant,

obtiens-nous de redevenir de vrais enfants de Dieu,

dont la seule crainte soit de ne pas assez L’aimer et de dédaigner Le servir en nos frères.

 

Notre-Dame du Roncier,

Toi qui ravis le Cœur de Dieu, et qui l’incline vers notre terre endolorie,

par la puissance irréfragable de ton intercession auprès de ton Fils Jésus,

donne-nous, jour après jour, un cœur nouveau,

qui puisse battre du même amour que celui de ton Cœur de Mère,

et « tout ce qu’Il nous dira, nous le » ferons (Jn 2, 5).

 

Lui qui, de toujours à toujours,

vit et règne avec le Père,

dans l’indivisible Unité du Saint-Esprit,

Dieu éternellement Vivant et Vrai.

Amen.

 

+ Monseigneur Raymond Centène, évêque de Vannes

Dimanche 29 mars 2020

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

“Un dieu sauvage”, de Bernard Rio

A l’orée d’une ère qui nous prive d’air, offrant aux générations un mal masqué, certains …

[PLOUHINEC] Aet eo Jean-Jacques Le Floch d’an Anaon

Jean-Jacques Le Floch, bien connu du milieu bretonnant du diocèse de Vannes, vient de décéder …

Un commentaire

  1. Dans le même esprit, Dom Pateau, père abbé de Fontgombault, propose à chacun de lire une veille prière du XIVème siècle en cas d’épidémies.

    https://www.lesalonbeige.fr/wp-content/uploads/2020/03/Prie%CC%80re_e%CC%81pide%CC%81mie-propose%CC%81-par-labbaye-de-Fontgombault.pdf?x34696

    Une traduction bretonne est en cours de réalisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *