Saints bretons à découvrir
Accueil > Actualités / Keleier > Les Bretons, l’apostrophe et le déficit d’élite bretonne

Les Bretons, l’apostrophe et le déficit d’élite bretonne

 

Suite à la vague d’indignation, justifiée, concernant le refus du tildé sur le prénom Fañch puis concernant l’apostrophe pour Derc’hen, une question mérite d’être posée. Les Bretons réclament à raison que soit respectée la graphie originelle, comme ils réclament des droits bafoués (qu’ils attendent en vain depuis des siècles), une promotion de la langue bretonne qui peine à être reconnue.

Les batailles vont bon train, et chacun s’épuise à demander désespérément au maître qu’il accorde d’une main ce qui a été supprimé auparavant. Mais comment ne pas s’étonner que les Bretons, faute d’être autonomes, n’aient pu créer une élite capable de s’intégrer dans tous les rouages de la vie publique, de manière à faire avancer les dossiers comme ce fut le cas dans le contexte d’après-guerre ?

Car au final, si une telle circulaire a pu être mise en application, c’est bien parce que les élus des cultures dites régionales n’ont pas été fichus de monter au créneau le moment venu, considérant peut-être que l’affaire n’était pas d’Etat. Si la considération des prénoms bretons n’est pas de mise dans les services, c’est aussi qu’un certain déficit de transmission de l’amour de la Bretagne se fait jour. Ouest-France rapportait il y a deux jours que, grâce à l’Ofis publik ar brezhoneg des stagiaires du Centre de formation de la formation publique territoriale (CNFPT) reçoivent des cours de langue bretonne, ce qui va dans le bon sens et évitera peut-être les écueils que nous constatons. Mais si la langue bretonne n’est pas autant promotionnée dans nos écoles publiques ou privées et perd du terrain malgré le travail acharné de quelques-uns, c’est bien parce qu’au plus haut niveau des services de l’Education Nationale, les Bretons ont déserté les postes-clés et ne s’engagent pas à chaque niveau. Si l’on ignore les enfants qui seront les adultes de demain, comme cela a été et est toujours le cas en de si nombreux endroits, sans minimiser les responsabilités des services de l’Etat, disons que si l’on retrouve aujourd’hui derrière les guichets ou à plus haut niveau des bretons (ou pas) qui n’ont aucune conscience bretonne ou de la Bretagne, cela relève donc bien plus de la responsabilité des bretons que l’on ne prétend croire.

Cela est valable pour le monde médiatique qui, depuis que Patrick Le Lay a quitté le navire TF1, n’a pas été à même de générer une télévision bretonne digne de ce nom, capable d’inverser la tendance à l’instar de ce qui s’est fait au Pays de Galles. Seule la webtélé bretonne Brezhoweb essaie de garder le cap, sans que les bretons eux-même ne se saisissent de cet outil mis à disposition pour les nouvelles générations.

On ne peut se plaindre, apostropher les manquements, et en même temps déserter les postes-clés sous prétexte que tout ne serait pas comme nous le souhaiterions. A l’époque du CELIB, ce Comité d’étude et de liaison des intérêts bretons fondé en 1950, il y avait une vision. Les fondateurs ont pu, profitant du plan de reconstruction et du plan Marshall, redonner un nouveau souffle à la Bretagne qui accusait un grand retard sur le plan économique, elle qui était pourtant une nation des plus riches et prospères d’Europe avant d’être essorée principalement à partir de Louis XIV.

Y a-t-il des héritiers du CELIB ? A-t-on une vision à ce jour ou préférons-nous regarder passer le train, en nous révoltant car il ne s’est pas arrêté pour nous ? Pensons-nous à l’avenir ou nous contentons-nous du présent ?

“Ne vous demandez pas ce que la Bretagne peut faire pour vous, demandez-vous ce que vous pouvez faire pour la Bretagne”.

A ce jour, les actions pour la Bretagne se font sur la dimension métapolitique. Mais dans la vie publique même, les Bretons travaillant pour la Bretagne sont pour beaucoup aux abonnés absents. On aura beau jeu d’accuser ensuite les services de l’Etat, qui ne fait que suivre les règles du droit français, tandis que les Bretons ont toujours ce train de retard, incapables de s’unir pour avancer et faire reconnaître des droits fondamentaux inhérents à l’humanité et à ses peuples. On est heureux lorsque l’on daigne nous concéder chanter le Bro Gozh ou brandir le Gwenn & Du, eux qui furent interdits en un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître. On est heureux lorsque l’on clame un Bevet Breizh démontrant une opiniâtreté qui finalement se contente des miettes quand il pourrait y avoir le pain.

Immanquablement, si les Bretons ne sont pas capables de prendre en considération ce constat, de former une élite capable d’engager ensemble un projet commun, le dynamisme et l’efficience de l’élément breton diminueront et finiront par disparaître. Et alors, ce ne seront plus simplement les Fañch et les Derc’hen qui disparaîtront de l’Etat-Civil, mais bien tout ce qui fit la Bretagne, alors que le cercueil du dernier bretonnant franchira la porte du cimetière, au son du binioù … seul rescapé d’une culture qui aura été.

À propos du rédacteur Tudwal Ar Gov

Bretonnant convaincu, Tudwal Ar Gov propose régulièrement des billets culturels (et pas seulement !), certes courts mais sans langue de buis.

Articles du même auteur

L’enseignement catholique a son site pour promouvoir la langue bretonne

Tout nouveau, tout beau : l’enseignement catholique de Bretagne a désormais un site internet intégralement …

vallée des saints réglementation

La Vallée des Saints “s’est développée et continuera à se mettre en œuvre en toute transparence”

Ces derniers jours, des publications dans la presse laissant entendre que, suite aux nouvelles règles du …

11 Commentaires

  1. Ce qui s’est passé à la sortie de Rennes, le 21 Janvier, est inadmissible! C’est une attaque gravissime à la liberté des Bretons : arrêter un car, le tenir en otage, qu’est-ce que c’est sinon un acte qui montre que la sécurité des contribuables n’est plus assurée. Quelle sanction va prendre la République qui voit bafouée la loi ?… Odieux !

  2. DOCTEUR MELENNEC

    Et vous,savez-vous depuis combien d’années je lutte pour dénoncer publiquement les gravissimes carences de l’Etat français ???
    TRENTE ANS !

    Savez vous que je suis interdit de m’exprimer dans les merdias ? Particulièrement dans mes MERDIAS BRETONS DE LA COLLABORATION ????

    Tapez par Google :
    : Mélennec

    Des centaines d’articles, jamais relayéspar OUEST-TORCHE, TELE-CRASSE, et autres !

  3. Qu’il y ait encore des Bretons qui résistent après tant de siècles de domination, c’est un vrai miracle. Quel peuple !
    Marcel Texier

  4. Les élites qui tiennent le pouvoir dans chaque pays (Espagne pour la catalogne, France pour la Bretagne et la corse, Italie pour les régions du nord ) ces élites ont peur de perdre leur statut devant les autres nations européenne, Alors ils essayent par tous les moyens, quittent à bafouer les droits, la culture, l’histoire de ces régions jusqu’à en effacer des livres, des écris, voir la langue donc l’orthographe comme en Bretagne, Pour nos élites rien de nouveau on leur à bien fait comprendre que la soupe est trop bonne à Paris ( tu peux dire que tu ai Breton pour le folklore après tu penses conne nous si tu veux pas perdre ta place )

    Didier Le Briere cousin remué de germain de Emmanuel Rallier curé assassiné à Bieuzy Lanvaux en 1945

  5. Depuis l’élection de Donald Trump, certains médias ont relayé la notion de “deep state” aux US. Nous avons le même fond dans l’hexagone, depuis le (la) zélé (e) fonctionnaire de l’état civil jusqu’aux plus hautes fonctions de l’état,en passant par les médias subventionnés: régulièrement , on nous rappelle que le jacobinisme est profondément enraciné dans cet état français, au-delà des appartenances de “droite” ou de “gauche”. Ils nous haïssent.

  6. Ur fazi zo war ho skeudenn : “Mouezh e vestr” a rankfe bout skrivet ha n’eo ket “mouezh e mestr”.

  7. Tout d’abord pourriez-vous citer vos sources pour la phrase “Ne vous demandez pas ce que la Bretagne peut faire pour vous, demandez-vous ce que vous pouvez faire pour la Bretagne” ?

    Sinon sur le fond, vous oubliez de citer l’association “Breizh 5/5” qui œuvre en réalisant des choses concrètes pour la Bretagne à 5 départements comme vous pouvez le voir sur son site http://www.breizh5sur5.bzh Certes ce n’est pas suffisant, mais c’est déjà un début.

    Bien cordialement

    • La source est très simple : il s’agit de la paraphrase de Mr Macron sur la phrase de Mr Kennedy. Il s’agissait d’un simple clin d’oeil à l’actualité. Maintenant, si elle a été faite par d’autres concernant la Bretagne, nous n’en savons rien. Si à tout hasard vous l’avez utilisée de votre côté, la publication de cette phrase de notre rédacteur correspondrait uniquement à un concours de circonstance. L’imagination et le sens de l’à-propos n’est pas l’apanage de quelques-uns, et si vous même, cher Nicolas, avez utilisé cette phrase de votre côté (ce qui semble jaillir de votre commentaire) soyons simplement heureux que nous puissions penser à l’identique, et donc pourquoi pas oeuvrer ENSEMBLE pour la Bretagne.

      Concernant le fond : si vous lisez bien l’article, il est fait mention de la phrase suivante : “A ce jour, les actions pour la Bretagne se font sur la dimension métapolitique.” Ce que fait Breizh 5/5 est comme d’autres dans cet état de fait : son travail se situe dans la métapolitique. Notre rédacteur n’a pas mentionné les associations qui oeuvrent chacune à tel ou tel niveau car ce n’est pas l’objet de son propos, qui met en avant le déficit d’élite bretonne. Pour lui, il n’y en a pas ou peu. Cela ne veut pas dire qu’il n’existe pas au plan métapolitique des initiatives dignes d’intérêts, comme celle que vous citez ou d’autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *