Françoise d’Amboise, Duchesse de Bretagne et Carmélite

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 min
Bse Françoise d'Amboise

Née en pleine guerre de Cent ans, au château de Thouars le 9 mai 1427, Françoise, fille du très riche seigneur Louis d’Amboise et de Marie de Rieux, se trouve très tôt confrontée à la violence des grands et dès ses premiers jours, doit s’enfuir avec sa mère à la cour de Bretagne. Celle-ci réside à Vannes, puis à Nantes.

Élevée dans la piété, la force et la douceur, Françoise doit épouser dès l’âge de 15 ans, pour des raisons politiques, le second fils du Duc, Pierre. Déjà, elle a gagné les cœurs par son entrain et sa gaieté. Sa patience aussi et son tact a l’égard de son mari aux qualités humaines moins évidentes ! Celui-ci cependant, après la mort inopinée de son frère, est appelé à gouverner la Bretagne en 1450.

Mariage de Françoise d'Amboise

Françoise, la “Bonne Duchesse”, comme on l’appellera après son couronnement, prend une part discrète mais active au gouvernement. On loue son sens aigu de la justice, sa proximité envers les petits, les pauvres, les malades.

Mais le Duc Pierre II est emporté par la maladie des 1457. Veuve, sans enfants, Françoise pense à la vie religieuse, pourquoi pas chez les Clarisses qu’elle vient d’établir à Nantes ?

La rencontre avec Jean Soreth, prieur général des Carmes, venu visiter les couvents de Bretagne, est déterminante dans son choix : c’est, au Bondon, à Vannes, que Dieu l’attend… A proximité du couvent des Frères Carmes fondé en 1427, elle fait construire une maison pour accueillir 9 religieuses qui arriveront de Liège (Flandres) le 2 novembre 1463.

Ce sera le premier carmel féminin de France, placé sous le vocable des “Trois-Marie”.

Profession religieuse de Françoise d'Amboise

Après avoir réglé des affaires difficiles et déjoué les intrigues de Louis XI, son cousin, qui veut la remarier, Françoise peut enfin franchir la porte du petit monastère.

A 40 ans, le 25 mars 1468, elle reçoit l’habit du Carmel, et un an plus tard, s’engage par la profession religieuse. Élue Prieure de sa communauté de Vannes qui, peu après (1477) se transfère aux “Couëts”, à Nantes, Mère Françoise exerce sa charge avec douceur, fermeté, mais aussi humilité et dévouement. Ayant voulu assumer seule le soin d’une sœur dite atteinte de la peste, elle meurt le 4 novembre 1485, victime de sa charité.

Quatre monastères vivront jusqu’à la Révolution française selon les Constitutions de Françoise d’Amboise :

  • les “Couëts” à Nantes
  • “Nazareth”, 2e couvent établi à Vannes en 1530 et ses 2 fondations :
  • “le St Sépulcre” à Rennes (1622)
  • “Bethléem” à Ploërmel (1627)

Quelques extraits des exhortations de la Bienheureuse Françoise :

« Faites , sur toutes choses, que Dieu soit le mieux aimé ! »
« Que l’amie de Dieu se délaisse soi-même et suive le chemin de Jésus-Christ… Qu’elle persévère humble et attentive en sa prière et oraison. »
« La paisible qui est enfant de Dieu ne sera point abandonnée du Père. »
« Qu’elle soit simple et humble, qu’elle soit aussi pacifique, qu’elle soit en la charité de Dieu transformée… »
« Soit entre toutes, alliance de charité ! »
« Religion sans charité n’est que corps sans âme et fontaine sans eau ! »
Source de l’article : site « Le Carmel en France« 

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est le fondateur du site et de l'association Ar Gedour et assure la fonction bénévole de directeur de publication. Il anime aussi le site Kan Iliz (promotion du cantique breton). Après avoir co-écrit dans le roman Havana Café, il a publié en 2022 son premier roman "CANNTAIREACHD".

Articles du même auteur

Messe FLB à Kernascléden le 7 avril 2024

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 minAr Gedour vous signale la majorité des messes …

Mère Yvonne-Aimée de Malestroit (reportage)

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 minEn l’honneur des 120 ans de sa naissance …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *