Saints bretons à découvrir

Aujourd’hui 21 Juillet, nous fêtons sainte Tréfine / Trifin

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 min

Dans la première moitié du VIe siècle, Erech, roi de Vannes, fils de Hoël Ier et de sainte Pompée, avait une enfant nommée Tréfine, à qui le saint abbé Gildas le Sage avait inspiré de grands sentiments de religion. Le souverain, qui chérissait une fille si vertueuse, désirait lui procurer un établissement distingué.

Bientôt, la main de la princesse fut demandée par un comte puissant du pays de Vannes. C’était le fameux Comor ou Conomor, seigneur redouté, qui se livrait avec fureur à ses passions. Quand une femme de haute naissance lui plaisait, il l’épousait, et dès qu’elle portait un gage de leur amour, il l’immolait pour en prendre une autre qui ne tardait pas à subir le même sort. Il était ainsi devenu veuf plusieurs fois, quand il rechercha Tréfine.

Erech rejeta sa demande, mais comme ce lieutenant de Childebert était redoutable, le refus fut coloré des prétextes les plus spécieux. Le comte, apprenant que Gildas avait un grand crédit à la cour de Vannes, l’envoya prier d’intercéder pour lui, et vint lui-même trouver le saint abbé. Il fit tant d’instances, tant de promesses et de serments de vivre désormais d’une manière édifiante que saint Gildas le crut et qu’à sa prière, Erech donna son consentement.

Pendant les premiers mois de son mariage, Comor répondit à l’affection de son épouse par de bonnes actions, mais elle devint enceinte et sa tendresse pour elle se changea en aversion. Il la maltraita et voulut la tuer.

Tréfine, afin d’empêcher un double crime, s’échappa du château de Comor et prit le chemin de Vannes, pour se réfugier chez son père.

Comor s’apercevant de sa fuite, furieux, partit à cheval sur ses traces. La malheureuse s’etait cachée dans un taillis voisin de la route. Il approcha, la découvrit, la saisit, tira son épée et lui trancha la tête, disent les actes de saint Gildas et de saint Trémeur. Il s’en retourna ensuite en méditant de nouveaux forfaits.

Les domestiques qui avaient accompagné Tréfine, coururent porter à Erech la nouvelle du meurtre. Le roi désespéré, vint conjurer Gildas de lui rendre sa fille que son intercession avait livrée à l’affreux Comor. Le saint consola ce tendre père et se rendant auprès du corps de la princesse, il la ressuscita et la conduisit au palais du roi de Vannes.

Sans garantir la vérité de ce prodige, on peut dire qu’à la prière de Gildas, Dieu fit à Tréfine quelque faveur signalée. Ainsi sauvée, la pieuse Tréfine donna le jour à Trémeur, puis se retira dans un monastère de saintes filles et y passa, dans la ferveur, le reste de ses jours.

Source : « Vie des saints bretons » par S. Torquéau (à paraître – DR)

À propos du rédacteur Tad Stefan

Le Père Stéphane Torquéau est aumônier militaire. Spécialiste des langues anciennes celtes et nôroises, il a écrit de nombreux ouvrages dont "Les runes: histoire, symbolisme & étude", "L'ogham, écriture sacrée des Celtes", "Le Celtibère et le lépontique" ou encore "L'ermite et l'étoile" édité chez Ar Gedour.

Articles du même auteur

Aujourd’hui 28 Juillet, nous fêtons saint SAMSON, Evêque de Dol

Amzer-lenn / Temps de lecture : 4 minSamson naquit vers 495 dans le comté de …

Aujourd’hui 22 Juillet, nous fêtons saint ALAIN IV de Coëtivy, Cardinal.

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 minAlain de Coëtivy, dit Alain IV, est né, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *