Saints bretons à découvrir

Un jumelage entre les chapelles pour redynamiser les pardons ?

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 min

En 2012, nous lancions une idée que nous vous proposons à nouveau onze ans plus tard, alors que le lectorat d’Ar Gedour s’est bien élargi. Nous ressortons donc cette idée de nos archives car elle peut contribuer à revivifier certains de nos pardons.

Une idée nous avait été soumise par une amie, car nous faisions le constat que certains pardons avaient des difficultés à attirer du monde, ou encore à subvenir aux besoins de leur chapelle, etc… Certes, la qualité de la liturgie et son enracinement dans la culture locale joue sur la fréquentation et la dynamisation des pardons, tout comme une certaine convivialité, mais il y a peut-être aussi (en plus) d’autres pistes à explorer.

L’idée ci-après existait peut-être quelque part sans que nous en ayons connaissance, et nous vous invitions dans ce cas à nous le signaler.

Nous avions aussi provoqué un exemple de ce qui pouvait se faire en invitant des bénévoles du sanctuaire de Sainte Anne-la-Palud (Plonevez-Porzay) à venir au pardon de Sainte Anne-des-Bois, ce qui a fonctionné quelques années mais en raison d’un déménagement, l’initiative n’a pas été pérennisée.

Elargir le champ des possibles

Chacun a trop tendance à voir uniquement pour sa propre chapelle et à prêcher pour sa propre paroisse. Nous savons qu’en certains lieux, des comités de chapelles se sont entendus pour acheter du matériel commun et travaillent au niveau local ensemble pour limiter les coûts des pardons et pour une main d’oeuvre plus nombreuse, et continuer à proposer des pardons de qualité. Certains comités ont des ressources importantes, d’autres bien moindres.

Dans la même ligne, pourquoi, dans une volonté de dynamiser nos pardons et de promouvoir nos chapelles, qui sont le terreau du christianisme breton, celles-ci ne pourraient-elles pas se jumeler, et s’entraider ( spirituellement, financièrement, matériellement, publicitairement, etc…), même en étant à des distances plus éloignées ?

Cela pourrait se faire par une sorte de jumelage, ou de fraternité … en rassemblant par exemple toutes les chapelles dédiées à Notre Dame des Fleurs, toutes les chapelles dédiées à Sainte Anne, à sainte Noyale/Nolwenn, à saint Léonard ou à saint Edern, à saint Ronan ou à sainte Gwenn, etc…

Redonner une vie de prière à nos chapelles

Ce serait l’occasion de redonner une vie de prière à nos chapelles (on se rassemble pour prier à un même moment dans chaque chapelle, en communion avec les chapelles jumelles), de proposer une sortie aux comités de chapelles pour le pardon d’une chapelle jumelle (en espérant que le pardon ne tombe pas le même jour dans chaque quartier), voire de proposer une autre date pour rendre visite au comité de chapelle jumeau, etc… De larges perspectives pourraient s’ouvrir !

Qu’en pensez-vous ?

Si vous vous lancez dans cette idée, nous vous invitons à nous le faire savoir, et c’est avec plaisir que nous nous ferons le relais de votre initiative !

Parce qu’Ar Gedour a besoin de votre soutien pour continuer à proposer ce qui est proposé jusqu’à aujourd’hui, et pour développer tous ses projets, merci de nous soutenir par un don en cliquant sur ce lien.

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est le fondateur du site et de l'association Ar Gedour et assure la fonction bénévole de directeur de publication. Il anime aussi le site Kan Iliz (promotion du cantique breton). Après avoir co-écrit dans le roman Havana Café, il a publié en 2022 son premier roman "CANNTAIREACHD".

Articles du même auteur

15 a viz Ebrel : SANT PADERN, ESKOB

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 min Sant Padern a seblant bezañ bet ganet, …

Fête de la Bretagne 2024 à Paris, demandez le programme !

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 minVenez fêter la culture Bretonne, dans le XIVème …

2 Commentaires

  1. Jean-Yves Radigois

    Oui, il y a de belles opportunités.

    Sur notre paroisse, nous avons plusieurs chapelles. Alors, il y a déjà 15 ans, quatre d’entre-elles ont acheté ensemble un petit orgue qui tourne selon les besoins des chapelles : pardons, bien sûr, mais aussi pour des cérémonies religieuses, messes de carêmes ou messes en breton.

    Autre exemple, nous avons choisissons et apprenons des cantiques en langue bretonne qui seront privilégiés dans les chapelles de la paroisse sur une période données.

    Troisième exemple, le saint éponyme de notre chapelle est connu dans le monde entier. Aussi, nous adhérons à la fédération internationale des églises et des lieux de culte dédiés à ce saint. Tous les sept ans nous nous retrouvons autour du tombeau et des reliques. Cette année, nous étions, au centre de la France, avec nos cantiques en breton, costumes et cornemuse, parmi 14 autres pays.

  2. Super idée !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *