Saints bretons à découvrir
Accueil > Actualités / Keleier > Jésus est-il vraiment né un 25 décembre ?

Jésus est-il vraiment né un 25 décembre ?

creche-vivante-sainte-anne-dauray

C’est la question qui agite les médias à chaque Noël : Jésus est-il né un 25 décembre ? Il y a d’un côté ceux qui y croient et de l’autre ceux qui feront tout pour prouver le contraire. En soi, la question n’est pas si importante. La foi n’a pas besoin de savoir la date et l’heure de la naissance du Sauveur.

Cependant, une question peut éventuellement se poser. L’an passé, le quotidien La Croix avait relayé l’émission d’Isabelle de Gaulmyn sur France Inter, consacrée à ce sujet, que nous retrouvons aussi dans d’autres médias.

France Inter titrait ainsi :

“Aucune chance, en réalité, que Jésus soit né à Bethléem un 25 décembre de l’an zéro”

En quoi est-ce si important pour les médias de rappeler que Jésus n’est pas né un 25 décembre ? Peut-être trouve-t-on la question dans un certain relativisme, qui a été pointé du doigt par Yvon Abgrall dans l’un de ses articles titré “incollable sur Noël ? Vraiment ?”

Va que je te fasse le lien avec cette importance du symbole de la lumière dans bien des croyances et religions, Mithra, les saturnales et autres Sol Invictus. On voudrait mettre toutes les religions sur un pied d’égalité qu’on ne ferait pas autrement. “Je suis l’un des chemins, l’une des vérités …. “ qu’on ferait presque dire à Jésus.

Il devient ainsi admis que si les premiers chrétiens ont choisi la date du 25 décembre pour fêter la naissance du Christ, c’était pour faire progressivement disparaître la fête païenne du solstice d’hiver qui se faisait ce jour-là.

D’un autre côté, on trouve une théorie, vite cataloguée par les catho-cartésiens comme du créationnisme, mais qui pourtant mérite qu’on s’y attarde. En 2003, le professeur d’université William Tighe, publie des travaux et avance que cette explication relève d’un mythe et ne tient pas. A la suite de ses travaux d’historien, il a pu démontrer que la date du 25 décembre a été choisie par les premiers chrétiens à partir des recherches qu’ils avaient faites pour déterminer avec précision la date de… la mort du Christ.
Le Professeur Tighe explique : selon la tradition juive du temps de Jésus, un prophète vivait un nombre complet d’années. C’est-à-dire qu’il était conçu et mourait à une date identique. Les premiers chrétiens ont fait des recherches pour savoir la date exacte de la mort de Jésus ; et ils en sont venus, dès la fin du Ier siècle, à affirmer qu’elle avait eu lieu un 25 mars. A partir de là, selon le principe du “nombre complet d’années”, ils ont établi que la conception du Seigneur avait eu lieu un 25 mars et sa naissance 9 mois plus tard, soit un 25 décembre (calendrier grégorien).

Le site Slate en 2012, évoquant les travaux du Professeur Tighe, rapportait que ce dernier avançait même qu’au moins une fête païenne, le Natalis Solis Invictus des Romains, instituée par l’empereur Aurélien le 25 décembre 274, a été introduite comme une réponse aux célébrations des Chrétiens. Cette fête païenne «était très certainement une tentative de proposer une alternative païenne à une célébration qui était déjà importante pour les Chrétiens romains.» A en croire l’universitaire, ce sont donc les païens qui ont tenté de contrer une fête chrétienne, pas l’inverse. En somme, un peu comme aujourd’hui avec le Père Noël, célébré comme il se doit même par ceux qui ne croient pas en Dieu : une alternative païenne à une célébration importante pour les chrétiens…

Le site internet ajoutant que même pour certains chrétiens, Noël est toujours apparu comme une adaptation d’une fête païenne – et il n’est donc pas digne de le fêter. Origène, un des premiers pères de l’Eglise, s’est prononcé contre la célébration de la naissance de jésus:

«Il n’y a que des pêcheurs comme le Pharaon ou Hérode qui célèbrent le jour où ils sont apparus dans ce monde.»

Les rédacteurs d’Ar Gedour publient bien souvent des références aux semences du Verbe. Le concile Vatican II avait repris l’idée des « semences du Verbe » présentes en tout homme (Gaudium et spes 3 ; 18 ; Ad Gentes 11 ; 15). Justin, puis Clément d’Alexandrie et feront ainsi entrer la culture antique dans l’orbite du salut apporté par le Christ. La célébration de la lumière et les rites antiques de cette célébration étaient-ils des “semences du Verbe” ?

La question n’est pas ici de se battre pour savoir qui de l’oeuf ou de la poule a été le premier, mais d’inviter à la réflexion.

À propos du rédacteur Tudwal Ar Gov

Bretonnant convaincu, Tudwal Ar Gov propose régulièrement des billets culturels (et pas seulement !), certes courts mais sans langue de buis.

Articles du même auteur

Le 9 janvier 1514 : mort d’Anne de Bretagne

Hier nous évoquions le mariage d’Anne de Bretagne à Louis XII. Le 9 janvier 1514, …

Il y a 520 ans : le mariage d’Anne de Bretagne et de Louis XII

Nombreux sont ceux qui pensent que les mariages entre Anne de Bretagne et les rois …

3 Commentaires

  1. Quand certains Chrétiens disent qu’il ne faut pas fêter Noël, il faut savoir que c’est essentiellement les témoins de Jeovah, qui ne reconnaissent pas Jésus comme Fils de Dieu et Dieu fait homme, soit le Verbe incarné. Pourtant, outre de nombreux passages de l’évangile, il faut citer St Jean: “au commencement était le Verbe, et le Verbe était Dieu (et non pas dieu comme le disent les TJ), et le Verbe était EN (et non pas auprès) de Dieu et par Lui tout a été fait. Et le Verbe s’est fait chair, et il a habité parmi nous…. On ne peut être plus clair.
    De même, citons St Thomas, disant “mon Seigneur et mon Dieu”: c’est assez clair aussi…
    Ces personnes, toutes dévouées, nie totalement la divinité du Christ, divinité que l’on fête à Noël. Ce combat contre cette fête est finalement le même que celui mené par beaucoup contre les catholiques, orthodoxes, coptes…Ainsi, nous voyons maintenant à Nantes le marché de Lëon, inversion du mot Noël et donc pour sa négation, au nom d’un laIcisme dévoyé. Il en a été de même au château de Trevarez (29) où nous voyions fleurir les crêches du monde. Fin de tout cela l’année dernière où l’arche de Leon est apparue. Exit le mot Noël.
    Quand la stupidité fleurit, les idiots courent……

  2. La fête de Noël fait suite à Hannouka, fête des Lumières, lorsque le culte de l’Éternel a été rétabli dans le Temple de Jérusalem, suivant la prophétie de Malachie “Et soudain dans son Temple entrera le Seigneur que vous cherchez”, prophétie évidemment réalisée par la suite complètement (et non provisoirement) par Jésus, le Seigneur, que les Juifs cherchaient (le Messie) et qui est entré dans son Temple (l’humanité) Et il l’a fait “soudain” par sa naissance.

  3. Avant de rentrer dans le détail, il est bon de redéfinir le rôle positif d’une religion au sens large, même si tout le monde n’est pas marin ! Ma Doué béniguet !

    Aujourd’hui, nous savons où se trouve la plus ancienne culture spirituelle établie au Monde.

    Ensuite, prendre en considération que l’homme a écrit l’histoire à sa manière de ou façon à, voire qui ordonnait & guidait les scribes. Comme Aujourd’hui ?

    En terre africaine j’ai pu me rendre compte que la tradition orale était parfois plus juste que certains écrits européens sur le même sujet, comme à propos du bouche à oreille.

    Bref, pour les cartésiens qui marchent sur d’autres chemins que le spirituel, les recensements romains sont là précis, rédigés & cycliques, que nous apprennent ils ? Quelles informations administratives & spirituelles avons nous aujourd’hui pour éclairer notre lanterne ?

    Ensuite tout est question de cuisine, lorsqu’une cuisine vous plait il serait dommage d’en changer. Après tout est question de goût, de choix, de chefs, de représentants & du reste. J’en ai vu de toutes les couleurs, dans de nombreux domaines diversifiés avec bon & moins bon (relatif à mon individualité impliquée & responsable).
    Tout repose sur le 1, sur chacune & chacun qui font 1 tout diversifié (bien heureux qu’il en soit encore ainsi).

    De mon côté & juste de mon côté individuel : je suis chrétien de cœur ouvert avec préférences bien affinées avec tempérament plus breton que gascon (mes 2 branches d’études proches).
    Il ne vaut mieux pas insister lorsque 1 non est décidé en toute franchise & honnêteté.

    Bon repas à vous sur belle.s découverte.s constructive.s même si cela vous regarde d’en faire comme bon ou moins bon vous semble avec ma sincère reconnaissance,

    FD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *