Saints bretons à découvrir

Etre Saint c’est être un Amen happé par la Trinité

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 min
synaxe saints bretons
Synaxe des Saints bretons (abbaye de Kerbénéat) – DR

Etre saint c’est être membre de la famille de Dieu (Ep 2,20). En Jésus, qui s’étant fait homme, pleinement homme et donc notre frère en humanité, nous sommes, depuis notre baptême les enfants du Père.

Annoncé par les prophètes, cette vérité fut annoncée avant sa réalisation historique dans l’histoire de Jésus.

Mais cette Vérité – toute la vie terrestre du Christ – réalisée selon l’ordre de ce monde créé, est, dans le même instant, une réalité invisible et éternelle dans les réalités du ciel.

En effet le Fils, Verbe éternel de Dieu, le Logos, par son incarnation, est venu sauver le genre humain dans son histoire. DE la même manière Il sauve chacun des hommes chaque fois que ce dernier (l’homme) laisse son âme se conformer, imiter, l’exemple de Jésus. C’est par l’imitation de Jésus, qui nous a montré le chemin, que l’homme peut devenir plus parfaitement lui-même.

En effet, créé à Son image (Image de Dieu), qui est présente au plus intime de nous-même, notre âme – c’est-à-dire tout notre être, corps, intelligence et vivacité (vitalité, esprit vital) – est ouverte aux réalités divines comme une sorte de participation de la nature de Dieu.

Dès ici-bas en laissant en nous le Verbe – Logos – prendre la place en « diminuant pour que Lui grandisse » (Jn 3,30) jusqu’à pourvoir oser dire « Ce n’est plus moi qui vit mais le Christ qui vit en moi » (Gal 2,20) nous devenons, par filiation (Jésus s’étant fait notre frère en humanité) véritables enfants du Père par l’intervention efficace du Saint-Esprit. L’efficacité de l’intervention de l’Esprit suppose un consentement plein, un OUI, tel que le Fiat de Marie lors de la visitation. Ce modèle, plus exactement cette matrice, du « oui » humain qu’est le fiat marial, qui permit le Salut du monde en pénétrant l’histoire, peut et doit inspirer nos amen (mot hébreu qui affirme que c’est cela, c’est la réalité).

Prenant conscience de cela, nous pouvons investir d’une manière renouvelée notre signe de Croix où, nous souvenant, renouvelant notre foi en la Trinité « au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit », notre Amen nous happe dans la famille de Dieu, participant de son action.

Puisse la Toussaint 2022 renouveler en l’âme de chacun le désir de devenir des saints et nous ouvrir aux pluies de grâces que le consolateur ne cesse de diffuser sur notre humanité toujours trop attirée par les ténèbres.

 

À propos du rédacteur Tad Kristof

Tad Kristof a été ordonné prêtre en juin 2000. Il a exercé notamment en Afrique où il a créé "Tud a Vreizh" à Libreville. Passionné par la Bretagne, il contribuera à la dimension spirituelle d'Ar Gedour en répondant aux questions qui lui seront posées.

Articles du même auteur

Un prêtre vous répond : « Aller à la messe est-il une obligation ? »

Tad Kristof, discutant avec un pardonneur à l'occasion du pardon de la petite chapelle près de chez moi, je m'étonnais qu'il ait préféré célébrer la messe sur une petite table de camping, bloquant ainsi le choeur coincé entre la table de communion et le maître-autel de pierre massif, encore doté de sa pierre, et surmonté d'un plaisant vitrail. 

Bientôt Pâques ! (par Tad Kristof)

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 minLa fête chrétienne la plus importante ! Célébration …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *